Connexion

Le Dr Goldman dit à la profession de « viser haut »

Parlant de la valeur unique que les médecins peuvent apporter à la société, le Dr Brian Goldman a pressé les délégués à l’Assemblée de l’AMC de « viser haut » et d’élargir la portée des soins que les médecins offrent aux patients et à la société.

Le Dr Goldman, urgentiste et animateur de l’émission radiophonique bien connue White Coat, Black Art, sur CBC, a prononcé le discours principal à une séance stratégique sur le professionnalisme pendant la rencontre du Conseil général de l’AMC, et a parlé de son nouveau livre – The Secret Language of Doctors – qui traite de l’utilisation de l’argot en médecine.

« L’argot symbolise les croyances et les attitudes du moment, et je crois que nous devrions y porter attention », a dit le Dr Goldman, parlant des nombreux mots d’argot utilisés par les médecins et les autres professionnels de la santé quand ils discutent avec les patients et entre eux.

La majeure partie de l’argot utilisé en médecine sert à décrire des situations liées à la futilité médicale et aux défis posés par l’échange avec des patients en fin de vie. Souvent, de telles situations reflètent le profond malaise qu’éprouvent les médecins quand un patient se meurt, alors que lui et sa famille ont des attentes différentes quant aux soins pouvant être prodigués.

Le Dr Goldman a aussi parlé de l’argot utilisé par les médecins pour décrire leurs collègues : il a dit que c’était un « manque d’empathie » entre les médecins.

D’une manière générale, le Dr Goldman a dit être partagé quant à savoir si l’utilisation de l’argot est productive, mais a affirmé que les termes désobligeants utilisés pour parler des patients devraient être éliminés. « Je crois que l’argot aura toujours sa place », a-t-il souligné.

Il a dit que l’utilisation de l’argot dans le milieu de travail médical reflète des enjeux culturels médicaux ou symboliques, et pourrait illustrer des frustrations auxquelles il faudrait porter attention.

Commentant le document sur la proposition de valeur unique préparé pour l’AMC et débattu ces deux derniers jours, le Dr Goldman a dit qu’il reflète des objectifs nobles, « mais pas suffisamment nobles ».

Selon lui, le document minimise le rôle fondamental que jouent les médecins dans l’établissement des diagnostics, et le fait que les médecins ont une occasion sans précédent de définir leur propre pratique.

La présentation du Dr Goldman a été diffusée en direct sur le Web, et les commentaires en ligne étaient affichés dans la salle de réunion, à l’intention des délégués. Soulignant la portée des médias sociaux, le mot-clic utilisé pour la rencontre (#cmagc) était le cinquième mot le plus suivi au Canada pendant l’allocution du Dr Goldman.

La majeure partie des discussions tenues pendant une séance d’éducation le dimanche, après la présentation du Dr Goldman, était axée sur trois domaines clés qui, selon l’AMC, définissent la valeur unique des médecins : le savoir que détiennent les médecins, l’application de ce savoir et l’obligation redditionnelle.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.