Connexion

Le Conference Board du Canada demande une approche proactive visant à répondre aux besoins des aînés

Un nouveau rapport publié par le Conference Board du Canada révèle la nécessité d’adopter une approche proactive pour relever les défis liés à la population vieillissante du Canada, plus particulièrement dans le domaine des soins de santé.

« L’avenir du Canada passe par des services et des programmes bien conçus et efficaces », souligne le rapport, Les services sociaux et de santé offerts aux aînés canadiens.

Le rapport a été financé par l’Association médicale canadienne (AMC). Bien que les conclusions proviennent entièrement du Conference Board du Canada, elles s’harmonisent bien avec la campagne en cours de l’AMC visant à promouvoir la nécessité d’une stratégie nationale pour les aînés.

« La recherche menée par le Conference Board du Canada est un cri d’alarme pour nos décideurs et leaders politiques, affirme dans un communiqué le Dr Chris Simpson, président de l’AMC. Les patients, les familles, les professionnels de la santé et d’innombrables bénévoles tentent de composer avec le système de santé et ses lacunes. Ça ne devrait pas être le cas. »

Le rapport dresse un portrait du contexte économique et social des soins aux aînés au Canada et fournit un aperçu des programmes et services actuels financés par le gouvernement. Les auteurs, David Verbeeten, Philip Astles et Gabriela Prada, expliquent les défis liés à la santé des aînés et aux programmes sociaux et présentent des pratiques exemplaires et de nouvelles approches utilisées pour relever ces défis au Canada et à l’étranger.

Comme beaucoup l’ont fait récemment, le Conference Board aborde les tendances économiques et démographiques qui exerceront une pression supplémentaire sur les services de santé à mesure que la population vieillit et que les revenus diminuent.

Dans un communiqué de presse, les auteurs ont affirmé que comme on prévoit que le nombre d’aînés au Canada passera de 5 à 10 millions d’ici les 25 prochaines années, il est évident que notre système de santé fera l’objet d’une hausse de la demande de services hospitaliers, de soins à domicile, de soins de longue durée, d’établissements de soins palliatifs et de programmes de santé et de mieux-être.

« Compte tenu de la montée prévue de la demande dans tous les secteurs des soins aux personnes âgées, il faut un financement approprié pour arrimer la capacité à la demande », souligne le rapport.

« Comme il importe pour l’économie de garder les personnes âgées en bonne santé, il faut encourager et appuyer les programmes de promotion de la santé, ainsi que les programmes de dépistage du cancer et des maladies chroniques. »

Le rapport donne un aperçu complet des programmes de santé et des programmes sociaux financés par le gouvernement offerts aux aînés dans les différentes provinces et les différents territoires du Canada.

Notant que la prestation de ces services peut varier considérablement d’une province ou d’un territoire à l’autre et qu’elle est rarement coordonnée, les auteurs soulèvent des préoccupations à l’égard des soins palliatifs. « Peu d’aînés qui ont besoin de soins palliatifs les reçoivent en réalité et ceux qui en bénéficient reçoivent souvent des services à la pièce non coordonnés. »

Le rapport fait également état du soutien économique « énorme », qu’apportent dans l’ombre les aidants naturels. Le Conference Board estime qu’en 2007, ces aidants bénévoles ont fourni dix fois plus d’heures de soins à domicile que le personnel rémunéré, ce qui correspond à environ 1,5 milliard d’heures fournies par près de 3,1 millions de personnes.

Décrivant les principaux défis liés à la prestation adéquate de services de santé et de services sociaux aux aînés du Canada, le rapport cible quatre grands volets :

  • Le déséquilibre entre l’offre et la demande, les coûts et la complexité des processus d’admission aux soins à domicile et aux établissements de soins de longue durée.
  • L’absence d’une stratégie coordonnée contre la démence.
  • Le manque de planification de la part des gouvernements et de la population quant aux exigences à venir concernant les soins de longue durée.
  • L’incohérence et les inégalités attribuables au manque d’engagement du gouvernement fédéral dans beaucoup de domaines « cruciaux » pour les soins aux aînés.

De nombreuses solutions novatrices aux défis présentés dans le rapport soulignent l’importance d’aider les aînés à vivre de façon autonome et indépendante ainsi que d’adopter une approche stratégique à l’échelle nationale axée sur la prévention et les soins intégrés, affirme le Conference Board.

« Les enjeux de la santé des personnes âgées et des services de santé sont complexes et, pour en tenir compte avec succès, il faut que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, ainsi que les intervenants du secteur des soins de santé et les communautés, conjuguent leurs efforts », conclut le rapport.

« Nous avons besoin d’un leadership politique, avec le gouvernement fédéral en tête, suivi de tous les autres ordres de gouvernement, pour faire entrer le système de santé canadien dans le 21e siècle. Les faits sont bien réels et nous ne pouvons plus nous offrir le luxe de tergiverser face à ce défi national », convient le Dr Simpson.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.