Connexion

Bulletin des AMPT – Numéro 7, 2014

Sommaire de la réunion d’août 2014 du Conseil d’administration

Nouveaux membres

Le CA accueille les nouveaux membres suivants :

  • Dre Cindy Forbes, présidente désignée
  • Dr Atul Kapur, Ontario
  • Dre Celina White, Nouvelle-Écosse
  • Dr Rao Tadepalli, Yukon
  • Dr Michael Giuffre, Alberta
  • Dr Maurice Roy, Manitoba
  • Dr Guruswamy Sridhar, Saskatchewan
  • Dr Adam Steacie, Ontar
  • io
  • Dr William Cunningham, Colombie-Britannique
  • Dr Bryce Durafourt, étudiants

in absentia :

  • Dr Ravi Pullela, rési
  • dents

Élections et nominations

  • Le Dr Brian Brodie est élu président du CA.
  • Le Dr Brendan Lewis est élu trésorier honoraire du CA.
  • Le Dr Nasir Jetha est élu membre à titre personnel du Comité exécutif.
  • La Dre Linda Slocombe est élue parmi les membres du Conseil d’administration en qualité de vice-présidente du CA.

Les membres du CA sont nommés aux comités suivants :

  • Comité de recherche des CA des filiales – Drs Shelley Ross, Frank MacDonald et Christopher Jyu
  • Groupe de travail sur la transformation des soins de santé – Dr Guruswamy Sridhar
  • Comité des nominations et révisions – Dre Ann Collins
  • Comité des finances – Drs William Cunningham et Maurice Roy
  • Comité de la gouvernance – Dre Celina White
  • Comité de dotation – Drs Brendan Lewis, Stewart Kennedy et Virginia Walley
  • Comité d’action politique – Drs Brendan Lewis, Frank MacDonald, Celina White, Laurent Marcoux, Rao Tadepalli et Guruswamy Sridhar
  • Forum des spécialistes – Dr Pierre Harvey
  • Forum des OP – Dr Maurice Roy
  • Comité des soins et de la promotion de la santé – Dr Michael Giuffre
  • Comité d’éthique – Dr Atul Kapur
  • Comité de la politique et de l’économique de la santé – Dr William Cunningham
  • Comité de l’éducation et du développement professionnel – Dre Linda Slocombe
  • Comité de l’agrément – Dre Virginia Walley
  • Comité de surveillance du Journal – Dr Adam Steacie
  • Comité directeur de l’Institut canadien pour la santé des médecins – Dre Celina White

Porte-parole francophone

Le CA nomme le Dr Pierre Harvey porte-parole francophone officiel de l’Association médicale canadienne.

Revue du Conseil général

Le CA discute du déroulement de l’assemblée du Conseil général qui s’est conclue la veille. La politique de l’AMC sur l’euthanasie et l’aide médicale à mourir sera révisée conformément à la résolution adoptée, portant que les médecins agissent selon leur conscience en la matière dans les limites des lois. La présence accrue des étudiants en médecine au Conseil général de cette année est soulignée, de même que la décision de créer un groupe de travail pour évaluer le suivi des résolutions du Conseil général.



Le CG 2014 : un moment décisif pour l’AMC et la profession

L’Association médicale canadienne (AMC) et les médecins du Canada font preuve d’un véritable leadership face aux défis liés à la pérennité du système de santé et à l’intégrité de la profession.

C'est un message qui a été entendu à maintes reprises au cours et à la suite de l’assemblée du Conseil général de l’AMC tenue récemment à Ottawa.

Par cette rencontre, l’AMC a conclu un dialogue national exhaustif sur les enjeux liés aux soins de fin de vie en apportant un changement fondamental à sa politique sur l’euthanasie et l’aide médicale à mourir, soutenant que les médecins peuvent écouter leur conscience à cet égard, selon les limites de la loi.

La rencontre a été précédée par des changements majeurs à l’AMC elle-même, alors que son Conseil d'administration a approuvé à l’unanimité une restructuration de l’organisation prévoyant la création d’une nouvelle filiale qui sera responsable des produits et des services cliniques et du savoir générant des revenus.

L’assemblée du Conseil général était très différente cette année, alors que diverses améliorations et modifications y ont été apportées afin de renouveler cet événement annuel et d’accorder plus de temps aux délégués pour discuter des enjeux.

De nombreux délégués ont applaudi tous ces changements, ajoutant que les discussions et la rencontre elle-même n’avaient pas été aussi productives depuis des années. Ils ont particulièrement louangé la qualité du dialogue sur les soins de fin de vie et le travail exemplaire réalisé par l’AMC afin de clarifier le langage utilisé pour parler des enjeux connexes.

Nombre des changements apportés ont réduit le temps alloué aux aspects cérémoniels de la rencontre, et l’AMC s’est engagée à collaborer avec d’anciens dirigeants de l’association pour assurer que ses traditions continueront à être respectées.

