Connexion

Un sommet s’attaque aux problèmes liés à l’emploi des médecins et cherche à établir une stratégie nationale

Les principales organisations médicales du Canada se sont engagées à poursuivre leurs efforts pour résoudre les problèmes de chômage et de sous-emploi auxquels sont confrontés certains médecins nouvellement formés, particulièrement pour certaines spécialités en milieu hospitalier telles que la chirurgie orthopédique.

Cet engagement a fait l’objet d’une déclaration commune à la suite du Sommet national sur l’emploi des médecins, une réunion qui a eu lieu à la mi-février à Ottawa et qui a attiré plus de 100 représentants d’organisations médicales et des gouvernements. Le sommet, organisé par le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, n’a pas donné lieu à des engagements précis en vue de changements à court terme, mais l’élaboration d’une stratégie pancanadienne destinée à jumeler le nombre de médecins aux besoins de la population a recueilli un appui ferme.

Le sommet a aussi donné lieu à un engagement selon lequel le Collège royal coordonnera et recueillera tous les renseignements pertinents propres aux spécialités touchées par la situation, et à la planification d’une autre rencontre des représentants à l’automne pour mettre en commun leurs pratiques exemplaires et coordonner leurs efforts.

Les participants ont aussi plaidé en faveur d’un financement durable du Groupe de planification des effectifs médicaux, appuyé par le Comité sur les effectifs médicaux à l’échelle fédérale, provinciale et territoriale chargé d’assurer un nombre approprié, un éventail équilibré et une juste répartition de médecins pour répondre aux besoins de la société.

La déclaration commune souligne que le chômage et le sous-emploi des médecins sont des questions complexes comportant de nombreuses causes profondes, y compris les limites des modèles de planification et les données sur les besoins de la population.

« Alors que les délais d’attente sont interminables et que les budgets sont limités, notre système de santé doit faire en sorte que l’efficacité de tous les professionnels de la santé soit optimale », en est-il ressorti. « Il s’agit d’une première étape cruciale pour que le Canada puisse toujours compter sur les services d’un nombre approprié de médecins en exercice là où les besoins existent, soutenus par les ressources qui leur permettront de répondre aux besoins des patients. »

La tenue du sommet a été motivée en partie par de nouvelles recherches du Collège royal documentant l’omniprésence de problèmes liés à l’emploi dans certaines spécialités médicales et chirurgicales.

Dans le discours d’ouverture du sommet, le brigadier général Jean-Robert Bernier, chirurgien général et commandant du Groupe des services de santé des Forces canadiennes, a décrit la capacité des Forces de répondre aux besoins en santé de populations variées, partout dans le monde, souvent dans des conditions difficiles. Il a déclaré que ce serait une « tragédie impardonnable » si le Canada n’arrivait pas à travailler avec succès à la planification des besoins futurs en soins de santé et à la répartition de médecins nécessaire pour répondre à ces besoins.

Avant la rencontre, Mme Danielle Fréchette, coprésidente du sommet et directrice du Bureau des politiques de la santé et des relations externes du Collège royal, a expliqué que « l’objectif du sommet n’est pas d’essayer de régler les problèmes pour les médecins, mais plutôt de trouver une façon de conjuguer nos efforts pour répondre aux besoins de la population. »

Le président de l’AMC, le Dr Louis Hugo Francescutti, souligne que les délibérations peuvent être considérées comme un succès si elles se traduisent ultimement par une population canadienne en meilleure santé.

La déclaration commune a été faite au nom du Comité directeur du Sommet national sur l’emploi des médecins, un groupe créé par l’AMC, l’Association des facultés de médecine du Canada, l'Association des infirmières et infirmiers du Canada, l'Association canadienne des médecins résidents, le Collège des médecins de famille du Canada, l'Association canadienne des résidents en orthopédie, l'Association des urologues du Canada, la Fédération des médecins résidents du Québec, la Fédération des ordres des médecins du Canada et le Collège royal.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.