Sign In

CPG Infobase: Clinical Practice Guidelines

0 comment(s)

Record Id:
4281
Title:
Prévention de l'allo-immunisation foeto-maternelle Rh
Fulltext:
View HTML (CMA members only. Login to cma.ca is required to access full-text.) (primary care)
Also available:
English
Author
Fung KFK, Eason E
Publication/Review date:
2003-sept (Reviewed 2018-janv)
Producers:
Société des obstétriciens et gynécologues du Canada

Bibliographic Source

Journal Citation:
J Obstet Gynaecol Can 2018;40(1):e11-e21.
Pages/Size:
11  Page(s)
References:
63
Notes:
Directives cliniques de la SOGC no. 133 - réaffirmée 2018
The information posted on the SOGC website is accurate and also references guidelines that may replace other guidelines.

Subject Information

Specialties:
Obstétrique et gynécologie, Génétique médicale,
Conditions:
Complications de la grossesse; Iso-immunisation Rhésus;
Domains:
Préventif
Target Populations:
Femme enceinte ou mère allaite
Target Gender:
Femme
MeSH:
Érythroblastose foetale; Isoanticorps; Iso-immunisation Rh; Immunoglobuline Rh; Complication hématologique grossesse; Prise en charge prénatale;

Structured Abstract:

Objective:
Énoncer une directive sur le recours au traitement prophylactique anti-D dans le but d'optimiser la prévention de l'allo-immunisation foeto-maternelle rhésus (Rh) chez les Canadiennes.
Outcomes:
Une réduction de l'incidence de l'alloimmunisation foeto-maternelle Rh et du nombre d'approches immunoprophylactiques différentes dans la pratique clinique.
Evidence
On a mené une recherche sur MEDLINE et dans la Cochrane Library pour trouver les articles publiés en anglais, de 1968 à 2001, portant sur la prévention de l'allo-immunisation foeto-maternelle Rh. Les sujets recherchés comprenaient : Rho(D) immune globulin, Rh iso- ou allo-immunization, anti-D, anti-Rh,WinRho, Rhogam, et pregnancy. On a aussi relevé les publications pertinentes à partir des bibliographies de ces articles. Tous les types d'étude ont été examinés. La priorité a d'abord été accordéeaux essais comparatifs randomisés; par la suite, les études de cohortes ont été prises en considération. On a indiqué les études particulières importantes sur lesquelles les principales recommandations s'appuient. Les données sur lesquelles chacune des recommandations est fondée sont résumées et accompagnées de renvois et de commentaires d'évaluation.
Values:
Les résultats recueillis ont été revus par le Comité de médecine foeto-maternelle et le Comité de génétique de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC) et ont été pondérés en fonction des critères d'évaluation des preuves établis par le Groupe de travail canadien sur l'examen de santé périodique.
Recommendations:
1. Il faut administrer, par voie i.m. ou i.v., 300 µg d'Ig anti-D, dans les 72 heures suivant l'accouchement, à une femme Rh négatif non sensibilisée ayant donné naissance à un enfant Rh positif. Des Ig anti-D additionnelles pourraient être nécessaires en cas d'hémorragie foeto-maternelle (HFM) où la perte l'érythrocytes foetaux dépasse 15 ml (environ 30 ml de sang foetal). Il est aussi possible d'administrer, par voie i.m. ou i.v., 120 µg d'Ig anti-D dans les 72 heures suivant l'accouchement, ens'assurant de faire les tests nécessaires et de donner d'autres Ig anti-D en cas d'HFM de plus de 6 ml d'érythrocytes foetaux (12 ml de sang foetal). (I-A)

2. Si les Ig anti-D ne sont pas administrées dans les 72 heures suivant l'accouchement ou un autre incident potentiellement sensibilisant, il faut le faire dès que le besoin en est reconnu, jusqu'à 28 jours après l'accouchement ou un autre incident potentiellement sensibilisant. (III-B)

3. Il n'existe pas de bonnes preuves probantes appuyantl'inclusion ou l'exclusion d'épreuves systématiques de surveillance de l'HFM durant le postpartum et on n'a pas encore déterminé le rapport coûts/avantages de telles épreuves chez les mères Rh présentant des risques. (III-C)

4. Il faut systématiquement administrer 300 µg d'Ig anti-D à toute femme Rh négatif non sensibilisée à la 28e semaine de gestation, lorsque le groupe sanguin foetal n'est pas connu ou lorsqu'il a été déterminé comme étant Rh positif. Sinon, on peut administrer 2 doses de 100 à 120 µg (cette dernière étant la plus petite dose actuellement disponible au Canada) : la première à la 28e semaine et la seconde, à la 34e semaine. (I-A)

