Connexion

Médecins de famille recherchés pour les familles nomades de militaires

Les médecins de famille du Canada se mobilisent afin d’aider les familles de militaires à avoir accès à des soins primaires quand elles déménagent sur une nouvelle base, mais les Forces canadiennes (FC) disent qu’il faut faire plus.

Alors que de nombreux Canadiens ont de la difficulté à trouver un médecin de famille, les FC disent que les familles de militaires sont confrontées à un problème unique en raison de la nature nomade de la carrière militaire. En 2013, l’ombudsman des FC de l’époque, Pierre Daigle, a indiqué que les familles de militaires étaient beaucoup moins susceptibles d’avoir un médecin de famille (MF) que les autres Canadiens parce qu’elles déménagent trois fois plus souvent. L’ombudsman a noté que certaines familles passent tout simplement d’une liste d’attente à une autre en raison des affectations changeantes, « se rendant rarement en tête de liste » avant de devoir déménager de nouveau.

L’armée a répondu en encourageant les médecins de famille – par l’intermédiaire d’organisations comme l’AMC – à envisager d’ouvrir leur pratique à ces familles. Plus de 50 MF, dans quatre provinces, ont répondu à l’appel depuis 2012.

« Je dis toujours oui à ces patients, même si ma pratique est fermée », explique la Dre Nancy McFadden, de Comox (C.-B.), une communauté de l’île de Vancouver où se trouve une importante base militaire aérienne. « J’estimais qu’il était important d’offrir ce service parce que c’est un facteur de stress majeur pour les familles de militaires d’être affectées quelque part et de devoir en plus s’inquiéter du fait que les membres de la famille n’auront pas de soins médicaux longitudinaux. »

Les seules autres options offertes aux nouveaux venus à Comox sont deux cliniques sans rendez-vous et le service d’urgence local.

Les résultats d’un récent sondage révèlent que l’accès aux soins primaires est une source de préoccupation majeure dans les FC, 23,8 % des conjoints ou partenaires disant ne pas avoir de médecin de première ligne, comparativement à environ 15 % dans la population en général. Le sondage a également révélé que les soins médicaux sont le service le plus souvent désigné – 44,4 % des répondants – par les conjoints de militaires comme étant « extrêmement difficile » à rétablir après une nouvelle affectation.

Cela n’étonne pas le président de l’AMC, Chris Simpson. « Comme plus de quatre millions de Canadiens n’ont pas de médecin de famille, on peut facilement comprendre que les familles de militaires peuvent avoir de la difficulté à avoir accès à des soins primaires, surtout quand tout est à recommencer tous les trois ou quatre ans », a-t-il dit.

Le Dr Simpson a fait l’éloge d’initiatives récentes comme l’Opération médecin de famille, lancée par l’Académie de médecine d’Ottawa en 2012, en collaboration avec le Centre de ressources pour les familles des militaires de la région de la capitale nationale (RCN). La coordonnatrice Robyn Curry explique que le programme jumèle les familles de militaires, de même que les militaires qui prennent leur retraite ou qui quittent le service, à des médecins exerçant à 64 endroits différents dans la RCN.

Depuis le lancement de l’Opération médecin de famille, 2 000 patients ont été référés à des médecins de famille. Mme Curry affirme que le programme a un effet positif sur les familles de militaires et « est tout à l’honneur de nos médecins locaux ».

Les 300 médecins des FC en service ne fournissent pas de soins aux membres des familles du personnel militaire, mais certains d’entre eux, maintenant retraités de l’armée, le font aujourd’hui. Le Dr Tarek Sardana, qui exerce dans la région d’Ottawa après une carrière de 20 ans dans la Force aérienne, a récemment pris en charge 50 patients venant de familles de militaires. Il s’attend à ce qu’il y en ait bientôt plus car « la saison des affectations va commencer ».

Le Dr Sardana souligne que les MF qui prennent ces patients en charge aident à atténuer le stress vécu par les familles. « Et vous avez en prime un groupe de patients reconnaissants. »

La Dre McFadden encourage d’autres médecins à faire de même. « Prenez ces patients, dit-elle. Ce sont généralement de jeunes familles, qui sont en bonne santé. Ce n’est pas un engagement important, et ça vous permet de rencontrer des gens qui viennent de partout au Canada. De plus, vous offrez un service précieux à notre personnel militaire. »

Les médecins intéressés peuvent appeler la Ligne d’info pour les familles (800 866-4546) ou s’adresser au Centre de ressources pour les familles des militaires le plus près.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.