Connexion

L’AMC félicite les doyens des facultés de médecine du Canada pour les mesures prises afin de réduire le nombre d’étudiants en médecine non jumelés​

Ottawa, 14 novembre 2017 – L’Association médicale canadienne (AMC) et la Fédération des étudiants et des étudiantes en médecine du Canada (FEMC) se réjouissent des nouvelles récentes de l’Association des facultés de médecine du Canada (AFMC). Le 25 octobre, les doyens des facultés de médecine de partout au Canada ont annoncé une série de mesures visant à réduire le nombre de diplômés en médecine non jumelés et à améliorer la flexibilité des transferts des médecins résidents.

L’AMC préconise depuis longtemps un système de formation médicale postdoctorale plus flexible afin que nos médecins canadiens hautement compétents et bien formés puissent poursuivre leur carrière médicale au Canada plutôt que de se voir obligés de chercher une formation postdoctorale ailleurs, notamment aux États-Unis.

La politique de l’AMC intitulée « La flexibilité de la formation en médecine » recommande que les étudiants en médecine disposent d’un choix suffisant pour rechercher la formation qui correspond le mieux à leurs compétences et à leurs intérêts, de même qu’aux exigences sociétales.

« Pendant mes 40 années de carrière comme médecin, j’ai eu le privilège, le bonheur et la fierté immenses de prendre soin de mes patients », a confié le Dr Laurent Marcoux, président de l’AMC. « Nous avons des étudiants finissants qui sont prêts à commencer leur propre carrière au service des patients canadiens; créons un système qui leur permette de le faire. »

Selon les données issues du Service canadien de jumelage des résidents (CaRMS), 145 étudiants en médecine canadiens participant au programme n’ont pas réussi à obtenir de poste de résidence après les deux tours du plus récent cycle de jumelage, ce qui représente le nombre le plus élevé d’étudiants non jumelés de l’histoire de ce service.

L’AMC continuera de travailler avec les principaux groupes concernés, notamment la FEMC, l’AFMC et le CaRMS, afin de s’assurer que les étudiants et étudiantes reçoivent le soutien nécessaire pour faire des choix de carrière éclairés et qu’ils peuvent profiter d’expériences cliniques variées avant de devoir choisir une discipline précise.