Association médicale canadienne
Ressources

 


Aller à...
Reconnaître les signes d’épuisement professionnel 
Préserver son bien-être et prévenir l’épuisement professionnel
Améliorer sa résilience
Composer avec la détresse psychologique

Reconnaître les signes d’épuisement professionnel

À cause de la COVID-19, des médecins et autres professionnels de la santé doivent composer avec l’isolement sanitaire, une hausse marquée de la demande de soins, les défis liés à la pénurie d’équipement et le risque incessant d’infection, tous des facteurs qui contribuent à augmenter leur niveau de stress.

L’accumulation de stress peut mener à des sentiments d’épuisement et d’accablement extrêmes, lesquels se traduisent par l’épuisement professionnel.

L’épuisement professionnel peut se manifester par les signes suivants :

''

  • Sentiment de tristesse, de dépression, d’échec, d’impuissance ou d’apathie
  • Tendance à ressentir facilement de la frustration
  • Tendance à blâmer les autres, ou irritabilité généralisée
  • Sentiment de dissociation, d’indifférence ou d’apathie
  • Tendance à s’isoler ou à couper les ponts avec les autres
  • Tendance à négliger ses soins personnels 
  • Sentiment de fatigue, d’épuisement ou d’accablement
  • Recours à des stratégies d’adaptation néfastes

Préserver son bien-être et prévenir l’épuisement professionnel

De nombreux facteurs liés au milieu de travail et à l’environnement sont indépendants de votre volonté. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a des habitudes saines et des compétences professionnelles qui peuvent aider à contrer le stress et l’anxiété.

Voici quelques étapes pratiques pour vous aider à surveiller et à favoriser votre propre bien-être :

Être attentif à son état d’esprit

  • Évaluez votre état d’esprit à l’aide de cet outil d’auto-évaluation.

    ''

     

  • Demandez-vous quels gestes simples pourraient vous aider à garder le moral, à refaire le plein d’énergie ou à vous rapprocher de la zone verte.

  • Soyez à l’écoute de vos sentiments. Sachez reconnaître les signes de stress. Lorsqu’ils apparaissent, vous devez agir.

  • Surveillez l’apparition, au fil du temps, de symptômes de dépression ou de trouble de stress et demandez de l’aide si ces symptômes deviennent accablants.

Lecture proposée :  Conseils d’une clinicienne pour réduire l’anxiété et le stress causés par la COVID-19

Prendre soin de soi

Étant donné que la pandémie pourrait se poursuivre pendant des mois, les médecins doivent mettre en œuvre des stratégies individuelles pour composer avec la fatigue, le stress et l’incertitude.

Voici quelques suggestions :

  • Répondez à vos besoins fondamentaux : mangez, buvez et dormez à des heures régulières. Évitez les stratégies d’adaptation néfastes comme la consommation excessive de caféine, de sucre, d’alcool ou de médicaments.
  • Maîtrisez votre rythme de vie. Utilisez des transitions tout au long de la journée pour prendre conscience de vos sentiments et y réfléchir:
    • Les transitions durant la journée de travail : Ces transitions surviennent des centaines de fois durant votre quart de travail. Il s’agit de moments d’autoréflexion où vous pouvez vous poser les questions suivantes : Suis-je distrait ou anxieux? Ai-je besoin d’une pause mentale? En prenant cette pause, vous pouvez réduire votre niveau de stress et ainsi optimiser vos capacités en prévision de la tâche à accomplir.
    • La transition du lieu de travail au domicile : Le trajet du retour à la maison est une excellente occasion de réfléchir à sa journée. Dites aux membres de votre famille comment ils peuvent vous aider dans cette transition sur les plans mental et émotionnel. Préférez-vous parler de votre journée pour évacuer le stress ou avoir une quinzaine de minutes de solitude? Ces conversations peuvent favoriser votre récupération à long terme.
    • La transition du domicile au lieu de travail : Attaquez-vous à vos pensées angoissantes en amont. Posez-vous les questions suivantes : Qu’est-ce que je veux ressentir aujourd’hui? Quelle contribution utile puis-je apporter à mon équipe? De quoi ai-je peur? Puis-je faire quelque chose à propos de ces sentiments en ce moment?

Lecture proposé : « Parlez à vos peurs » : Stratégies de gestion du stress en temps de pandémie de COVID-19

''

Utilisez la respiration tactique pour vous concentrer, vous ressaisir et gérer votre stress. Voici comment faire :

  1. En visualisant chaque chiffre, inspirez lentement en comptant jusqu’à quatre.
  2. Retenez votre souffle pendant quatre secondes.
  3. Expirez lentement pendant quatre secondes.
  4. Répétez ces étapes de trois à cinq fois.