« Je sens que l’AMC s’intéresse vraiment à ses membres », est l’un des commentaires formulés par une infirmière ayant assisté à la rencontre.

« Nous avons fait preuve de leadership », a dit le Dr Ewan Affleck, un membre du Conseil d'administration de l’AMC, commentant l’assemblée d’une manière générale.

« L’amélioration du système de santé du Canada est une responsabilité professionnelle », a dit le nouveau président de l’AMC, le Dr Chris Simpson, quand il a assumé ses nouvelles fonctions. « Si nous sommes de vrais leaders et si nos intentions sont sincères, nous mériterons la confiance que nous témoignent les Canadiens. »

« Les choses ont beaucoup bougé cette dernière année », a dit le président sortant, le Dr Louis Hugo Francescutti, après la rencontre. « Je suis impatient de voir comment nous passerons au niveau supérieur. »

« L’AMC va de l’avant de façon saine et enthousiaste », a dit le Dr Pierre Harvey, un membre de Conseil d'administration.

« L’AMC traverse une période de changement. On a pu le ressentir pleinement à l’assemblée du Conseil général. Je crois que nous allons vivre une expérience passionnante », a ajouté son collègue le Dr Michael Giuffre. D’autres membres du Conseil ont fait part du même sentiment quant à la nature positive des changements fondamentaux qui se produisent au sein de l’association et de la profession.

De nombreux délégués ont également souligné la participation accrue des étudiants en médecine.

« Il est clair que beaucoup de gens ont lu le livre Race for Relevance et compris l’importance de la jeune génération », a dit le Dr Brendan Lewis, un membre du Conseil d'administration. Le nouveau programme d’ambassadeurs étudiants, qui a permis à l’AMC d’accueillir pour la toute première fois 10 étudiants en médecine de l’Ontario à l’assemblée, a été particulièrement louangé.

Le chef de la direction intérimaire Tim Smith a reconnu le travail assidu et la créativité dont a fait preuve le personnel de l’AMC afin d’apporter ces changements, au bénéfice des membres.



La perspective des médecins sur les enjeux de fin de vie mise au jour

L’accès aux services de soins palliatifs, et non pas l’aide médicale à mourir, était la priorité de nombreux délégués qui se sont exprimés lors d’une deuxième année consécutive de discussions exhaustives à la rencontre du Conseil général sur les soins de fin de vie.

Cependant, une résolution de consultation présentée par le Conseil d'administration de l’AMC et adoptée à la rencontre soutient le droit de tous les médecins, selon les limites des lois existantes, d’écouter leur conscience quand ils décident d’offrir ou non une aide médicale à mourir.

Le Dr Ewan Affleck, qui a soumis la résolution au nom du Conseil, a dit que cette résolution est une modification à la politique existante, et qu’elle reconnaît qu’il sera impossible d’arriver à une prise de position unanime sur la question de l’aide médicale à mourir au sein de la profession.

Un vote d’essai a révélé que 70 % des délégués estiment que l’AMC devrait revoir sa politique existante sur l’euthanasie et l’aide médicale à mourir, qui s’oppose à la participation des médecins à l’aide médicale à la mort. Un autre vote a révélé que 78 % des délégués pensent que l’accès universel à des services de soins palliatifs n’éliminera pas la nécessité de l’euthanasie et de l’aide médicale à mourir.

Cette dernière année, l’AMC a tenu un dialogue national avec les Canadiens et ses membres sur les enjeux des soins de fin de vie. Le président de l’AMC, le Dr Louis Hugo Francescutti, a dit qu’il estimait que l’Association avait élevé la discussion « à un niveau supérieur » — commentaire auquel ont fait écho de nombreux délégués, qui ont remercié l’AMC pour cette initiative.

La séance a commencé par un résumé vidéo de nombre des commentaires émouvants entendus lors des six assemblées publiques de consultation tenues un peu partout au pays plus tôt cette année.

Les résultats d’un sondage mené cet été auprès de quelque 5000 membres de l’AMC ont également été présentés. Ils indiquent que :

  • 44,8 % sont en faveur de la légalisation de l’aide médicale à mourir;
  • 36,3 % pensent que l’euthanasie devrait être légalisée;
  • 26,7 % participeraient probablement ou fort probablement à l’aide médicale à mourir si elle était légalisée.

L’un des présentateurs du panel à la séance stratégique était Eric van Wijlick, un chercheur en santé membre de l’Association médicale royale des Pays-Bas, pays où l’aide médicale à mourir est légale.

M. Van Wijlick a souligné que depuis l’adoption de la loi permettant l’aide médicale à mourir en 2001, il n’y a pas eu de « pente dangereuse » ou d’élargissement des indications au sein de la pratique. Il a ajouté que l’aide médicale à mourir et la prestation de soins palliatifs faisaient partie du même processus. Sur les 14 000 demandes d’aide médicale à mourir faites chaque année aux Pays-Bas, a-t-il précisé, environ 3800 sont acceptées.

