Connexion

L'Association médicale canadienne (AMC) exhorte le gouvernement de l'Ontario à ne pas rétablir les attestations de maladie pour des problèmes de santé de courte durée

​Ottawa (Ontario) – 16 novembre 2018 – L'Association médicale canadienne (AMC) s'inquiète du fait que le gouvernement de l'Ontario veut, par l'intermédiaire du projet de loi 47, rétablir les attestations de maladie pour les problèmes de santé de courte durée afin de gérer l'absentéisme. Le sondage Ipsos​ publié aujourd'hui démontre non seulement que la majorité des employés canadiens s'opposent à l'utilisation des attestations de maladie, mais qu'ils croient que ce n'est pas un bon usage des ressources limitées de notre système de santé.

L'obligation de fournir des attestations de maladie aurait des répercussions négatives sur les patients et les médecins de l'Ontario. Cette mesure législative permettrait aux employeurs d'obliger leurs employés à obtenir une attestation de maladie auprès d'un médecin, dans une clinique sans rendez-vous ou au service des urgences, à leurs propres frais. En outre, cette exigence peut entraîner des risques inutiles pour la santé publique; des patients qui, autrement, resteraient à la maison peuvent propager des virus ou des infections s'ils sortent pour se procurer une attestation de maladie. Le sondage Ipsos révèle également que plus de 8 répondants sur 10 en Ontario et partout au Canada iraient travailler malades plutôt que de se procurer une attestation de maladie. Ce sont des résultats inquiétants, qui mettent en lumière les répercussions possibles des attestations de maladie pour la santé publique. Pour les médecins, la rédaction d'attestations de maladie est un travail administratif additionnel − du temps qu'ils devraient consacrer à soigner les patients.

Plus tôt cette année, la province de l'Ontario est devenue une chef de file nationale quand elle a supprimé ce droit accordé par la loi aux employeurs, et l'enjeu a également été soulevé dans d'autres provinces. Le rétablissement de cette exigence est en contradiction directe avec l'engagement du gouvernement de l'Ontario à mettre fin à la « médecine de couloir ». Nous exhortons ce dernier à modifier le projet de loi 47 afin de continuer à faire preuve de leadership pour l'utilisation efficiente de notre système de santé.

Pour de plus amples renseignements ou pour envoyer une lettre à votre député local : www.sansbilletmedical.ca

Dre Gigi Osler
Présidente de l'AMC