Connexion

Les infirmières et les travailleurs sociaux se joignent à l’appel de l’AMC en faveur d’une stratégie nationale pour les aînés

En prévision de la rencontre du Conseil de la fédération, qui réunit les premiers ministres provinciaux et territoriaux du Canada, les organisations nationales représentant les infirmières et infirmiers et les travailleurs sociaux se sont jointes à l’Association médicale canadienne afin de défendre l’importance d’une stratégie nationale pour les aînés.

Dans un commentaire publié dans le Toronto Star, Karima Velji, présidente de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada, et Morel Caissie, président de l’Association canadienne des travailleurs sociaux, se sont joints au président de l’AMC, Chris Simpson, afin de dire aux premiers ministres pourquoi ils doivent faire d’une stratégie nationale pour les aînés une priorité à leur ordre du jour.

« La chute du dollar et du prix du pétrole fera peut-être les gros titres à la suite de la réunion du Conseil du 30 janvier », peut-on lire dans la lettre d’opinion. « Mais le véritable enjeu, c’est que les trésoreries des gouvernements municipaux et provinciaux et du gouvernement fédéral risquent d’être dépassées par le nombre croissant d’aînés au Canada, devant l’incapacité du système de santé à répondre à la demande de soins. »

Dans leur article, les auteurs commencent par citer le récent rapport de la Commission de la santé mentale du Canada, qui souligne que les aidants naturels vivent un stress extrême, qui ne fera qu’augmenter à mesure que la population vieillit.

Les auteurs indiquent que même si le gouvernement fédéral commence à se pencher sur la question des pressions subies par les aidants naturels, « il doit en faire davantage pour vraiment changer les choses ». « Tant que tous les ordres de gouvernement n’uniront pas leurs efforts afin de formuler une stratégie pancanadienne exhaustive pour le soin des aînés, les initiatives ponctuelles auront un impact limité », peut-on lire.

L’article traite également de la pression exercée sur le système en raison du nombre grandissant d’aînés qui ont besoin de services de santé parce qu’ils souffrent de maladies chroniques.

« Si vous avez un accident de voiture ou une crise cardiaque, notre système de santé peut effectivement vous fournir des soins de santé de courte durée de calibre mondial. Mais le système est nettement inadéquat et sous-financé quand vient le temps de prévenir, de prendre en charge ou de traiter adéquatement les maladies chroniques et de longue durée auxquelles font face la plupart des personnes de plus de 65 ans. »

Chris Simpson, Morel Caissie et Karima Velji concluent en soulignant que les fournisseurs de soins « sont déterminés et s’engagent à faire du soin des aînés une priorité » et « s’attendent à ce que leurs dirigeants en fassent autant ».

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.