Des allocutions ont également été prononcées par la Dre Angela Genge, une neurologue et spécialiste des maladies neuromusculaires et neurodégénératives incurables, et l’ancien président de l’Association médicale de l’Ontario, le Dr Scott Wooder. La Dre Genge a présenté ce qu’elle décrit comme une étude de cas lors des discussions sur l’aide médicale à mourir, et le Dr Wooder a parlé de l’initiative prise par l’AMO l’année dernière afin d’élaborer une stratégie sur les soins de fin de vie, initiative qu’il a dirigée.

En ce qui a trait aux discussions sur les soins de fin de vie, la Dre Genge a dit que « c'est la famille qui pos souvent problème ». Elle a également dit que la capacité d’avoir une discussion constructive avec un patient en phase terminale n’est pas innée et n’est pas prise en compte dans la formation des étudiants en médecine.

Le Dr Wooder a dit que l’un des résultats clés de l’étude de l’AMO était la nécessité d’augmenter le nombre « terriblement faible » de gens qui font une planification préalable des soins. L’amélioration de la disponibilité des soins palliatifs est aussi une priorité, a-t-il précisé.

Voici quelques-uns des commentaires faits par les délégués pendant le débat :

  • L’accès aux services de soins palliatifs « est nul », s’est plaint un ancien président de l’AMC, le Dr John Haggie, de Terre-Neuve. « Il n’y a aucun centre de soins palliatifs dans la province. »
  • « Nous savons tous que les services de soins palliatifs sont inadéquats » : Dr Barry Turchen, Colombie-Britannique.
  • « Il faut améliorer le soutien à ceux qui veulent mourir à la maison » : ancienne présidente de l’AMC, la Dre Collins-Nakai, Alberta.
  • « En tant que médecins de famille, nous devons ramener les soins palliatifs au sein de notre pratique » : Dre Suzanne Strasberg, Ontario.

Après la discussion ouverte sur les enjeux des soins de fin de vie, les délégués ont étudié et approuvé plusieurs résolutions, notamment :

  • Soutenir l’élaboration d’une stratégie sur la planification préalable des soins et les soins palliatifs et de fin de vie dans l’ensemble des provinces et des territoires.
  • Se renseigner sur le point de vue des Inuits, des Métis et des Premières Nations sur l’euthanasie, l’aide médicale à mourir et les soins de fin de vie, et communiquer l’information recueillie.
  • Faire une planification des ressources pour élaborer une stratégie appropriée sur la prestation de soins palliatifs de qualité, partout au Canada.


Le succès de la campagne Choisir avec soin jusqu’à présent

La campagne Choisir avec soin a été lancée il y a cinq mois à peine et, grâce au soutien de divers partenaires, le mouvement continue de prendre de l’essor.

  • Jusqu’à présent, 32 sociétés de spécialité nationales se sont engagées à participer à la campagne Choisir avec soin
  • Huit listes canadiennes des « Cinq examens et traitements sur lesquels les médecins et les patients devraient s’interroger », comprenant 41 recommandations de médecins, ont été publiées jusqu’à présent. Avec le lancement imminent des deuxième et troisième vagues et l’ajout de nombreuses sociétés, Choisir avec soin s’apprête à faire plus de 150 recommandations dans l’année.
  • Dix dépliants éducatifs à l’intention des patients ont été publiés pendant la première vague. Ce nombre devrait augmenter à environ 500 en l’espace d’un an.
  • Choisir avec soin a diffusé des annonces de services publics pendant les éliminatoires de hockey de cette année, ayant touché plus de 43 millions de téléspectateurs.
  • D’importants groupes nationaux soutiennent la campagne Choisir avec soin, dont :
    • L’Association canadienne des professeurs de médecine (organisation des départements canadiens de médecine interne représentée par les présidents)
    • Le Collège des médecins de famille du Canada
    • Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada
  • Choisir avec soin est devenue une véritable campagne nationale, avec l’engagement de TOUTES les associations médicales provinciales et territoriales, soit :
    • Association médicale de l’Alberta
    • Doctors of British Columbia
    • Doctors Manitoba
    • Doctors Nova Scotia
    • Société médicale de l’Île-du-Prince-Édouard
    • Société médicale du Nouveau-Brunswick
    • Association médicale de Terre-Neuve-et-Labrador
    • Association médicale des Territoires du Nord-Ouest
    • Association médicale de l’Ontario
    • Association médicale du Québec
    • Association médicale de la Saskatchewan
    • Association médicale du Yukon
  • Organisée par la Dre Wendy Levinson et l’équipe de Choisir avec soin, et animée par l’Association hollandaise des spécialistes médicaux et l’Organisation des Pays-Bas pour la recherche et le développement en santé, une table ronde internationale de leaders de la campagne Choisir avec soin ou d’initiatives similaires a eu lieu les 11 et 12 juin 2014 à Amsterdam. Des représentants de 12 pays, soit l’Australie, le Canada, le Danemark, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, la Suisse, les États-Unis et le Pays de Galles, ont participé à cette rencontre extrêmement positive et informative. Un résumé des discussions sera publié dans le bulletin de l’automne.

