Connexion

Une nouvelle politique sur la santé des médecins pour aborder le bien-être au sein de la profession médicale​

« Le travail des médecins est très stimulant et enrichissant mais on le fait avec tant d’ardeur que l’on s’oublie », affirme le Dr Marcoux, président de l’AMC.

Les raisons sont diverses : écrasés par les longues journées de travail, les interactions stressantes et les demandes urgentes, de nombreux médecins sombrent dans un état d’épuisement.

« Dans notre milieu, il ne faut montrer aucune faiblesse, ajoute la Dre Osler. On s’attend à ce que les médecins soient inébranlables, qu’ils prennent soin d’eux-mêmes et qu’ils refoulent tout sentiment de détresse. »

Or, lorsqu’on néglige la santé et le bien-être des médecins, tout le monde est perdant.

Kirsten Kukula, une étudiante en médecine, le formule ainsi : « C’est difficile de prendre soin de quelqu’un d’autre lorsqu’on ne se sent pas bien. »

Les médecins courent un risque plus élevé que la population générale de souffrir de dépression et d’épuisement professionnel. Selon les données recueillies dans le cadre du Sondage national sur la santé des médecins 2017 de l’AMC, on observerait chez les médecins et les résidents un taux d’épuisement professionnel respectif de 29 % et de 38 %. Selon de récentes données nationales, le son de cloche serait le même du côté des étudiants en médecine. Plus du tiers des médecins canadiens n’ont même pas de médecin de famille à qui confier leurs propres problèmes de santé.

Ces statistiques en disent long sur la santé des médecins, mais également sur les systèmes de santé eux-mêmes. Quand la santé des médecins bat de l’aile, les soins aux patients en souffrent.

C’est pourquoi l’AMC accorde la priorité à la santé des médecins, qui est au cœur de cette nouvelle politique.

UNE POLITIQUE EN ÉVOLUTION

Depuis ses débuts, l’AMC joue un rôle de meneur en matière de santé des médecins.

En 1998, elle a été l’une des premières associations médicales nationales au monde à élaborer une politique sur la santé des médecins.

Cette politique est encore en évolution aujourd’hui et reflète les changements que connaît la profession.

Nous croyons que la santé des médecins n’est pas qu’un enjeu individuel. Pour une amélioration concrète et permanente de la situation, nous ne pouvons plus laisser la santé des médecins reposer seulement sur leurs épaules. La responsabilité de leur santé devrait en effet être partagée entre eux et les systèmes dans lesquels ils apprennent et travaillent.

La nouvelle politique sur la santé des médecins de l’AMC aborde cet enjeu par l’intermédiaire de recommandations ainsi que par une perspective de responsabilité partagée — de la « personne » au « système » — en se concentrant particulièrement sur les initiatives à l’échelle systémique.

Cette nouvelle politique n’est qu’une des mesures prises par l’AMC pour faire valoir l’importance de la santé et du bien-être des médecins. Nous souhaitons poursuivre la discussion et publierons bientôt d’autres résultats de notre Sondage national sur la santé des médecins 2017. Ces données nous aideront à quantifier les témoignages que nous avons reçus de nos membres concernant leur état de santé.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.