Connexion

L’AMC discutera des questions de fin de vie avec ses membres partout au pays

L’AMC, qui a lancé en février une série d’assemblées publiques nationales sur les soins de vin de vie, est l'hôte de cinq séances distinctes afin de permettre aux membres de faire connaître leur point de vue. La première session, tenue le 21 février à St. John’s, a attiré plus de 30 médecins. L’AMC a également lancé un site Web qui permettra aux membres de s’exprimer et de participer à des sondages.

« Au cours de notre assemblée annuelle en août dernier, nous avons entendu les membres du Conseil général s’exprimer officiellement parce que la question des soins de fin de vie a dominé les débats », a expliqué le président de l’AMC, Louis Hugo Francescutti. « À présent, nous souhaitons que nos membres puissent s’exprimer informellement, en les rencontrant dans leurs communautés, partout au Canada. »

L’un des enjeux clés au sujet duquel l’AMC veut sonder ses membres est celui des préoccupations suscitées par sa politique actuelle sur la participation des médecins à l’euthanasie et(ou) à l’aide au suicide. En effet, la politique actuellement en vigueur n’appuie ni l’une ni l’autre de ces pratiques, mais exhorte plutôt les membres à appliquer les principes des soins palliatifs.

Le Dr Francescutti, qui sera présent à plusieurs de ces assemblées, explique que les tribunes des membres donneront aussi à l’AMC une idée plus claire des enjeux des soins de fin de vie auxquels les membres font face en milieu communautaire. « Je suis curieux d’entendre parler du recours aux directives préalable et de la fréquence à laquelle leurs patients soulèvent ces questions », a-t-il dit.

Voici le calendrier des cinq séances à l’intention des membres :

  • St. John's, le 21 février
  • Edmonton, le 15 mars
  • Fredericton, le 28 mars
  • Vancouver, le 2 avril
  • Whitehorse, le 17 avril
  • Regina, le 10 mai

Le Dr Jeff Blackmer, directeur de l’Éthique à l’AMC, sera présent à la plupart des assemblées. « Il s’agit d’un sujet controversé et il y a plusieurs façons de découvrir ce que les membres en pensent », a-t-il souligné. « Ils ont déjà été sondés et nous les avons entendus débattre de la question des soins de fin de vie au cours de notre assemblée annuelle. Maintenant, nous aurons l’occasion de les écouter dans leur milieu de vie, dans leur milieu de travail et là où ils doivent composer avec question lorsqu’elle se présente dans la réalité. »

Les membres qui souhaitent participer aux assemblées sont priés de communiquer avec Carole Deburggraeve pour connaître le lieu et l’heure des rencontres.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.