Inscrivez la date à votre calendrier : le lancement de la deuxième vague de Choisir avec soin aura lieu le 29 octobre.

Pour de plus amples renseignements, communiquer avec le Dr Sam Short.



Les associations médicales du Canada devraient-elles effectuer des analyses de masses importantes de données?

L’adoption des dossiers médicaux électroniques (DME) au Canada au cours de la dernière décennie s’est traduite par la numérisation et le stockage d’information clinique à grande échelle, permettant pour la première fois l’analyse de masses importantes de données dans le domaine des soins de santé. Les masses de données, surnommées « big data », et leur analyse comptent parmi les innovations de l’informatique en santé qui ont le potentiel de transformer la santé et la prestation des soins de santé.

Les renseignements contenus dans le dossier médical appartiennent au patient et le document physique appartient à la personne ou à l’organisation responsable de la création du dossier, mais divers accords de partage des données entre provinces permettent à d’autres organisations, y compris les associations professionnelles, les agences intergouvernementales et les fournisseurs de DME dont l’infrastructure physique transmet et contient souvent les informations du patient, de travailler avec des données agrégées anonymisées au sujet des patients et des fournisseurs de soins. Ces données agrégées permettent l’analyse de masses importantes de données.

Il y a un certain nombre de difficultés associées à l’analyse de masses importantes de données, y compris le coût, la complexité, la culture, la pertinence des données, la protection de la vie privée et la pénurie de spécialistes en informatique de la santé.

Les analyses de masses importantes de données pourraient venir étayer la prise de décision clinique, et la position à long terme des fournisseurs de DME en ce qui a trait à l’analyse des données pourrait se répercuter sur la proposition de valeur unique de l’adhésion aux associations médicales. En outre, il pourrait être impossible pour les associations médicales de récolter des données ou d’effectuer des analyses de données à aussi grande échelle que peuvent le faire les fournisseurs de DME, qui ont accès à de multiples sources de données et à des compétences essentielles en la matière. Il est cependant primordial que les associations médicales étudient la question du partage des données entre les médecins et les associations et qu’elles développent leur capacité d’analyse si elles souhaitent rester concurrentielles face aux fournisseurs de DME.

À cet égard, il faudrait examiner la façon dont les données peuvent être partagées, structurées, analysées et utilisées pour améliorer la valeur ajoutée de l’adhésion à une association, en effectuant une étude de rentabilité des analyses collaboratives de grandes masses de données. Les associations devraient commencer par définir les types de données qu’elles recueillent actuellement au sujet de leurs membres et les types de données que recueillent leurs membres sur la santé et les soins de santé, puis proposer un réseau qui mettrait en place des gestionnaires de données chargés de partager les données d’une façon constructive et mutuellement avantageuse.

Pour recevoir une version intégrale de l’article sur les associations médicales et les analyses de masses de données, veuillez communiquer avec Conrad Amenta - conseiller principal, Politiques d’information sur la santé et Cybersanté.

 



Une fois de plus, l’AMC assainit l’air en ce qui concerne la marijuana

Alors que la consommation de marijuana demeure un enjeu politique majeur, le président de l’Association médicale canadienne, le Dr Chris Simpson, a fait une déclaration détaillée sur la position de l’AMC, immédiatement après l’assemblée du Conseil général de l’Association et en réponse à des commentaires publiés dans la presse par l’homme d’affaires conservateur David Asper.

Dans son article, M. Asper soutient que l’AMC fait preuve de « mauvaise foi» en se joignant à deux autres organisations médicales nationales et en refusant de soutenir une campagne menée par Santé Canada sur les dangers que pose pour les jeunes la consommation de marijuana à des fins récréatives.

Bien que l’AMC ait été louangée par de nombreux délégués pour sa séance d’éducation sur la marijuana médicale à la rencontre du CG, ces éloges ont été éclipsés aux yeux du grand public par les critiques continues de la position de l’AMC par la ministre fédérale de la Santé, Rona Ambrose, et d’autres intervenants.

