Connexion

Un monde changeant, défi pour le mieux-être des médecins

La nature omniprésente et incontrôlable du changement et les défis qu’il pose au mieux-être des médecins ont été parmi les thèmes dominants des discours d’ouverture prononcés à la Conférence internationale sur la santé des médecins (CISM) de 2014, qui se déroule actuellement à Londres, au Royaume-Uni.

La question a été directement soulevée par la présidente de l’Association médicale britannique, la baronne Ilora Finlay, qui a parlé du référendum du 18 septembre sur l’indépendance de l’Écosse dans une allocution prononcée devant plus de 300 délégués venus de 16 pays. Elle a cité le référendum comme un exemple des changements titanesques qui peuvent toucher les gens, sans qu’ils puissent y faire quoi que ce soit.

Il est très difficile de vivre dans l’incertitude, a-t-elle dit, et les gens se tournent de plus en plus vers les médecins pour obtenir des réponses à leurs questions – et leurs attentes sont irréalistes.

Les « transitions » constituent le thème officiel de la rencontre bisannuelle, coparrainée par les associations médicales américaine, canadienne et britannique, et la Pre Finlay a souligné que de telles transitions sont aujourd'hui une constante.

Dans son discours, le président de l’AMC, le Dr Chris Simpson, a dit : « Le thème de cette conférence nous rappelle combien il est important de reconnaître les défis particuliers qui sont inhérents à chaque transition dans la carrière en médecine. »

« Les transitions sont importantes dans le cycle de vie du médecin, mais nous devons reconnaître que d’une manière plus générale, les systèmes de santé traversent aussi des phases et, en relevant les défis systémiques, nous serons plus en mesure d’affronter les défis en santé et mieux-être des médecins. »

« À titre de président de l’AMC, l’une de mes priorités est de promouvoir le mieux-être de la profession médicale au Canada », a ajouté le Dr Simpson, soulignant que le soutien et l’engagement continus de l’AMC envers la profession sont clairement définis dans le plan stratégique 2015-2017. Il a également parlé de sa priorité première – l’élaboration d’un plan national sur les soins aux aînés – et dit que les présentations de la conférence sur les transitions touchant les médecins âgés lui seraient utiles dans ses réflexions à cet égard.

Le Dr Simpson a expliqué qu’il collabore actuellement avec des chercheurs de l’Université Queen’s, à Kingston, en Ontario, qui évaluent l’impact que le rôle de leadership d’un médecin – à savoir celui de président de l’AMC – peut avoir sur sa santé personnelle. Pendant cette période, a-t-il dit, les chercheurs vont formuler des commentaires en temps réel afin de l’aider à rester en bonne santé.

« Je vais mettre mon âme à nu », a-t-il dit, soulignant que la recherche sera publiée une fois terminée, dans l’espoir que cela aidera à éclairer la question de la santé des médecins, à tous les niveaux.

Le Dr Simpson a ajouté que cette implication personnelle directe soutient les principaux objectifs de l’Institut canadien pour la santé des médecins, qui est coparrainé par l’AMC et la Fondation médicale canadienne, en particulier celui consistant à « déstigmatiser » les questions liées à la santé des médecins.

Le président de l’Association médicale américaine, le Dr Robert Wah, a souligné l’importance de la santé et du mieux-être des médecins pour la solidité du système de santé.

« Si nous ne nous gardons pas en bonne santé, nous ne pouvons pas aider les autres à le faire. »

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.