Connexion

Un médecin canadien sur quatre dit ressentir de l'épuisement professionnel ​

Un nouveau sondage de l'AMC révèle des indicateurs clés de la santé des médecins

Ottawa (Ontario), le 10 octobre 2018. – Un sondage de l'Association médicale canadienne (AMC) révèle que la santé des médecins est une préoccupation grandissante dans la profession médicale au Canada. Le Sondage national de l'AMC sur la santé des médecins : un instantané national est le premier d'une série de rapports sur l'état de santé actuel des médecins au pays. Près de 60 % des répondants ont affirmé avoir une bonne santé mentale en général. Pourtant, le sondage a aussi révélé des sources de préoccupations, comme l'épuisement professionnel, la dépression et les pensées suicidaires, dont les taux sont plus élevés chez les médecins résidents que chez les médecins en exercice, et chez les femmes que chez les hommes.

« Non seulement les problèmes de santé des médecins leur nuisent directement, mais les études ont démontré qu'ils peuvent aussi avoir des répercussions sur les soins aux patients, explique la Dre Gigi Osler, présidente de l'AMC. Il est important de comprendre le mieux possible la situation et de mieux aider les médecins, surtout au début de leur carrière. »

Les principales conclusions du rapport sont les suivantes :

Une résilience élevée, mais aussi un niveau élevé d'épuisement professionnel : Le rapport montre que même si 82 % des médecins et des résidents disent avoir une résilience élevée, un sur quatre affirme aussi ressentir un fort épuisement professionnel et un sur trois présentait des symptômes de dépression, ce qui laisse croire que le problème dépasse les facteurs personnels pour en inclure des systémiques.

Les médecins résidents plus susceptibles que leurs collègues de signaler leur état d'épuisement professionnel ou de dépression : Comparativement aux autres groupes de médecins, les médecins résidents sont 48 % plus susceptibles de signaler leur épuisement professionnel, et 95 % plus à risque de présenter des symptômes de dépression. En effet, les taux de bien-être émotionnel, social et psychologique les plus élevés ont été observés chez les médecins en exercice depuis 31 ans ou plus.

Une différence entre les genres : Comme les médecins résidents, les femmes médecins sont plus susceptibles que leurs collègues de signaler leur épuisement professionnel (23 % supérieur) et plus à risque de présenter des symptômes de dépression (32 % supérieur). Toutefois, le bien-être émotionnel et psychologique qu'elles rapportent est supérieur (de 88 % et 82 % respectivement) à celui de leurs collègues masculins.

Réticence des médecins à demander de l'aide : Même si 81 % des médecins et des résidents disent connaître les services de santé à leur disposition, seulement 15 % affirment s'en être prévalus au cours des cinq dernières années. Parmi les raisons les plus fréquentes pour la non-utilisation de ces services, notons la honte à demander de l'aide et le fait que la situation ne leur semblait pas assez grave.

« La santé et le bien-être des médecins doivent être considérés d'un point de vue personnel et systémique, ajoute la Dre Osler. C'est la combinaison de ces facteurs qui nourrit le problème et qu'il faut examiner pour changer les choses. »

L'AMC a publié une nouvelle politique sur la santé des médecins en décembre 2017 et sera l'hôte de la Conférence internationale sur la santé des médecins à Toronto du 11 au 13 octobre, en collaboration avec les associations médicales britannique et américaine.