Répondant directement aux propos de M. Asper, le Dr Simpson a fait une déclaration l’invitant à prendre en considération les « éléments et les faits au-delà de la perspective du gouvernement fédéral », notamment :

  • Les préoccupations face à l’essor fulgurant de l’industrie de la marijuana à des fins médicales. On voit même des détaillants de marijuana rendre visite aux cabinets des médecins pour tenter de convaincre ceux-ci de prescrire ce produit, malgré la rareté des preuves cliniques au sujet de son innocuité. À l’assemblée du CG, la nouvelle présidente désignée de l’AMC, la Dre Cindy Forbes, a soulevé cette préoccupation en parlant de son expérience personnelle, et le dirigeant de la Fédération des ordres des médecins du Canada a indiqué que le gouvernement fédéral allait bientôt interdire ces visites par les détaillants.
  • Le fait que la marijuana n’ait pas été approuvée à des fins médicales par le gouvernement fédéral, comme ce doit être le cas pour tous les médicaments d’ordonnance. De plus, même si la marijuana peut avoir des effets bénéfiques pour certains patients, en l’absence de nouvelles données cliniques sur la sécurité et l’efficacité, l’AMC estime que l’on demande aux médecins de prescrire ce produit « aveuglément ». Fait intéressant, lors de son discours devant les délégués à l’assemblée de l’AMC, la ministre Ambrose a félicité l’approche « fondée sur des preuves » préconisée par les médecins, sans toutefois faire référence à la marijuana médicale.
  • Les effets néfastes pour la santé de la consommation de marijuana sous forme de fumée inhalée. Une résolution adoptée à l’assemblée du CG a affirmé l’opposition de l’AMC à l’inhalation de fumée de combustion de toute matière végétale.

Le Dr Simpson a rappelé pourquoi l’AMC, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et le Collège des médecins de famille du Canada ont refusé de participer à la campagne de Santé Canada.

Pour participer, a-t-il précisé, l’AMC devrait signer un accord de confidentialité « qui limiterait la capacité de l’organisation de s’exprimer librement sur la campagne et la question en jeu ».

Il a également souligné que l’on perçoit de plus en plus la question de la consommation de marijuana par les jeunes comme un enjeu politique plutôt qu’une question de santé publique, en raison des attaques du gouvernement contre les déclarations de Justin Trudeau à ce sujet.

« En tant qu’organisation non partisane, l’AMC ne soutient pas les partis politiques et, compte tenu du retrait de deux autres organisations médicales, elle a préféré ne pas participer à cette campagne financée par le gouvernement », a ajouté le Dr Simpson.

« Nous sommes en faveur de l’éducation des jeunes Canadiens aux effets de la marijuana. Et nous attendons que la controverse politique se termine afin qu’il soit possible de reprendre ce processus d’éducation. »



