Connexion

Des conseils aident les médecins à équilibrer les chances pour les Canadiens défavorisés

Un nouveau document de l'AMC propose aux médecins des façons pratiques d'aider les patients aux prises avec des déterminants sociaux qui ont un effet sur la santé, tels que le logement et le revenu.

Le document, intitulé Les médecins et l'équité en santé - Possibilités dans la pratique, décrit sept mesures que les médecins peuvent prendre pour aider leurs patients à surmonter les facteurs socioéconomiques qui font obstacle à une bonne santé. Les délégués qui ont participé à la réunion du Conseil général de l'AMC à Yellowknife, l'an dernier, où les discussions ont porté principalement sur la question des déterminants sociaux de la santé, ont clairement exprimé leur désir d'avoir un tel document.

« Comme médecins, nous ne sommes pas des experts du logement, du développement de la petite enfance, de l'égalité des revenus, ni d'aucun des autres déterminants sociaux de la santé, mais nous constatons tous les jours l'effet de ces facteurs sur la santé de nos patients », a déclaré la présidente de l'AMC, Anna Reid. « Si nous voulons que nos patients soient vraiment en bonne santé, nous devons parfois voir plus loin que leurs symptômes et tenir compte du contexte général de leur vie. »

Le nouveau document s'inscrit dans l'initiative continue de transformation des soins de santé de l'AMC qui vise à améliorer le système de santé. Cette priorité est également reflétée dans le dialogue national de l'AMC sur la transformation des soins de santé, une série d'assemblées publiques locales où les Canadiens peuvent discuter des répercussions des déterminants sociaux sur leur vie. La prochaine assemblée publique locale aura lieu à Charlottetown le 28 mars.

Le nouveau document se fonde sur les suggestions de médecins considérés comme chefs de file de l'équité en santé dans leur communauté. Les 32 médecins interviewés ont cerné 7 moyens que peut prendre chaque médecin pour améliorer l'équité en santé :

  • connecter les patients aux programmes et services de soutien dans la communauté;
  • interroger les patients au sujet de leur situation socioéconomique;
  • tenir compte des facteurs socioéconomiques dans le plan de traitement (par ex., coûts des médicaments);
  • préconiser des changements visant à appuyer une amélioration de la situation socioéconomique de la communauté (par ex., préconiser une réduction de la pauvreté chez les enfants);
  • entreprendre des activités de représentation pour le compte de patients en particulier (p. ex., lettres sur le besoin d'un logement plus sécuritaire);
  • adopter le concept de la pratique équitable (p. ex., heures de bureau flexibles, endroit facile d'accès);
  • donner un soutien pratique aux patients pour les aider à avoir accès aux programmes fédéraux et provinciaux-territoriaux auxquels ils sont admissibles.

Le message principal du document est que les médecins peuvent prendre plusieurs mesures pour aborder des questions qu'ils ne considèrent généralement pas comme relevant de leur domaine de compétence.

Par exemple, le président sortant de l'AMC, John Haggie, qui est cité dans le document, fait la remarque suivante : « J'ai eu une patiente qui a subi une intervention chirurgicale majeure et ne pouvait plus faire sa lessive à la main comme elle l'avait toujours faite. J'ai rédigé une ordonnance pour un lave-linge et un sèche-linge et l'ordonnance a effectivement été remplie. »

La Dre Reid a affirmé que les fournisseurs de soins de santé, y compris les médecins, « doivent tous faire ce qu'ils peuvent pour aider à faire tourner le vent en faveur de l'équité en santé - un programme, une politique et un patient à la fois ».

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.