Connexion

MRC présente son modèle de formation sur la résilience

Y a-t-il un meilleur endroit que les Forces armées canadiennes où trouver des ressources pour aider les résidents à supporter les pressions subies pendant leur résidence?

C’est exactement ce qu’a pensé l’association Médecins résidents du Canada (MRC) quand elle cherchait le point de départ de sa nouvelle initiative de création d’un programme national de formation à la résilience.

Lors d’un récent sommet sur la question, MRC a présenté un exposé détaillé du modèle de formation à la résilience du ministère de la Défense nationale qui a été adopté pour la formation des résidents.

Le modèle des Forces canadiennes utilise une approche longitudinale, qui va du recrutement à la retraite, afin de permettre aux militaires d’acquérir les compétences et les ressources nécessaires pour gérer le stress et rester en bonne santé mentale pendant toute leur carrière.

À la rencontre de MRC, Healing our Healers – A Summit on Resiliency in Medical Education (soigner nos soignants : sommet sur la résilience en éducation médicale), des résidents, des doyens d’études médicales postdoctorales et divers intervenants, dont des membres de l’Association médicale canadienne et des médecins praticiens, ont été invités à discuter de la version préliminaire du programme. La Dre Geneviève Moineau, MD, présidente et chef de la direction de l’Association des facultés de médecine du Canada, était également présente.

L’association des résidents a souligné qu’il s’agit d’un « programme factuel en santé mentale adapté par des résidents à l’intention des résidents; le programme, qui vise à aider les médecins résidents à acquérir une plus grande résilience, prévoit des interventions adaptées tant à l’intention des chefs de file que des apprenants. »

MRC souhaite que le cursus soit intégré au volet obligatoire de la formation médicale postdoctorale afin d’aider à remédier aux préoccupations croissantes que suscite la santé mentale des médecins résidents.

MRC a présenté des statistiques révélant que près de 12 % des étudiants en médecine au Canada souffrent de dépression majeure et que pour un nombre considérable de résidents, la résidence a des répercussions sur leur santé mentale et physique, de même que sur leurs relations avec leur famille et leurs amis.

Au sommet, les délégués ont pu écouter un exposé sur le programme des Forces « En route vers la préparation mentale », et ont eu un aperçu du programme de la Commission de la santé mentale du Canada visant à réduire la stigmatisation des gens qui souffrent de maladie mentale.

Les délégués ont appris que MRC souhaite concevoir une approche proactive de la santé mentale des résidents, soulignant qu’il n’existe actuellement aucun programme national de ce genre.

« Le maintien de la bonne santé mentale de nos étudiants et de nos résidents est sans nul doute une priorité », a déclaré la Dre Charmaine Roye, directrice des Affaires professionnelles et Alliances stratégiques en santé, qui assistait au sommet. « L’AMC est ravie de sa collaboration avec MRC et le ministère de la Défense nationale, amorcée l’automne dernier, au moment de la réunion de planification du sommet. »

« Nous entendons parler de la grande variété de problèmes liés à la santé mentale chez les médecins résidents, qui vont de la dépression majeure aux décès tragiques. Il est donc on ne peut plus sensé d’avoir un programme national offrant aux résidents une formation spécifique sur les façons d’acquérir une plus grande résilience et de rester en bonne santé. »

Envoyer des commentaires au sujet de cet article à : cmanews@cma.ca.