Connexion

Traumatismes sportifs

Les commotions cérébrales très médiatisées dans les sports professionnels ont sensibilisé et préoccupent davantage la population au sujet des traumatismes sportifs et de leurs conséquences sur la santé pour la population.

Une commotion cérébrale est un traumatisme cérébral. Tout choc à la tête, au visage, au cou ou au corps qui fait bouger brusquement le cerveau à l’intérieur du crâne peut causer une commotion.

Les sports de contact – comme le hockey, le soccer, le football, le rugby et le basketball – sont au nombre de ceux qui sont associés le plus souvent aux commotions. N’importe quelle activité qui cause un choc à la tête, au visage ou à la mâchoire, ou l’application d’une autre force au crâne, peut toutefois causer une commotion cérébrale.

L’AMC a adopté des positions qui préconisent :

  • le port obligatoire de protecteurs du visage et du casque au hockey;
  • le port du casque par les cyclistes, les cavaliers, les skieurs de descente et les planchistes.​

Positions de l’AMC

Les traumatismes crâniens et le sport

Dans sa politique sur les traumatismes crâniens et le sport, l’AMC encourage les parents, les entraîneurs et les soigneurs à apprendre à reconnaître les signes et les symptômes des commotions cérébrales et les conséquences à long terme pour la santé. Il faut retirer immédiatement du jeu les athlètes que l’on soupçonne d’avoir subi une commotion cérébrale et les faire évaluer par un médecin qui a de l’expérience du traitement des commotions cérébrales.

Le repos — physique et cognitif — constitue le traitement le plus important. Personne ne doit retourner jouer ou se livrer à une activité vigoureuse en présence de signes ou de symptômes de commotion cérébrale.

Les mises en échec au hockey

Les auteurs de beaucoup d’études considèrent les mises en échec comme la principale cause de traumatismes subis au hockey, y compris les commotions cérébrales. Dans son énoncé sur les mises en échec, l’AMC en préconise l’élimination à tous les échelons non élites du hockey sur glace organisé, récréatif et compétitif chez les hommes.

L’AMC recommande aussi de retarder l’autorisation des mises en échec dans les ligues compétitives élites masculines jusqu’à ce que les joueurs aient de 13 à 14 ans. Cette interdiction sera clairement bénéfique, car elle réduira le risque de traumatisme et de commotion cérébrale chez les jeunes hockeyeurs.

Ressources

Le Collectif canadien sur la commotion cérébrale re​groupe 10 organisations nationales de la médecine et de la prévention des traumatismes qui cherchent à optimiser le soin des patients victimes d’une commotion cérébrale et à améliorer la connaissance des milieux médicaux sur la détermination, le traitement et la prise en charge des commotions cérébrales.

Cinq choses qu’il faut savoir au sujet de la commotion cérébrale (à l’intention des professionnels de la santé) (en anglais)
La commotion cérébrale – Qu’est ce que c’est ? (à l’intention de la population)