Connexion

Le Dr Naylor est catégorique : Il faut innover maintenant pour réformer le système

Les délégués à la réunion du Conseil général (CG) de l’AMC ont pu entendre parler des innovations qu’un groupe fédéral de premier plan juge urgentes pour améliorer le système de soins de santé du Canada.

Le Dr David Naylor, président du groupe qui a dévoilé des recommandations en juillet sur la façon d’innover dans le système, a prononcé le discours principal le premier jour du CG.

Le gouvernement fédéral a dévoilé, sans tambour ni trompette, le rapport du Groupe consultatif sur l’innovation des soins de santé, mais les recommandations du groupe ont par la suite attiré énormément d’attention dans les médias.

La grande recommandation du rapport porte sur la création d’une nouvelle Agence d’innovation des soins de santé du Canada qui administrerait un fonds national d’innovation en santé afin d’améliorer la qualité et la valeur des soins de santé au cours de la prochaine décennie.

« L’innovation clinique joue un rôle crucial dans l’avenir des soins de santé », a déclaré le Dr Naylor.

Il a repris ce thème dans son discours et a affirmé qu’il était urgent que les politiciens à tous les échelons renouvellent leur engagement d’améliorer le système de soins de santé.

« Le groupe est convaincu qu’une intervention concertée pour donner suite à ces recommandations peut faire une différence réelle que l’on constatera et ressentira partout au Canada d’ici 2025. »

Le Dr Naylor a déclaré que des intervenants d’un bout à l’autre du pays ont affirmé au groupe que l’état du système de santé les frustre et que le Canada prend du retard sur d’autres pays occidentaux.

Il a déclaré qu’il faut s’attaquer au manque d’intégration entre les fournisseurs de soins de santé et divers niveaux de compétence et que les fournisseurs et les responsables des politiques doivent collaborer.

Il a ajouté qu’un leadership national s’impose pour effectuer des changements constructifs et que le gouvernement fédéral « ne peut simplement pas jeter l’argent par les fenêtres et s’en laver les mains ».

Lorsqu’on lui a demandé si un ordre de gouvernement en particulier est prêt à considérer le système de santé comme une locomotive économique, le Dr Naylor a déclaré « Je pense que nous avons du retard sur d’autres pays. »

Le Dr Naylor a refusé de commenter le dévoilement en douce du rapport, sauf pour réitérer que le groupe est entièrement indépendant. Il s’est dit satisfait de constater que le rapport a par la suite été bien diffusé.