Connexion

Modernisation du Code d’éthique : médecins et membres du public aident à façonner un nouveau code​

Le Code d’éthique est un document fondamental pour l’Association médicale canadienne. Publié pour la première fois en 1868, ce document reconnu fournit depuis lors une orientation éthique aux médecins canadiens et a été mis à jour de nombreuses fois au fil des années afin de refléter le contexte médical du moment.

En 2017, l’AMC a entrepris une refonte majeure du Code, la première en plus de dix ans. L’innovation médicale, les progrès technologiques et les nouvelles attentes des patients ont conduit à des transformations majeures dans les soins de santé et dans la façon dont la médecine est exercée. L’AMC révise le Code d’éthique pour refléter ces nouvelles réalités et pour confirmer les engagements fondamentaux auxquels aspire la profession médicale.

« Le Code d’éthique de l’AMC n’est pas la table des dix commandements – ce n’est pas un texte figé pour l’éternité », explique le Dr Ross Upshur, médecin et professeur à l’Université de Toronto, et membre du Groupe de travail chargé de la révision du Code d’éthique de l’AMC. Selon lui, un examen rapide suffit pour voir à quel point le Code a évolué avec le temps.

« Juste avant la Seconde Guerre mondiale, [le Code] a commencé à dire comment les médecins étaient au service de l’État », indique le Dr Upshur. « Lorsque la radio est arrivée, des lignes directrices explicites ont été élaborées pour déterminer qui était autorisé à y parler d’enjeux médicaux. »

Le Dr Upshur affirme que la technologie continue de déstabiliser le monde de la médecine; les technologies de forçage génétique, l’intelligence artificielle, les mégadonnées et les médias sociaux sont tous des facteurs qui devaient être pris en considération dans le cadre de la révision du Code d’éthique.

« Je crois que la pertinence du nouveau Code en cette ère contemporaine sera évaluée à l’aune de son aptitude à bien préparer les médecins à gérer les enjeux éthiques qui émergent de l’adoption de ces nouvelles technologies et des autres défis auxquels ils sont confrontés dans leur vie professionnelle. »

La révision actuelle du Code d’éthique de l’AMC se fonde sur une recherche conceptuelle et empirique exhaustive, de même que sur des consultations préalables auprès de centaines de médecins et d’apprenants en médecine. Ces travaux ont orienté l’élaboration d’un Code élargi qui aborde les engagements de la profession médicale tant sur le plan éthique que sur le plan professionnel.

Dans le nouveau Code d’éthique et de professionnalisme, l’éthique englobe les vertus, les valeurs et les principes qui devraient guider la profession médicale. Le professionnalisme est l’adoption par les médecins des responsabilités qui découlent de ces normes. Il se voit dans leurs comportements, leurs principes et leurs compétences.

En élargissant le Code pour y ajouter le professionnalisme, l’AMC ouvre de nouveaux horizons. Selon le Dr Upshur, ce changement arrive à point.

« L’éthique nous dit ce que nous devons faire, et le professionnalisme est la manière dont nous le faisons. Il y a un lien très étroit entre le Code d’éthique et notre vie professionnelle », affirme le Dr Upshur. « Le professionnalisme ne pourrait pas exister sans éthique médicale, et l’éthique médicale n’existerait pas sans la profession. »

Maintenant qu’une version provisoire du nouveau Code a été rédigée, l’AMC cherche à obtenir des commentaires sur cet important document par l’intermédiaire d’une vaste consultation auprès des membres, des intervenants, des patients et du public. Le 7 mars 2018, tous les membres de l’AMC ont reçu un courriel contenant un lien vers un sondage visant à recueillir leurs commentaires.

La Dre Julie Richer, membre du Groupe de travail chargé de la révision du Code d’éthique de l’AMC, affirme que le fait de connaître l’opinion d’un large éventail de médecins contribuera à faire en sorte que le Code offre une plateforme pour la vision et l’identité communes de la profession médicale.

« Au bout du compte, c’est le document qui définit la profession médicale, qui guide ses normes », indique la Dre Richer. « Cette question devrait mobiliser tous les membres; les médecins ont une pratique et des patients qui leur sont propres, et ils doivent tous avoir la possibilité de représenter leurs patients de la meilleure façon qui soit et de veiller à ce que leurs besoins soient comblés. »

Les commentaires recueillis durant la consultation permettront d’orienter la version finale du Code d’éthique et de professionnalisme. Merci de prendre le temps de donner votre point de vue sur cet important document. Si vous n’avez pas reçu de courriel contenant un lien vers le sondage, veuillez écrire à votrevoix@amc.ca.

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.