Connexion

Le fédéral exhorté à adopter le « modèle canadien » pour la réforme du système de santé

L’Association médicale canadienne (AMC) s’est jointe à 39 autres organisations nationales du secteur de la santé pour réclamer le retour au « Modèle canadien », fondé sur la compassion, le consensus et la collaboration, dans la façon d’aborder les enjeux nationaux.

La déclaration de consensus, intitulée Accélérer l’innovation et améliorer le rendement du système de santé, a été publiée par le Groupe d’intervention action santé (GIAS) pour inciter tous les partis politiques fédéraux à faire connaître leur vision des soins de santé dispensés aux Canadiens en prévision de l’élection fédérale de 2015. Le GIAS a été créé en 1991 et représente plus de 650 000 fournisseurs et consommateurs de soins de santé. Dans le cours de ses activités, le Groupe n’a cessé d’affirmer le rôle du gouvernement fédéral dans le secteur de la santé et des soins.

« Afin de garantir l’avenir du système de santé, GIAS a la conviction que le leadership fédéral est essentiel – aussi bien dans les domaines où ses responsabilités sont clairement établies que dans les interventions qui exigent, de concert avec les provinces et les territoires, la collaboration, l’innovation et un meilleur rendement du système», a affirmé Glenn Brimacombe, coprésident du GIAS, en présentant la déclaration.

« Nous croyons que l’approche de GIAS reflète le Modèle canadien, profondément ancré qu’il est dans la compassion, le consensus et la collaboration. »

La déclaration souligne notamment la nécessité d’adopter une approche innovatrice pour aborder la question du soin des aînés, un point qui préoccupe particulièrement l’AMC.

« Nous sommes ravis de constater que la déclaration de consensus insiste sur la nécessité de répondre aux besoins des aînés et d’élaborer des stratégies afin d’assurer que les Canadiens âgés ont accès aux soins appropriés dont ils ont besoin », a dit le président de l’AMC, Chris Simpson.

Dans l’ensemble, a-t-il dit, « cette déclaration est tout à fait conforme à l’initiative de l’AMC sur la transformation des soins de santé, puisqu’elle exhorte le gouvernement fédéral à jouer un rôle de leadership à cet égard ».

La déclaration souligne divers moyens par lesquels le gouvernement fédéral peut assumer un rôle de leadership pour améliorer la santé et les soins de santé des Canadiens, notamment en accélérant le rythme de l’innovation, en améliorant l’imputabilité et la transparence au sein du système, et en élevant le niveau de collaboration avec les provinces, les territoires et les fournisseurs de soins.

La déclaration met l’accent sur six aspects :

  • une collaboration accrue entre le gouvernement fédéral et les provinces et territoires;
  • l’adoption par le gouvernement fédéral d’un énoncé de vision pour la santé et les soins de santé;
  • la formulation d’un cadre de rendement devant guider les améliorations et l’innovation dans le système de santé et la prestation des soins;
  • la formulation d’options destinées à assurer la stabilité financière du système de santé;
  • la nécessité pour le fédéral de faire des investissements stratégiques face à certains enjeux clés, notamment le vieillissement de la population du Canada, l’accès aux médicaments d’ordonnance et la diffusion des innovations en santé qui ont une incidence concrète sur le terrain;
  • le développement d’un ensemble commun d’indicateurs nationaux de rendement du système de santé.

La déclaration réclame également une combinaison de fonds stratégiques à durée limitée pour stimuler les améliorations préconisées, dont un Fonds national pour l’innovation en santé et un Fonds national pour les infrastructures communautaires de la santé.

Le GIAS préconise également que le gouvernement fédéral assure 25 % du financement annuel du système de santé. On estime que la part actuelle du gouvernement fédéral est de 23 % cette année, et qu’elle va chuter à 13,3 % d’ici 2037 si aucun changement n’est apporté.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.