Événements à venir dans votre province

Date Événement Ville Province Détails
19 au 21 sept.IcebowlWinnipegMan.Kiosque et commandite de MD et de l’AMC
19 au 21 sept.Fédération des femmes médecins du CanadaVancouverC.-B.Kiosque et commandite de MD et de l’AMC
19 au 20 sept.Forum automnal des représentants et assemblée générale annuelle de l’Association médicale de l’AlbertaCalgaryAlb.AGA D’UNE AMPT
21 sept.BBQ familialRed DeerAlb.Activité familiale organisée par MD
22 sept.Souper-conférence sur l’assuranceKitchenerOnt.Événement MD
23 sept.Séminaire sur la facturation avec Tom Falloon (crédits de FMC)Sault Ste. MarieOnt.Séminaire MD
23-SeptPrésentation à l’Université de Toronto (transition vers l’exercice)TorontoOnt.Séminaire MD
24 sept. Séminaire sur la facturation avec Tom Falloon (crédits de FMC)SudburyOnt.Séminaire MD
24 sept. Placement fiscalement avantageux pour les médecins constitués en sociétéSurreyC.-B.Séminaire MD
25 sept.Réception-conférence sur la retraiteOttawaOnt.Événement MD
25 sept.Wine Premier ShowSaskatoonSKÉvénement MD
25 sept. Séminaire sur la facturation avec Tom Falloon (crédits de FMC)North BayOnt.Séminaire MD
25 au 27 sept.60e assemblée scientifique annuelle du Collège des médecins de famille de la SaskatchewanSaskatoonSKKiosque de MD
28 sept.Match de soccer du Fury d’OttawaOttawaOnt.Activité familiale organisée par MD
30 sept.Séminaire sur la facturation avec Tom Falloon (crédits de FMC)BellevilleOnt.Séminaire MD
1er oct.Événement de réseautage à l’intention des femmes médecinsCalgaryAlb.Événement MD
1er oct.Le point sur les marchés : Perspectives et observationsKitchenerOnt.Séminaire MD
1er oct.Séminaire sur la facturation avec Tom Falloon (crédits de FMC)KingstonOnt.Séminaire MD
1er et 2 oct.Assemblée 2014 des précepteurs des communautés de médecine familialeSt. John'sT.-N.-L.Kiosque de MD
1er au 4 oct.Société canadienne de médecine interneCalgaryAlb.Kiosque de MD et de l’AMC
2 au 4 oct.26e assemblée scientifique annuelle du Collège des médecins de famille de Terre-Neuve-et-LabradorSt. John's T.-N.-L.Kiosque de MD
2 oct.La constitution en société et perspectives sur les marchésCarleton-sur-MerQcSéminaire MD
2 oct.Prix Médias de l’AMC 2014OttawaOnt.Kiosque et commandite de MD
2 oct.Brian, François et Bill avec David SuzukiRichmond HillOnt.Séminaire MD
2 oct.Activité d’accord mets et vinsReginaSask.Événement MD
2 oct.Séminaire sur la facturation avec Tom Falloon (crédits de FMC)BrockvilleOnt.Séminaire MD
2 oct.La constitution en société et perspectives sur les marchés : cinq ans après la criseCarleton-sur-MerQcSéminaire MD
3 oct.Tournoi de golf (avec Brian, Bill et François)DundasOnt.Événement MD
3 au 4 oct.Assemblée générale annuelle de la Société médicale du Nouveau-BrunswickFrederictonN.-B.AGA D’UNE AMPT
5 oct.Le point sur les marchés : Perspectives et observationsEdmontonAlb.Séminaire MD
6 oct.Le point sur les marchés : Perspectives et observationsCalgaryAlb.Séminaire MD
7 oct.Soirée de réseautage à l’intention des femmes médecins (L’Espace MC Chef)QuébecQcÉvénement MD
7 oct. Placement fiscalement avantageux pour les médecins constitués en sociétéTorontoOnt.Séminaire MD
7 oct.Séminaire sur la facturation avec Tom Falloon (crédits de FMC)OttawaOnt.Séminaire MD
8 oct.Séminaire pour le département de médecine interne à l’Université de la Colombie-BritanniqueVancouverC.-B.Séminaire MD
8 oct.Séminaire sur la liquidation d’une société avec Tom Falloon (crédits de FMC)OttawaOnt.Séminaire MD
8 oct.L’intégration de la planification successorale et de l’assurance vie dans la structure de votre sociétéBaie-ComeauQcSéminaire MD
15 au 17 oct.Symposium francophone de médecine 2014MontréalQcKiosque et commandite de MD et de l’AMC
18 oct.Considérations fiscales américaines pour les CanadiensRichmond HillOnt.Séminaire MD
21 oct.Le point sur les marchés : Perspectives et observationsCourtenayC.-B.Séminaire MD
21 oct.Soirée de réseautage pour les médecinsTorontoOnt.Événement MD
22 oct.Le point sur les marchés : Perspectives et observationsAbbotsfordC.-B.Séminaire MD
22 oct.Soirée de réseautage pour les médecins (Dishcrawl)MontréalQcÉvénement MD
22 oct.Placement fiscalement avantageux pour les médecins constitués en sociétéToronto Ont.Séminaire MD
23 oct.Le point sur les marchés : Perspectives et regard sur les placementsSurreyC.-B.Séminaire MD
25 au 28 oct.Congrès canadien sur la santé cardiovasculaire 2014VancouverC.-B.Kiosque de MD et de l’AMC
28 oct.Vins et fromagesYarmouthN.-É.Événement MD
29 oct.Le point sur les marchés : Perspectives et regard sur les placementsNew GlasgowN.-É.Séminaire MD
1er nov.20e assemblée annuelle de l’Association des chirurgiens généraux de l’OntarioTorontoOnt.Kiosque de MD
1er nov.Atelier sur la planification de la retraiteVancouverC.-B.Séminaire MD
5 nov.Activité d’accord mets et vinsMontréalQcÉvénement MD
7 nov.Assemblée générale annuelle 2014 de l’Association médicale du Yukon et fin de semaine d’EMCWhitehorseYNAGA D’UNE AMPT
8 nov.Cinéma : Big Hero 6MonctonN.-B.Activité familiale organisée par MD
8 nov.Cinéma : Big Hero 6Saint JohnN.-B.Activité familiale organisée par MD
8 nov.Cinéma : Big Hero 6StratfordN.-B.Activité familiale organisée par MD
8 nov.Cinéma : Big Hero 6FrederictonN.-B.Activité familiale organisée par MD
8 nov.Cinéma : Big Hero 6St. John’sT.-N.-L.Activité familiale organisée par MD
8 nov.Cinéma : Big Hero 6SydneyN.-É.Activité familiale organisée par MD
8 nov.Cinéma : Big Hero 6PeterboroughOnt.Activité familiale organisée par MD
14 au 16 nov.Fin de semaine des étudiants en médecine de l’OntarioNiagara FallsOnt.Événement MD
13 au 15 nov.Forum en médecine familiale 2014QuébecQcKiosque de MD et de l’AMC
15 nov.Forum MD avec Brian, Bill et FrançoisTorontoOnt.Séminaire MD
18 nov. Séminaire sur la liquidation d’une société avec Tom Falloon (crédits de FMC)BellevilleOnt.Séminaire MD
19 nov.Séminaire sur la liquidation d’une société avec Tom Falloon (crédits de FMC)KingstonOnt.Séminaire MD
20 nov.Séminaire sur la liquidation d’une société avec Tom Falloon (crédits de FMC)BrockvilleOnt.Séminaire MD
21 au 23 nov.Séminaire sur la retraite de la médecine familialeSouth HuronOnt.Événement MD
27-NovActivité d’accord mets et vinsQuébecQCÉvénement MD
27-29 NovCollège des médecins de famille de l’OntarioTorontoOnt.Kiosque de MD

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Marie-Anne Abboud.



