Connexion

Le président de l’association médicale de la C.-B. fait personnellement l’expérience des lacunes dans les soins aux aînés

Le président de Doctors of BC a été récemment à même de constater de trop près l’importance d’une amélioration des soins aux aînés.

Le Dr Charles Webb prenait la parole à Vancouver le 28 septembre à l’occasion d’une table ronde, puis d’une assemblée publique. Les deux événements étaient organisés conjointement par la British Columbia Retired Teachers’ Association (association des enseignants retraités de la Colombie-Britannique), l’Association canadienne des enseignantes et des enseignants retraités, l’Association nationale des retraités fédéraux, le Council of Senior Citizens’ Organizations of BC (conseil des aînés et aînées de la C.-B.) et l’Association médicale canadienne (AMC).

Le Dr Webb a raconté comment il avait personnellement pris conscience de la nécessité d’une stratégie nationale pour les aînés la semaine précédente quand il avait soudainement dû s’envoler vers Londres, au Royaume-Uni, pour rendre visite à son père malade, qui s’était fracturé des côtes lors d’une chute et avait du sang sur les poumons. Quand il est arrivé, son père était aux soins intensifs, si faible qu’il ne pouvait pas avaler. C’était la fin de semaine et il n’y avait qu’un minimum de personnel, malgré la présence d’un grand nombre de patients hospitalisés. « Mon père, pourtant en état critique, ne recevait aucun service », a expliqué le Dr Webb.

Heureusement, le Dr Webb a pu faire quelques appels des deux côtés de l’Atlantique et a trouvé un lit pour son père dans un autre établissement. La plupart des familles n’ont toutefois pas accès à de telles ressources pour aider un être cher et, malheureusement, la situation du père du Dr Webb n’aurait pas été beaucoup meillere de ce côté-ci de l’Atlantique en raison de l’absence d’une stratégie nationale pour les aînés au Canada.

Le Dr Webb a fait remarquer qu’en C.-B., les médecins et le gouvernement travaillent ensemble par le biais de comités conjoints à la réalisation de programmes novateurs pour aider à combler les lacunes dans les soins des aînés. Cependant, les défis abondent et une stratégie nationale pour les aînés serait bénéfique tant pour la province que pour le pays tout entier.

« L’un de ces comités a créé des divisions de médecine familiale, a expliqué le Dr Webb. Ce sont des groupes de médecins de famille de la province qui travaillent ensemble pour combler les lacunes dans les soins de santé dans leurs collectivités. »

La création d’une équipe de professionnels de la santé à Chilliwack, qui comprend des médecins de première ligne, des infirmières spécialisées en soin des aînés, un gériatre et un psychiatre gériatrique, est un autre exemple d’initiatives qui permettent aux personnes âgées d’obtenir plus facilement des soins ciblés.

Et qu’est-il advenu du père du Dr Webb? Sa convalescence se passe bien et il devrait bientôt rentrer chez lui.

Le Dr Chris Simpson, président sortant de l’AMC, a déclaré que l’on ne peut tout simplement maintenir le statu quo dans les soins de santé beaucoup plus longtemps. Comme les médecins qui s’occupent de soins actifs ne peuvent pas diriger leurs patients âgés atteints de maladies chroniques vers des établissements de soins de longue durée ou leur assurer un soutien à domicile, les hôpitaux sont devenus des endroits surpeuplés et dangereux, où les taux d’infections nosocomiales grimpent en flèche.

Au Nouveau-Brunswick, 25 % des lits d’hôpitaux sont occupés par de tels patients.

Il arrive souvent que la famille et les amis se retrouvent obligés de faire eux-mêmes office de soignants. Mme Neena Chappell, qui occupe la Chaire de recherche du Canada en gérontologie sociale à l’Université de Victoria, a dit que les aidants naturels, principalement des membres de la famille, fournissent entre 75 à 85 % des soins aux personnes âgées.

Selon Mme Chappell, en Europe, la recherche montre que les aidants naturels continuent de fournir des soins même lorsque qu’il existe des services complets de soins et de soutien à domicile. Les personnes âgées peuvent demeurer plus longtemps dans la collectivité si elles reçoivent des services et des soins à domicile en plus du soutien des aidants naturels.

« Les aidants doivent faire partie de l’équipe de soins. Ils doivent recevoir du soutien », a-t-elle ajouté.

Le Dr Simpson a dit que le système de santé vit une crise dont la solution passe par un leadership fédéral. Malheureusement, a-t-il dit, nous avons plutôt à Ottawa un gouvernement qui est dangereusement proche d’être un « non-intervenant en soins de santé ».

L’AMC s’emploie à faire des soins aux aînés un enjeu du scrutin aux élections fédérales du 19 octobre prochain. Elle cherche également à convaincre les quatre partis nationaux d’inclure les soins aux aînés dans leurs programmes. Jusqu’à présent, seuls les Conservateurs n’ont pas accepté.

En bout de ligne, l’AMC a pour objectif la création d’une stratégie nationale sur les aînés – ce qui contribuera à façonner le genre de pays que nous aurons, a ajouté le Dr Simpson.

« Pour moi, le travail commence après le 19 octobre, explique le Dr Simpson. Il facile d’allouer des fonds mais élaborer un plan, c’est beaucoup plus difficile. »

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.