Connexion

Résumé d’un sondage mené auprès des membres du Forum électronique

Appuyer vos communautés d’intérêts

La raison pour laquelle nous avons posé la question

En septembre 2017, l’Association médicale canadienne (AMC) a mené un sondage auprès des membres de son Forum électronique au sujet de l’engagement communautaire. Pourquoi? Les données anecdotiques indiquent que les médecins collaborent pour aborder les enjeux clés de la santé qui les touchent dans le contexte de communautés d’intérêts officielles et officieuses. L’AMC est d’avis que ces communautés détiennent la clé qui permettra de concrétiser notre vision d’une profession dynamique et d’une population en santé. Un élément essentiel de la stratégie consiste à favoriser et à appuyer ce travail dans toute la mesure du possible. Pour appuyer nos membres à cet égard, il fallait d’abord mieux comprendre à quoi ils consacrent leurs efforts, quelles sont leurs réalisations et quels sont les obstacles qu’ils affrontent. Ce sondage nous a fourni les renseignements essentiels dont nous avions besoin pour concevoir des programmes et des services axés sur le travail que nos membres font déjà — et nous n’y serions pas parvenus sans votre contribution.

Ce que nous avons appris

Le sondage a été envoyé à 3 696 membres du Forum électronique et 536 y ont répondu, ce qui donne un taux de réponse de 14,5 %.

Nous avons appris que 47 % des répondants collaborent actuellement avec des groupes officiels et officieux pour aborder des enjeux liés au système de santé, aux patients ou à la profession. Leur façon de travailler varie énormément, mais comporte également des dénominateurs communs. Nous avons entendu ces collaborateurs affirmer qu’ils ont tendance à collaborer avec des communautés d’intérêts au moins une fois par mois (35,8 %) ou même une fois par semaine (31,8 %), en utilisant le courrier électronique, la téléconférence ou les réunions en personne. Leurs communautés sont très majoritairement (86 %) des groupes de moins de 50 personnes et elles sont constituées de parties prenantes diverses — 57 % incluent des professionnels de la santé et 43 %, des patients, dans leur travail. Un répondant a déclaré que : « Je suis convaincu que les patients et les groupes de patients devraient jouer un rôle important dans l’application des connaissances à la santé et aux soins de santé. Nous devrions faire davantage pour mobiliser des non-médecins, y compris des patients et d’autres professionnels de la santé. »

L’aspect le plus important de cette recherche a consisté à dégager les facteurs de réussite et à cerner les obstacles que doivent surmonter les médecins lorsqu’ils cherchent à aborder des enjeux liés au système de santé, aux patients et à la profession. Nous avons entendu dire que le succès de ces communautés est mû par la collaboration avec d’autres parties prenantes (mentionné par 48 % des répondants), l’accès aux ressources (46 %) et le temps consacré à la question (41 %). Comme le disait un répondant, « de multiples initiatives semblables lancées dans l’isolement sans connaissance d’autres initiatives [constituent] une possibilité de collaboration perdue, ce qui ferait gagner du temps et éviterait des dépenses ». En outre, 70 % des répondants sont d’avis que les associations médicales provinciales et nationales ont un rôle à jouer pour faciliter le succès et abaisser les obstacles.

Par ailleurs, 47 % des répondants n’œuvrent pas actuellement dans des groupes et des communautés qui abordent des enjeux, mais ils demeurent en contact avec des pairs et sont toujours préoccupés par des sujets qui touchent le système de santé, les patients et la profession. Presque 50 % des membres (12,1 % ont répondu « très probable », 36,6 %, « probable ») étaient plus disposés à participer aux activités d’une communauté existante et facile d’accès qui aborde un enjeu lié au système de santé, aux patients ou à la profession qui leur tient à cœur — comme l’éducation médicale ou les ressources du système de santé.

Ce que nous ferons

Compte tenu de ces commentaires, l’AMC a cerné une possibilité de faciliter des liens, de fournir de l’aide et des ressources aux médecins passionnés par des enjeux qui touchent leurs patients et les touchent eux-mêmes. Dans le sillage de cette recherche, nous sommes en train de concevoir une stratégie de participation communautaire qui permettra à nos membres et à d’autres parties prenantes de collaborer à des recherches, de discuter d’enjeux clés, d’échanger des pratiques exemplaires et de trouver des solutions.

Le premier volet de cette stratégie, c’est le programme de subventions aux communautés d’intérêts lancé en 2018. Ce programme fournira à nos membres du soutien financier, des conseils stratégiques et de l’encadrement pour les aider à diriger des communautés d’intérêts et à avoir un effet sur des enjeux clés.

Votre participation au Forum électronique La voix des membres de l’AMC et vos commentaires sur la participation communautaire ont constitué l’élément moteur clé de la conception d’un programme de subventions axé sur les membres qui confère aux médecins le pouvoir d’agir. Merci de vous faire entendre et du travail que vous faites pour le compte des patients.

Profil des répondants

Supporting COIs ePanel -  Region Supporting COIs ePanel - Segment

Commentaires des répondants

« Comme j’en suis au début de mon année R1, je me concentre essentiellement sur l’acquisition des connaissances de base de la médecine. Je crois que les enjeux systémiques et autres deviendront de plus en plus pertinents pour moi à mesure que ma formation avancera et j’envisage de m’engager beaucoup plus qu’actuellement. »

« Je suis convaincu que les patients et les groupes de patients devraient jouer un rôle important dans l’application des connaissances à la santé et aux soins de santé. Nous devrions faire davantage pour mobiliser des non-médecins, y compris des patients et d’autres professionnels de la santé. »

« Si l’AMC cherche à faciliter les groupes de médecins œuvrant dans ces grands dossiers, le plus important, c’est que le groupe puisse représenter l’AMC sous une supervision minimale des membres du personnel et qu’il ait le mandat de se faire entendre sur la question. Sinon, les groupes ne pourront jamais faire du travail pour l’AMC. »