Le suivi de l’entrée dans la pratique des cohortes postdoctorales – une bonne nouvelle pour le Canada

La cohorte postdoctorale d’entrée dans la pratique se compose des diplômés des facultés de médecine canadiennes et des diplômés des facultés de médecine étrangères qui ont terminé un programme postdoctoral (pour la première fois) à un niveau correspondant à la fin de la formation. La présente analyse porte uniquement sur les diplômés des facultés de médecine canadiennes et se fonde sur l’information contenue dans le recensement annuel 2013-2014 des stagiaires post-MD publié par le registre canadien des stagiaires post-MD ainsi que sur des tableaux créés en effectuant le suivi de la localisation des médecins à l’aide du fichier principal de l’AMC.

Le suivi de l’entrée dans la pratique des cohortes

Au cours des deux années suivant la fin de leur formation, 12 % des membres de la cohorte 1995 d’entrée dans la pratique n’étaient plus au Canada (voir le graphique 1). À la même époque, le Canada perdait de 600 à 700 médecins praticiens par année, qui pour la plupart émigraient aux États-Unis. Heureusement, le taux de rétention de la cohorte de 1995 n’a pas chuté davantage après 5, 10 ou 15 ans, se maintenant à près de 88 % médecins installés au Canada. Les déplacements des nouveaux médecins ont diminué à mesure que diminuait le nombre de médecins praticiens émigrant au sud de nos frontières. Sur la cohorte d’entrée dans la pratique de 2000, 94 % diplômés étaient toujours au Canada deux ans après avoir terminé leur formation et cette proportion n’est tombée à 91 % qu’en 2010, soit 10 ans après la fin de leur formation (voir le graphique 2).

Graphique 1 : Pourcentage des cohortes post-MD d’entrée dans la pratique de 1991 à 1995 pratiquant au Canada 2, 5, 10, 15 et 20 ans après la fin de leur formation (en anglais)

Graphique 1 : Pourcentage des cohortes post-MD d’entrée dans la pratique de 1991 à 1995 pratiquant au Canada 2, 5, 10, 15 et 20 ans après la fin de leur formation 

Graphique 2 : Pourcentage des cohortes post-MD d’entrée dans la pratique de 2000 à 2010 pratiquant au Canada 2, 5, 10, 15 et 20 ans après la fin de leur formation (en anglais)

Graphique 2 : Pourcentage des cohortes post-MD d’entrée dans la pratique de 2000 à 2010 pratiquant au Canada 2, 5, 10, 15 et 20 ans après la fin de leur formation 

Bien que le taux de rétention des cohortes d’entrée dans la pratique de 2002 à 2004 deux ans après la fin de la formation n’ait pas été idéal (90-91 %), aucune n’a atteint le taux de perte de 1995. Les cohortes de ces trois années présentaient même un plus haut élevé de rétention après cinq ans qu’après deux ans.

En 2005, le Canada conservait 93 % de la cohorte d’entrée dans la pratique deux ans après la fin de la formation. De même, 95 % des membres de la cohorte de 2008 avaient toujours une adresse canadienne après deux années d’exercice.

Compte tenu de la longueur de la série chronologique disponible, les cohortes d’entrée dans la pratique du début des années 1990 ont été suivies jusqu’à 20 ans. Même à ce stade, le Canada retenait près de 85 % des groupes de nouveaux médecins de 1991, 1992 et 1993. Les pertes de la cohorte initiale peuvent s’expliquer par l’émigration, la retraite anticipée, la mort ou, tout simplement, le fait qu’il n’existe pas d’adresse canadienne valide dans la base de données.

Taux de rétention de la cohorte d’entrée dans la pratique par région d’études ou de formation

Il est intéressant d’étudier (encore une fois, seulement en ce qui concerne les diplômés des facultés de médecine canadiennes) le taux de rétention de ces médecins non seulement au Canada, mais par région du Canada, tant de la perspective du lieu de l’obtention du diplôme de médecine que du lieu de la formation postdoctorale. À cette fin, le lieu de pratique en 2013 de la cohorte des diplômés post-MD de 2011 a été utilisé. Les diplômés post-MD comprennent la nouvelle cohorte d’entrée dans la pratique ainsi que tout médecin ayant réintégré un programme postdoctoral afin d’obtenir une formation additionnelle.

