Connexion

Le travail de l'AMC sur les soins aux aînés rayonne à l'international jusqu'aux Nations Unies​

Le 24 juillet, le Dr Laurent Marcoux, président de l’AMC, s’est rendu à New York pour appuyer la création d’une nouvelle convention des Nations Unies sur les droits des aînés et pour encourager le Canada à promouvoir son adoption.

Cette nouvelle convention appuierait le droit à un niveau de vie adéquat et à une bonne santé pour les aînés partout dans le monde et viserait à combler les lacunes dans des domaines comme l’autonomie, la maltraitance des aînés, les soins pour la démence, la réglementation des foyers de soins infirmiers, l’emploi et les pensions, et la sécurité sociale, entre autres.

Si elle est adoptée, elle constituerait probablement le prochain traité majeur en matière de droits de la personne produit par l’Organisation des Nations Unies (ONU), traité qui sera reçu favorablement si l’on en juge d’après le succès de la Convention relative aux droits de l’enfant, qui a connu un accueil presque universellement positif depuis son adoption en 1989.

L’organisation de la réunion est le fruit des efforts déployés par le Groupe de travail à composition non limitée sur le vieillissement des Nations Unies pour créer cette nouvelle convention internationale.

Lors d’une table ronde organisée par le Centre international sur la longévité du Canada, le Dr Marcoux a expliqué pourquoi l’amélioration des soins aux aînés est prioritaire pour les médecins du Canada et l’AMC, et a décrit les défis auxquels les Canadiens sont confrontés pour avoir accès en temps opportun à des soins palliatifs et de longue durée. Il a souligné en particulier le fait qu’un nombre élevé de patients âgés attendent à l’hôpital leur transfert dans un autre établissement où ils pourront recevoir des soins plus appropriés. Cette pratique entraîne non seulement une aggravation de leur état de santé, mais aussi une prolongation des temps d’attente pour les Canadiens de tous âges.

Les participants à la table ronde ont également été encouragés à donner des exemples d’initiatives réussies qui ont contribué à améliorer les soins aux aînés dans leur pays. Le Dr Marcoux a mentionné plusieurs modèles régionaux de soins, y compris le modèle SAFE à Ottawa, une unité de soins spéciaux pour les patients qui n’ont plus besoin de soins hospitaliers, mais qui ne sont pas suffisamment remis pour retourner à la maison. Une fois pleinement mis en œuvre, le programme devrait permettre au système de santé canadien d’économiser environ 700 000 $ par année.

Pour souligner l’importance de la participation du public à la transformation des soins de santé, le Dr Marcoux a aussi parlé du succès de la campagne de l’AMC sur l’amélioration des soins aux aînés, intitulée Exigeons un plan, qui a rallié plus de 60 000 sympathisants depuis son lancement il y a quelques années.

L’AMC a cosigné une lettre qui, adressée à la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, demande au gouvernement fédéral d’appuyer l’élaboration et la mise en œuvre de la nouvelle convention des Nations Unies. L’Association surveillera de près le processus, et l’ONU tiendra d’autres discussions à sa prochaine réunion, à l’été 2019.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.