Connexion

Les discussions pancanadiennes de l'AMC prennent fin à St. John's

Pauvreté, logements inadéquats, nécessité d'une alimentation saine et importance du développement au cours de la petite enfance - tous ces déterminants sociaux de la santé ont été mentionnés à St. John's le 3 juin, à l'occasion de la dernière d'une série d'assemblées publiques tenues en 2013 et organisées par l'AMC dans le cadre de son initiative de transformation des soins de santé.

Bien que toutes ces questions aient été soulevées lors d'assemblées précédentes, les participants à celle-ci ont assaisonné d'une saveur locale les discussions sur les défis et les solutions possibles. Entre autres, l'importance de l'accès à des aliments sains et à prix abordables est un problème qui a été mentionné à plusieurs reprises au cours de la soirée.

« Cette assemblée publique était particulière, car c'est la collectivité de St. John's qui a elle-même demandé d'en tenir une », a expliqué la présidente de l'AMC, Anna Reid. L'AMC a organisé la rencontre en collaboration avec l'Association médicale de Terre-Neuve-et-Labrador (AMTNL), le Réseau de logement et de lutte contre l'itinérance de Terre-Neuve-et-Labrador (Newfoundland and Labrador Housing and Homelessness Network), et le Harris Centre de l'Université Memorial.

La Dre Sandra Luscombe, présidente sortante de l'AMTNL, et Anthony Germain, modérateur de l'assemblée et animateur de l'émission matinale sur les ondes de la CBC à St. John's, ont tous deux fait remarquer que la prospérité récente que Terre-Neuve-et-Labrador a connue a renforcé les disparités sociales et économiques.

M. Germain a expliqué que la province connaît de gros problèmes de logement, notamment à St. John's. Les prix sont à la hausse alors que le nombre de propriétés disponibles demeure limité. Un des panélistes, Bruce Pearce, coordonnateur du développement communautaire au sein du Comité consultatif communautaire sur l'itinérance de St. John's, a comparé la tragédie du 19e siècle, où soudainement 10 000 personnes se sont retrouvées sans abri après l'incendie de St. John's, à la situation actuelle brûlante qui « couve », où 1 500 personnes ont recours aux refuges pour sans-abri à St. John's.

Les autres intervenants étaient Peter Jackson, éditorialiste pour le Telegram, la Dre Cheri Bethune, médecin de famille au Centre de santé communautaire Shea Heights et professeure à l'Université Memorial, et Heather Bartlett, directrice générale du Centre Daybreak.

La Dre Bethune a expliqué qu'elle portait deux chapeaux : représentante de ses patients et sentinelle qui repère les problèmes émergents dans sa collectivité. La Dre Reid a répondu que les médecins qui agissent à titre de sentinelles peuvent jouer un rôle clé dans la sensibilisation des décideurs aux enjeux émergents.

Selon la Dre Bethune, les médecins et les infirmières à Terre-Neuve-et-Labrador doivent pouvoir se sentir à l'aise de travailler dans les collectivités rurales, où vivent de nombreuses personnes défavorisées. Elle a précisé qu'il faut adapter le système de formation afin de donner aux fournisseurs les ressources nécessaires pour faire face à ces enjeux.

M. Pearce a obtenu la réaction la plus vive de la soirée lorsqu'il a demandé que le gouvernement provincial adopte une loi pour lutter contre la pauvreté, comme cela a été fait au Nouveau-Brunswick.

En plus des préoccupations d'une centaine de personnes exprimées directement à la réunion, l'assemblée publique a été retransmise en direct à des groupes d'élèves de Carbonear et de Happy Valley-Goose Bay, qui ont également participé à la discussion.

Cette rencontre fait suite à cinq autres assemblées tenues précédemment dans d'autres régions du Canada plus tôt cette année et co-parrainées par l'AMC, Maclean's et CPAC.

L'AMC s'inspirera des commentaires reçus pendant les assemblées et sur son forum en ligne hébergé sur l'un de ses sites web (www.transformationsante.ca) pour orienter les actions futures qui figureront dans un rapport sur les prochaines étapes du processus de transformation des soins de santé.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.