5. Il faut faire le typage et le dépistage des allo-anticorps chez toutes les femmes enceintes (D négatif ou D positif), au moyen d'une analyse antiglobuline indirecte pratiquée au moment de la première visite prénatale et, de nouveau, à la 28e semaine. (III-C)

6. Lorsque la paternité est connue de façon certaine, on peut offrir un testRh au père du bébé si la femme enceinte est Rh négatif, et ce, afin d'éviter l'administration inutile de produits sanguins. (III-C)

7. Une femme présentant un « D faible » (aussi appelé Du positif) ne doit pas recevoir un anti-D. (III-D)

8. Une dose répétée prénatale d'immunoglobuline Rh n'est généralement pas nécessaire à la 40e semaine, pourvu que l'injection prénatale n'ait pas été administrée avant la 28e semaine de gestation. (III-C)

9. Après un avortement spontané, une menace d'avortement ou un avortement provoqué pendant les 12 premières semaines de gestation, il faut administrer aux femmes D négatif non sensibilisées un minimum de 120 µg d'Ig anti-D. Après 12 semaines de gestation, il faut leur en administrer 300 µg. (II-3B)

10. Au moment de pratiquer un avortement, la détermination du groupe sanguin et le dépistage des anticorps doivent être pratiqués à moins qu'ils ne l'aient été pendant la grossesse; dans ce cas, il n'est pas nécessaire de répéter le dépistage des anticorps. (III-B)

11. En cas de grossesse ectopique, il faut administrer des Ig anti-D aux femmes D négatif non sensibilisées, à raison d'un minimum de 120 µg avant la 12e semaine de gestation et de 300 µg après la 12e semaine. (III-B)

12. Des Ig anti-D doivent être administrées aux femmes D négatif non sensibilisées à la suite d'une grossesse molaire, à cause de la possibilité de la présence d'une môle partielle. En cas de diagnostic certain d'une môle complète, on peut s'abstenir d'administrer des Ig anti-D. (III-B)

13. Au moment de pratiquer une amniocentèse, il faut administrer 300 µg d'Ig anti-D aux femmes D négatif non sensibilisées. (II-3B)

14. À la suite d'un prélèvement de villosités choriales, il faut administrer des Ig anti-D aux femmes D négatif non sensibilisées. Au cours des 12 premières semaines de gestation, il faut administrer un minimum de 120 µg d'anti-D. Après la 12e semaine, il faut en administrer 300 µg. (II-B)

15. Après une cordocentèse, il faut administrer300 µg d'Ig anti-D aux
femmes D négatif non sensibilisées. (II-3B)

16. On peut envisager des recherches quantitatives d'HFM à la suite d'incidents pouvant être liés à un traumatisme placentaire et à une perturbation de l'interface foeto-maternelle (p. ex. décollement placentaire, contusion de l'abdomen, cordocentèse, placenta prævia accompagné de saignement). Il existe un risque notable d'HFM de plus de 30 ml en cas de tels incidents, surtout s'il s'agit d'une contusion de l'abdomen. (III-B)17. Il est recommandé d'administrer 120 µg ou 300 µg d'Ig anti-D au moment de procéder à des épreuves visant à quantifier l'HFM à la suite de situations pouvant être liées à un traumatisme placentaire et à une perturbation de l'interface foeto-maternelle (p. ex. décollement placentaire, version céphalique externe, contusion de l'abdomen, placenta prævia avec saignement). Si l'HFM dépasse la quantité correspondant à la dose donnée (6 ml ou 15 ml d'érythrocytes foetaux), il faut administrer 10 µg supplémentaires d'Ig anti-D pour chaque 0,5 ml d'érythrocytes foetaux. Il existe un risque d'HFM excessive, surtout on cas de contusion de l'abdomen.(III-B)

18. Il faut obtenir un consentement éclairé oral ou écrit avant d'administrer des produits sanguins (immunoglobuline Rh). (III-C)
Validation:
Cette directive clinique a été revue par le Comité de médecine feoto-maternelle et le Comité de génétique, avec la collaboration du Rh Program of Nova Scotia. Son approbation finale a été effectuée par le Comité exécutif et le Conseil de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada.
Sponsors:
par la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada.

Copyright:

The copyright of this guideline and its companion documents belongs to: Society of Obstetricians and Gynaecologists of Canada

Disclaimer:
All content is provided for information and education and not as a substitute for the advice of a physician. Joule assumes no responsibility or liability arising from any error or omission or from the use of any information contained herein.

Discuss this CPG

Share your ideas and expertise on this topic.

​​​