Pour toutes les régions du Canada, le taux de rétention était plus élevé selon le lieu de la formation postdoctorale que selon le lieu des études de premier cycle (voir le graphique 3). Cela signifie, par exemple, que si un médecin fait ses études de premier cycle dans sa province d’origine, mais qu’il termine ses études postdoctorales dans une autre région, il est plus probable qu’il décide de pratiquer dans cette dernière, du moins au début. Cela est particulièrement vrai dans la région de l’Atlantique qui a conservé 60 % des diplômés des facultés de médecine des universités Dalhousie et Memorial, mais 77 % des médecins qui ont terminé leur formation postdoctorale dans la région.

Le taux de rétention des nouveaux médecins dans la région où ils ont terminé leur formation postdoctorale est le plus élevé dans l’Ouest, à 83 %. Les taux de rétention au Québec et en l’Ontario étaient les mêmes, soit 80 %.

Graphique 3 : Taux de rétention des nouveaux médecins par région d’études de premier cycle et d’études postdoctorales (en anglais)

Graphique 3 : Taux de rétention des nouveaux médecins par région d’études de premier cycle et d’études postdoctorales 

Note : pour les diplômés des facultés de médecine canadiennes seulement (nouveaux médecins et réintégration).

Donc, bien que la rétention des médecins ayant récemment terminé leurs études postdoctorales puisse varier par région, tout indique dans l’ensemble que le Canada réussit très bien à garder au pays les diplômés de ses écoles de médecine.

Pour de plus amples renseignements, communiquer avec Lynda Buske.



Séances d’orientation des résidents en 2014

Les séances d’orientation des résidents ont remporté un vif succès cette année encore. L’année 2014 est la troisième année au cours de laquelle l’AMC et MD remettent un « héritage » aux nouveaux résidents pour souligner la transition importante entre la faculté de médecine et la formation en résidence, et les carnets cadeaux ont reçu les commentaires les plus positifs à ce jour. Les résidents et les administrateurs universitaires des étudiants post-MD ont tenu à exprimer leurs remerciements pour un cadeau bien conçu. Les encarts contenant des « trucs et astuces » comprenaient une double page soulignant la proposition de valeur commune de l’adhésion à l’AMC et à l’association médicale de chaque province ou territoire et ont été un excellent moyen d’amorcer la conversation. En tout, 2150 carnets ont été remis au cours de 17 événements. Un grand merci aux équipes des services aux membres de l’AMC et des AMPT qui ont travaillé à la préparation des feuillets sur la proposition de valeur commune afin d’assurer le respect des délais d’impression des carnets.

L’autre nouveauté du programme de cette année a été l’effort déployé pour suivre les résidents de première année. L’équipe des services aux membres de l’AMC a mis à l’essai un formulaire de contact ou de changement d’adresse. Avec le consentement des résidents, nous avons recueilli les nouvelles adresses de ceux et celles qui ont déménagé hors province et nous les avons partagées avec les AMPT. En tout, 184 changements d’adresse ont été recueillis à ce jour. Ces mises à jour aideront certainement tout le monde au moment du renouvellement des adhésions. Étant donné le succès de ce projet pilote et les commentaires très positifs qui ont été reçus, nous poursuivrons cette pratique en 2015 et au-delà.

Pour de plus amples renseignements, communiquer avec Ann Vachon, gestionnaire du marketing, chez MD.



Cours de leadership médical en ligne

Mise à jour de l’expérience de formation de l’AMC

L’AMC a entrepris une mise à jour de ses programmes de formation en ligne et d’actualiser la présentation et les fonctionnalités du système afin d’améliorer l’expérience de l’utilisateur. Nous avons aussi révisé notre cours Le leadership commence par la connaissance de soi et nous offrons deux nouveaux produits, des mini-modules (courtes vidéos) et des balados (à venir sous peu), ces deux derniers sans frais pour les membres de l’AMC et des AMPT, parallèlement à nos cours d’EMC clinique.

Nous vous invitons à venir jeter un coup d’œil à la nouvelle plateforme et aux nouveaux produits.

Le leadership commence par la prise de conscience de soi (cours en anglais)

Ce cours dirigé de six semaines de l’AMC met l’accent sur le développement des compétences personnelles de leadership. Il est conçu de façon à aider les participants à se familiariser avec les attributs essentiels d’un chef de file efficace. Le cours favorise une meilleure prise de conscience de soi en enseignant les compétences associées à l’examen de ses propres valeurs et principes, modèles de pensée et préconceptions, et en cernant les forces et limites de chacun.

  • • Base des cours de leadership de l’IGM qui se donnent en personne
  • • Accessible par ordinateur ou par appareil mobile
  • • Agréé par le CRMCC et le CMFC
  • • Réservé aux membres de l’AMC et des AMPT

Nous acceptons maintenant des inscriptions pour notre session de novembre.

Pour plus de renseignements ou pour vous inscrire, consulter cma.ca/leadership.