Connexion

De nouveaux pays deviennent d'importants fournisseurs de médecins pour le Canada

La proportion de médecins formés à l'étranger qui exercent au Canada demeure constante, à environ un quart du total, mais la liste des pays d'où provient la majorité de ces médecins connaît de rapides changements.

Dans un récent bulletin, le Centre canadien de collaboration sur les effectifs médicaux (C3EM) de l'AMC signale que l'Afrique du Sud demeure la plus importante source de diplômés de facultés de médecine étrangères (DFME) pour le Canada, mais que sa part du total est à la baisse.

Par exemple, 200 médecins sud-africains avaient reçu leur permis d'exercice au Canada en 2000, mais ils n'étaient que 58 en 2012. Selon le bulletin, même si l'Afrique du Sud continue à fournir au Canada le plus grand nombre de ses DFME (le total a plus que doublé depuis 1996, pour atteindre 2592 médecins), le nombre de nouveaux arrivants en provenance de ce pays diminue.

« Le Canada a été la cible de critiques sur la scène internationale pour son recrutement actif de médecins dans des pays qui ont désespérément besoin de conserver ces professionnels pour leurs propres citoyens », affirme le rapport. « Il est possible que la réduction du nombre de médecins en provenance de l'Afrique du Sud chaque année soit le résultat de ces pressions. »

Le rapport dit aussi que l'Inde est en voie de devenir un important fournisseur de DFME autorisés à pratiquer ici, le total étant passé de 1306 médecins en 1996 à 1731 cette année.

Toujours selon le rapport, les pays suivants ont été en 2012 les plus importantes sources de DFME autorisés au Canada :

  • l'Afrique du Sud (58)
  • l'Inde (53)
  • la Libye (37)
  • les États-Unis (36)
  • le Pakistan (33)

« Des Canadiens vont aussi faire leurs études de médecine à l'étranger, notamment en Irlande. Bien que le nombre de ces médecins qui ouvrent une pratique au Canada chaque année soit demeuré stable à environ une vingtaine, ce chiffre pourrait fort bien augmenter car de plus importantes cohortes de diplômés se font concurrence pour des postes de formation postdoctorale ici », explique le rapport. « Ces médecins seront alors admissibles au permis d'exercice sans restriction et pourront s'installer n'importe où au pays. »

Le rapport conclut que même si les pays du Commonwealth demeurent les plus importantes sources de DFME pour le Canada, des pays tels que la Libye, l'Iran et l'Iraq « contribuent désormais dans une importante proportion au nombre de nouveaux arrivants ".

Un signe évident de ce changement se constate dans la proportion de DFME en provenance du Royaume-Uni. En 1995, 25 % des DFME en exercice au Canada avaient reçu leur formation au R.-U., alors que ce total atteint à peine 3 % maintenant.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.