Lecture proposée : Conseils d’une clinicienne pour réduire l’anxiété et le stress causés par la COVID-19

Garder le contact

L’éloignement sanitaire, cela ne veut pas dire qu’il faut se couper de ses amis, de sa famille et de ses collègues. Si vous ne pouvez pas vous rencontrer en personne, conversez par téléphone, vidéoconférence ou encore par textos. 

Le soutien par les pairs est une stratégie intéressante pour traverser les moments difficiles tels que la pandémie de COVID-19. Songez à vous « jumeler » avec une personne de confiance pour prendre et donner des nouvelles et simplement parler de tout et de rien.

Fonctionnement du jumelage :

  • Trouvez dans votre entourage une personne que vous connaissez bien et à qui vous pouvez parler librement de ce que vous vivez.
  • Choisissez une façon de communiquer régulièrement, que ce soit en personne, par téléphone ou par textos. Vous profiterez tous deux de ces échanges, qui peuvent vous rappeler de penser à vous (bilan personnel) et de prendre soin de vous.
  • Planifiez vos interactions et tentez de respecter l’horaire établi.

''

Utilisez l’acronyme HELP* pour orienter vos discussions :

  • Demandez : « Hé, comment ça va? »
  • Faites preuve d’Empathie et de compréhension.
  • Laissez l’autre parler sans le juger et faites-lui part de vos préoccupations.
  • Planifiez les prochaines étapes : encouragez votre interlocuteur à consulter un professionnel ou demandez-lui comment vous pouvez l’aider.

 Source: Le programme de résilience de Médecins résidents du Canada


Améliorer sa résilience 

À la maison  

Les enfants de tous âges sont maintenant conscients de la COVID-19. Leur routine quotidienne a été perturbée – l’école, les activités sportives, le temps passé avec des amis et les vacances. Beaucoup savent aussi que leurs parents médecins risquent davantage de contracter le virus.

Voici quelques conseils pour réduire leur anxiété :

  • Déterminez l’origine exacte de leur anxiété – elle pourrait être différente de ce que vous pensez.
  • Dites-leur que vous ferez tout en votre pouvoir pour protéger votre famille. Expliquez les précautions que vous prenez.
  • Faites attention aux discussions que vous avez en leur présence.
  • Faites de votre mieux pour interagir le plus possible avec eux lorsque vous êtes à la maison.
  • Aidez-les à établir une routine autour d’un horaire assez constant pour ce qui est de l’heure du lever, du travail scolaire, du jeu et du temps passé en famille.

Lecture proposée : Conseils aux parents médecins : comment rassurer les enfants et les aider à comprendre les risques

Au travail

En 2003, l’épidémie de SRAS à Toronto a laissé sa marque sur la santé psychologique des travailleurs de la santé et du personnel hospitalier. Aujourd’hui, la COVID-19 représente une menace semblable.

Il est essentiel de favoriser un milieu de travail plus résilient pour aider les médecins à faire face à l’imprévisibilité de la pandémie. 

Voici quelques mesures que vous pouvez prendre maintenant pour soutenir votre personnel :

  • Renseignez-vous sur les signes de stress et de traumatisme – anxiété, stress, peur, culpabilité, ou impuissance. 
  • Si vous êtes novice, envisagez de suivre une formation sur les premiers soins en santé mentale pour vous informer, éviter les idées préconçues et connaître le langage privilégié dans le domaine.
  • Orientez les médecins vers les ressources dont ils pourraient avoir besoin pour s’occuper de leur propre bien-être, et encouragez-les à y recourir. 
  • Prévoyez des réunions régulières pour faire le point avec votre équipe. Encouragez vos collègues à exprimer leurs inquiétudes et demandez-leur ce que vous pouvez faire pour mieux les aider. 
  • Prévoyez des consultations régulières avec les pairs, du mentorat et du soutien entre collègues.
  • Encouragez les médecins à faire un effort conscient pour adopter une attitude positive et s’exercer à l’empathie, à la compréhension et à la politesse au travail – cette attitude pourrait même être contagieuse!

