Connexion

Les ententes à l'emporte-pièce ne suffisent pas : il faut un réel leadership politique pour la santé, affirme l'AMC

Au moment où plusieurs provinces et territoires concluent des ententes bilatérales de financement de la santé avec le gouvernement fédéral, l’Association médicale canadienne (AMC) continue de réclamer une approche nationale et stratégique pour l’amélioration de notre système de santé.

« L’AMC exhorte les dirigeants politiques fédéraux, provinciaux et territoriaux du Canada à formuler un nouvel accord national sur la santé afin de répondre aux besoins de notre population vieillissante toujours plus nombreuse et d’abolir les disparités qui sévissent entre les provinces et les territoires », a déclaré le Dr Granger Avery, président de l’AMC.

Cet accord devrait reposer sur une mesure que l’AMC qualifie de « financement supplémentaire, établi en fonction des facteurs démographiques », en vertu de laquelle des investissements fédéraux de 1,6 milliard de dollars seraient consacrés à soutenir les innovations et la transformation qui s’imposent dans les régimes de santé des provinces et des territoires pour répondre aux besoins de santé de notre population vieillissante.

Le montant de cet investissement est fondé sur des calculs détaillés effectués par le Conference Board du Canada pour estimer la somme qui permettrait à chaque province et territoire de supporter la hausse nécessaire des dépenses de santé associée à une population vieillissante.

Les Canadiens souhaitent désespérément des interventions à cet égard, comme l’ont démontré les quelque 50 000 Canadiens qui ont apposé leur signature à l’appui de la campagne Exigeons un plan de l’AMC, afin de réclamer des mesures politiques pour améliorer les soins aux aînés au Canada. Ils ont dit qu’il est essentiel pour le Canada de renouveler et de renforcer son système de santé vieux de 50 ans afin qu’il réponde mieux aux besoins des aînés qui vivent plus longtemps, mais ont souvent des problèmes de santé complexes et chroniques.

Des dizaines de milliers de personnes ont écrit aux politiciens et se sont fait entendre au cours de tables rondes organisées d’un bout à l’autre du Canada. Beaucoup ont aussi présenté leur vécu personnel et parfois tragique en décrivant comment un être cher ou eux-mêmes n’obtiennent pas les soins dont ils ont besoin.

« La force d’une approche nationale, c’est d’élever la discussion sur l’amélioration des soins de santé au Canada au-delà des débats qui se perdent dans les questions de transferts de fonds entre les divers ordres de gouvernement, a ajouté le Dr Avery. Elle permet de nous concentrer sur l’enjeu prépondérant : que pouvons-nous faire pour aider les Canadiens à obtenir les soins dont ils ont besoin, au moment où ils en ont besoin, où qu’ils se trouvent? »

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.