Connexion

Les médecins du N.-B. reçoivent des appuis de toutes les régions du pays

Pour la troisième fois en moins d'un an, les présidents de l'AMC et de l'ensemble des 12 associations médicales provinciales et territoriales qui la composent ont uni leurs forces pour s'opposer aux tentatives d'un gouvernement provincial qui cherche à imposer arbitrairement de nouvelles règles aux médecins.

La plus récente intervention a pris la forme d'une lettre très directe adressée le 1er mai au premier ministre du Nouveau-Brunswick. La lettre portait la signature des 13 présidents des associations et de la Dre Suzanne Strasberg, qui préside le Forum des présidents, entité qui réunit régulièrement ces dirigeants. La lettre ouverte a reçu une importante couverture de presse dans la province.

« Rompre une entente signée avec vos médecins envoie un message inquiétant : par ce geste, vous affirmez pouvoir prendre des décisions dans le domaine de la santé sans consulter les médecins qui dispensent les soins », pouvait-on lire dans la lettre, rédigée à l'appui de la Société médicale du Nouveau-Brunswick (SMNB). « C'est là un bien mauvais remède. À l'échelle mondiale, l'expérience a en effet démontré que l'appui de la communauté médicale est essentiel pour modifier le système avec succès. »

Un an plus tôt, une lettre tout aussi sévère, à l'appui de l'Association médicale de l'Ontario (AMO), avait été adressée au premier ministre d'alors, Dalton McGuinty. « Les efforts que vous déployez pour convaincre les premiers ministres des autres provinces d'adopter un modèle défectueux excluant la collaboration véritable sont malavisés », affirmait cette lettre du 16 mai 2012.

La troisième lettre avait été adressée le 20 novembre 2012 à la première ministre de l'Alberta, Alison Redford, à l'appui de l'Association médicale de l'Alberta (AMA). « La façon dont votre gouvernement a imposé des conditions aux médecins, sans avoir d'abord créé une véritable occasion de consensus, est inacceptable », affirmait-on.

L'AMO a par la suite conclu une entente négociée et au début de mai, un résultat analogue semblait sur le point d'être obtenu en Alberta. Entre-temps, la SMNB a annoncé le 24 avril qu'elle contesterait devant les tribunaux les compressions effectuées dans l'assurance-maladie par le gouvernement Alward.

« Nos problèmes sont de longue durée et systémiques », a affirmé le président de la SMNB, Robert Desjardins. « Ils sont causés par des modes de vie malsains, le vieillissement de la population et l'exode incessant des jeunes. Comment le gouvernement peut-il s'imaginer que ces problèmes peuvent être réglés par l'imposition d'un plafond de deux ans sur les services et la rupture d'une promesse faite aux médecins ? »

La présidente de l'AMC, Anna Reid, a affirmé au sujet des lettres qu'elles étaient la manifestation « d'un front commun sans précédent » de la profession médicale. « Au cours des récentes années, l'objectif a été de faire entendre la voix commune de l'ensemble de nos 13 associations lorsqu'une intervention s'impose », a déclaré la Dre Reid. « Dans ces trois cas, une intervention s'imposait et je crois que nous nous sommes fait entendre haut et fort. »

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.