Connexion

Salle comble au premier symposium AMQ-AMC pour les médecins gestionnaires

Le premier symposium AMQ-AMC pour les médecins gestionnaires, tenu à Montréal le 19 novembre dernier, a connu un vif succès avec une participation de 117 médecins et gestionnaires du réseau de la santé. L’évènement a donné naissance à un premier regroupement de médecins gestionnaires au Québec. Six participants se sont portés volontaires pour donner une voix officielle à cette alliance au sein de la profession médicale.

Le symposium a été l’occasion pour les participants de s’entretenir avec des panélistes expérimentés provenant de toutes les régions du Québec.

David Levine, ancien PDG de l’Agence de santé de la région de Montréal, a déclaré que les médecins gestionnaires doivent être des leaders pour transformer le système de santé et a rappelé l’importance de les reconnaître pour assurer une relève. Il a fait écho à l’adoption des projets de loi 10 et 20 au Québec et de la charge de travail supplémentaire demandée aux médecins gestionnaires.

La gestion du changement en centre hospitalier ou en groupe de médecine familiale (GMF) était aussi à l’ordre du jour. La Dre Annie Léger, directrice des services professionnels et de l’enseignement universitaire au CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, a reconnu l’importance pour les médecins gestionnaires d’être bien formés en gestion de la santé et bien accompagnés lors de l’implantation d’un nouveau modèle de prestation de soins. La formation et l’accompagnement, a-t-elle dit, peuvent éviter des erreurs de gestion. Le savoir-être et le savoir-faire sont des qualités essentielles pour le médecin gestionnaire, selon elle. Pour sa part, le Dr Daniel Roux du GMF Nouvelle-Beauce a souligné l’importance de créer un climat de travail agréable et d’être bien appuyé par une équipe administrative efficace pour obtenir des résultats optimaux.

Les participants ont aussi tenté de cerner les composantes du « génome médical » qui définissent le médecin gestionnaire. Selon le Dr Vincent Demers, médecin de famille à Québec, les médecins sont des gestionnaires qui s’ignorent, mais ils sont toujours prêts à s’investir et à s’unir pour soigner les patients, peu importe le contexte dans lequel ces soins sont prodigués.

Selon le Dr Daniel Tardif, président-directeur général adjoint du CISSS de l’Outaouais, le « génome médical », dans ses composantes de compassion et d’intérêt pour autrui, peut être une force extraordinaire pour favoriser le changement dans le réseau de la santé. Dr Tardif compare l’intégration des établissements en cours au Québec à une course à relais : le patient est le témoin que les équipes soignantes doivent porter et ne jamais laisser tomber. Le « génome médical » est une composante essentielle à l’intégration des établissements et pour faire en sorte que le patient demeure central dans la transformation du système, a-t-il ajouté.

Lors d’une discussion portant sur le rôle du médecin gestionnaire en rapport avec la gouvernance clinique, la Dre Yun Jen, présidente de l’Association médicale du Québec, a invité les membres de l’AMQ-AMC à mobiliser leurs collègues afin qu’eux aussi s’impliquent en gestion de la santé. Accompagnée du Dr Denis Roy de l’INESSS, elle a réitéré l’importance de la formation continue en gestion.

Le mot de bienvenue a été prononcé par le Dr Abdo Shabah, membre du conseil d’administration de l’AMQ, et Tim Smith, chef de la direction de l’AMC. Ils ont salué le travail des médecins qui sont habités de valeurs comme l’intégrité, la compassion et le leadership. Monsieur Smith a ajouté que les changements actuels et continuels qui se produisent dans notre système de santé créent plus de possibilités que jamais pour les médecins d’exercer des rôles de premier plan pour orienter l’avenir des soins de santé au Canada.

Les participants ont salué l’AMQ et l’AMC d’avoir pris l’initiative d’organiser ce symposium qui a permis de jeter les bases d’un nouveau regroupement pour les médecins gestionnaires.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.