Connexion

Le système de santé est menacé si nous ne nous occupons pas du soins des aînés, a déclaré le président de l’AMC

Le système de santé du Canada – avec son accès universel – cessera d’être viable si l’on ne repense pas à l’échelle nationale les modalités d’administration des soins aux aînés dans notre pays.

C’est le président de l’Association médicale canadienne, Chris Simpson, qui a lancé cet avertissement dans un discours prononcé devant le Canadian Club d’Ottawa.

Le Dr Simpson a expliqué pourquoi il est si urgent de remédier à l’inadéquation des soins aux aînés au pays en décrivant les répercussions de cette situation pour le système de santé dans son ensemble.

Il a dit que son hôpital, à Kingston, en Ontario, avait été en blocage d’accès en raison d’engorgement total pendant 18 jours en octobre. Il a souligné que le problème avait atteint des proportions chroniques dans beaucoup d’hôpitaux au Canada et que, de plus en plus, l’engorgement total devenait la norme.

Or, l’engorgement est attribuable en très grande partie à l’incapacité de déplacer les aînés qui n’ont plus besoin de soins actifs (ces patients sont dits « en attente d’un autre niveau de soins », ou ANS) et qui sont prêts à être hébergés dans un milieu leur convenant davantage.

Selon le Dr Simpson, on estime que 15 % des lits de soins actifs sont occupés par des patients ANS. « Or, a-t-il dit, ces patients sont piégés. Nous les "entreposons". »

« Comme société, nous devons augmenter les investissements dans les soins de longue durée et investir beaucoup plus dans les services de soins à domicile et de soins communautaires. »

Il a attribué cette situation à l’incapacité des décideurs à adapter le système de santé à la nouvelle réalité de patients plus âgés et atteints de maladies chroniques.

La solution, a-t-il dit, passe non pas par des injections de fonds additionnels, mais par l’adoption « de façons plus intelligentes de dépenser ».

Le Dr Simpson a réitéré le thème dominant depuis qu’il a assumé la présidence de l’AMC en août dernier : la nécessité pour tous les niveaux de gouvernements d’unir leurs efforts afin de formuler une stratégie nationale pour le soin des aînés.

L’adoption d’une stratégie robuste pour le soin des aînés permettrait la période que nous vivons aujourd’hui de devenir celle de l’aube du vieillissement sain et actif. Faute de quoi, a-t-il ajouté, on risque de se souvenir de cette période comme de l’âge « des coûts astronomiques ».

Nous pouvons toutefois éviter la crise de la viabilité tout en prodiguant à tous les Canadiens les soins dont ils ont besoin, y compris le traitement des maladies chroniques, si nous commençons à penser différemment et de façon stratégique

Il a dit que l’AMC reste convaincue que l’engagement du gouvernement fédéral est l’ingrédient essentiel et il a demandé l’appui des médecins, des groupes d’intervenants comme la Légion royale canadienne, des établissements avant-gardistes, des médias et « des fonctionnaires qui sont prêts à écouter ».

Le Dr Simpson a terminé son allocution en rappelant la vision de Tommy Douglas, le père de l’assurance maladie au Canada.

« Il y a cinquante ans, Tommy Douglas nous a montré une meilleure façon de faire. Voilà le type de vision nationale dont nous avons besoin aujourd’hui. Nous devons agir. »

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.