Connexion

La santé, un enjeu difficile à mousser en cette période électorale

L’AMC est confrontée à de dures réalités alors qu’elle tente de faire des soins de santé un enjeu aux élections fédérales, ont reconnu trois experts politiques lors d’une séance d’action politique tenue le 25 août à l’assemblée annuelle de l’AMC, à Halifax.

Tasha Kheiriddin, chroniqueuse en politique publique et panéliste à la télévision, a dit que les soins de santé et l’appel de l’AMC pour une stratégie nationale sur les aînés suscitent peu d’intérêt dans le cadre de la campagne électorale en cours principalement parce que la santé est considérée comme un enjeu provincial. Elle a ajouté que les soins aux aînés sont une « crise lointaine — il faut faire [de la population vieillissante] une crise d’aujourd’hui, pas de 2036 ».

Bruce Anderson, sondeur et panéliste politique, a dit que même si les soins de santé sont régulièrement cités comme étant l’enjeu le plus important auquel les Canadiens sont confrontés, les politiciens ignorent souvent ce fait. « Les politiciens sont très doués pour dire “non” aux groupes de pression professionnels, a-t-il dit. Je vous conseille de reconnaître ce dont les politiciens ont besoin, et ce n’est pas quelque chose qui prend sept ans. Ils pensent à court terme, ils veulent un effet immédiat. »

« Nous sommes déjà à la quatrième semaine de la plus longue campagne électorale de l’histoire moderne du Canada, et la santé n’est pas un enjeu », a souligné Kathleen Monk, panéliste à la télévision et ancienne porte-parole du NPD. Il existe plusieurs raisons à cela, dit-elle, dont le procès très médiatisé du sénateur conservateur Mike Duffy, qui accapare l’attention des médias.

Le président sortant de l’AMC, Chris Simpson, a bien fait comprendre que même si la tâche s’annonce difficile, l’Association ne renoncera pas.

« Nous suivrons de près les engagements pris par les partis, et nous présenterons nos constatations à la fin de la campagne, pour que les Canadiens qui se préoccupent des soins aux aînés puissent prendre une décision éclairée quand ils iront voter », a dit le Dr Simpson aux délégués dans son discours d’adieu. « Nous continuerons à talonner les candidats. »

Un médecin s’est plaint du fait que l’AMC est « très éparpillée » dans ses activités de représentation, changeant trop souvent de cible. « Si j’étais un politicien, je saurais que l’Association passera à autre chose », a-t-il dit, ajoutant que l’AMC devrait envisager de faire de son appel pour de meilleurs soins aux aînés une stratégie à long terme.

Tasha Kheiriddin est d’accord avec lui. « Si vous demandez toujours quelque chose de nouveau, on ne vous écoutera pas », a-t-elle dit.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.