Connexion

L’AMC reconnaît l’obésité comme une maladie

L’Association médicale canadienne (AMC) a reconnu l’obésité comme une maladie chronique nécessitant la mise en place d’initiatives de recherche, de traitement et de prévention.

À l’occasion de sa récente réunion, le Conseil d’administration de l’AMC a donné un appui massif à une résolution sur l’obésité émanant de la réunion du Conseil général et qui lui avait été renvoyée pour étude.

« Il importe que les fournisseurs de soins reconnaissent l’obésité comme une maladie si nous voulons que des mesures de prévention soient mises en place et que les patients reçoivent des traitements appropriés », a déclaré la présidente de l’AMC, Cindy Forbes.

« Cette décision de l’AMC montre bien l’importance d’aborder le problème de l’obésité de même que la stigmatisation qui y est souvent associé ».

« Nous devons agir résolument pour contrer le problème », a dit pour sa part le Dr Adam Steacie, membre du Conseil d’administration, qui avait présenté la motion.

Il a dit qu’en reconnaissant l’obésité comme une maladie, on parviendrait peut-être à provoquer une réorientation des perspectives afin de percevoir l’obésité non comme un mode de vie, mais comme une maladie nécessitant des soins médicaux – une maladie que les médecins ont l’obligation de traiter autant que toutes les autres. Le Dr Steacie a reconnu que les avis sont partagés sur la question et que tous ne s’entendent pas pour dire que l’obésité devrait être considérée comme une maladie. Il a toutefois ajouté que l’obésité correspond bel et bien à la définition d’une maladie puisqu’elle diminue l’espérance de vie et nuit au fonctionnement normal du corps et qu’elle peut être causé par des facteurs génétiques. Plusieurs autres organisations médicales et organisations de santé prestigieuses, dont l’American Medical Association, ont reconnu l’obésité comme une maladie chronique.

Le Conseil général avait renvoyé la motion au Conseil d’administration en raison, notamment, des inquiétudes liées aux limites de l’utilisation de l’indice de masse corporelle (IMC) comme mesure pour diagnostiquer l’obésité.

Le Dr Steacie a affirmé que l’IMC constitue une définition opérationnelle utile de l’obésité, mais qu’il ne devrait pas être utilisé comme l’une des caractéristiques déterminantes de la maladie. Il a également noté que dans les cas d’obésité sévère, les questions de définition et de mesure ne sont pas pertinentes.

« Nous devons continuer de promouvoir la mise en place de politiques publiques et d’activités d’éducation et de sensibilisation efficaces visant à prévenir l’obésité, mais nous devons également fournir des soins et des traitements de meilleure qualité », a déclaré le Dr Steacie. « Le fait de reconnaître l’obésité comme une maladie chronique peut aider en ce sens. »

La première Journée mondiale de l’obésité se tiendra le 11 octobre.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.