Connexion

Les médecins prennent l'initiative de définir la pertinence en soins de santé

Les médecins du Canada ont pris des mesures audacieuses pour définir les soins de santé appropriés et mettre en œuvre une campagne efficace pour concrétiser ces mesures.

Au cours de la réunion du Conseil général de l'Association médicale canadienne (AMC) tenue mardi à Calgary, les délégués ont exprimé leurs préoccupations face aux tentatives des gouvernements d'utiliser les discussions sur la pertinence des soins cliniques pour désinscrire des services médicaux afin de réduire les coûts.

« Il y a un réel danger que certains services soient radiés sous prétexte de prestation appropriés des soins », a déclaré le Dr John Haggie, médecin de Terre-Neuve-et-Labrador et ancien président de l'AMC.

« La pertinence est une question de soins cliniques et non d'imputabilité des gouvernements », a-t-il précisé.

« Prendre les meilleures décisions cliniques, voilà qui est au cœur de la notion de pertinence des soins, but auquel notre système devrait aspirer », a dit la Dre Anna Reid, présidente de l'AMC, plus tôt dans la rencontre.

Une résolution présentée par le Dr Haggie et adoptée lors de la réunion définit ainsi la pertinence en soins de santé : « les bons soins dispensés par les bons fournisseurs au bon patient, au bon endroit et au bon moment, aboutissant à des soins d'une qualité optimale. »

Dans son exposé du bien-fondé de la motion, le Dr Haggie a précisé que si les cinq éléments de la définition sont présents, il en résultera des soins de haute qualité, et ce à un coût approprié.

Une autre résolution adoptée lors de la réunion favorise la création de données sur la prestation des soins de santé et les résultats pour les patients afin d'aider la profession médicale à élaborer un cadre sur la pertinence des soins et des normes connexes d'imputabilité.

L'acceptation de cette définition fait suite à une présentation sur la campagne Choosing Wisely Canada (Faire des choix judicieux), qui vise à aider les médecins et leurs patients à faire les bons choix concernant les soins - en d'autres termes, l'opérationnalisation de la pertinence des soins. À un niveau plus pratique, l'initiative dirigée par des médecins vise à cerner des examens médicaux et des interventions qui sont parfois utilisés de manière inappropriée.

Un aperçu de cette campagne réussie, adaptée de l'expérience américaine, a été présenté par vidéo à partir de Toronto par la Dre Wendy Levinson, présidente de Choosing Wisely Canada et professeure de médecine à l'Université de Toronto.

Selon la Dre Levinson, quand on parle de surutilisation des examens médicaux ou des services avec les médecins, cela pose un problème car cela peut donner l'impression que l'on veut rationner les services, plutôt que de réduire le gaspillage et les préjudices.

Elle a expliqué que la campagne Choosing Wisely aux États-Unis a connu du succès parce qu'il s'agit d'un programme géré par les médecins, mais dont le but est clairement d'aider les patients. Au départ, cette initiative regroupait 9 sociétés de spécialité. Elle en compte maintenant 50.

Au Canada, l'AMC travaille actuellement avec 7 sociétés de spécialité à qui elle a demandé de dresser une liste de 5 à 10 examens ou interventions potentiellement surutilisées ou préjudiciables.

Selon la Dre Levinson, le but est de lancer la campagne en avril 2014 et d'y faire participer le public et les groupes de patients.

L'issue probable de la campagne, dit-elle, sera la mobilisation des médecins pour une utilisation appropriée de ressources limitées, la sensibilisation du public au fait que « plus n'est pas mieux » et une réduction de l'utilisation des examens et traitements lorsqu'ils ne sont pas nécessaires.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.