Lecture proposée : Le soutien des leaders à la résilience des équipes en temps de pandémie


Composer avec la détresse psychologique 

Malgré les efforts déployés pour améliorer leur résilience face au stress causé par la pandémie, de nombreux travailleurs de première ligne continueront de vivre une anxiété aiguë et d’autres formes de détresse émotionnelle lorsqu’ils font face à une situation difficile.

Prendre conscience de votre discours interne et repousser vos pensées négatives vous aidera à maintenir votre concentration et à améliorer votre rendement.

Suivez ces six étapes pour gérer votre discours interne négatif après une expérience stressante :

  • Réfléchissez à la situation (qui, quoi, quand, où, pourquoi).
  • Nommez les émotions que vous avez vécues.
  • Quelles pensées négatives vous ont traversé l’esprit?
  • Quelles preuves appuient vos pensées automatiques?
  • Quelles preuves n’appuient pas vos pensées automatiques?
  • Pouvez-vous proposer une autre réflexion, plus équilibrée? 

SOURCE: Le programme de résilience des médecins résidents du Canada    

''

Détresse morale

Les médecins peuvent souvent éprouver de la détresse morale – le sentiment de faire la mauvaise chose ou d’avoir très peu de pouvoir pour changer une situation. Dans le contexte de la COVID-19, ils pourraient être forcés de prendre des décisions difficiles, par exemple choisir quel patient recevra quel niveau de soins, selon les ressources disponibles. 

Le « résidu moral » est le sentiment qui subsiste une fois qu’est terminée la situation qui a déclenché la détresse. Si cet état n’est pas abordé, la détresse morale peut augmenter à mesure que l’on vit d’autres situations semblables.

Bien qu’il soit souvent impossible d’éliminer les situations de détresse morale, il existe des moyens d’atténuer son impact émotionnel à trois niveaux différents.

''

Médecin 

  • Déterminez votre niveau de détresse (voir « Mon état d’esprit en couleurs » plus haut) et prenez des mesures pour prendre soin de vous.
  • Parlez de vos sentiments (de détresse, de culpabilité) avec des personnes en qui vous avez confiance, par exemple des membres de votre équipe de santé.
  • Si vous avez de plus en plus de difficulté à fonctionner, communiquez avec votre médecin de famille, un programme d’aide aux employés ou votre programme provincial de santé des médecins.

Pour prendre de bonnes décisions

La vie est remplie de moments décisifs où il faut choisir la conduite à adopter. Quand on se trouve dans une situation difficile, il est bien utile de savoir prendre les bonnes décisions.

Par exemple :

Je ne pense pas avoir les ressources nécessaires pour offrir les meilleurs soins qui soient à mes patients.

  1. Prenez conscience de vos émotions ou pensées négatives (p. ex., détresse morale, colère, anxiété).
  2. Posez-vous les questions suivantes : quels sont les risques ou les avantages des options qui s’offrent à moi? Sur quels systèmes puis-je m’appuyer?
  3. Passez à l’action : demandez du soutien technique ou personnel. Pensez à un petit geste qui vous aidera à prendre soin de vous.

Source : Gillian Potter, résidente en psychologie; Dre Kerri Ritchie, psychologue certifiée; Dre Caroline Gérin-Lajoie, M.D., FRCPC, Hôpital d’Ottawa

    ''

    Équipe ou service de santé

    • Tenez régulièrement des réunions de débreffage, surtout lorsque des situations moralement difficiles surviennent.
    • Renforcez la cohésion de l’équipe en assurant une communication claire et opportune et une prise de décision partagée afin que tout le monde se sente inclus et validé.
    • Encouragez les membres de l’équipe à s’entraider et assurez-vous que personne ne s’isole. 
    • Songez à créer un système de jumelage (voir « Gardez le contact »).

      ''

      Organisme ou système de santé 

      • Soyez honnête et transparent au sujet de la situation qui pourrait causer la détresse morale. Par exemple, s’il y a des contraintes de ressources.
      • Créez des équipes de triage qui permettraient de faire une distinction entre les décisions cliniques celles qui portent sur l’affectation des ressources. 
      • Faites savoir aux médecins que vous les appuyez et qu’ils ne sont pas les seuls à devoir prendre ces décisions difficiles et émotionnelles.
      • Créez des guides pour annoncer les mesures de soutien au bien-être, encourager le soutien par les pairs et donner aux membres du personnel des occasions de prendre soin d’eux-mêmes.

        Lecture proposée :
        COVID-19 et détresse morale 

        Dernière mise à jour : 22 mai 2020.

        Programmes en ligne de soutien psychologique et de soutien par les pairs pour les médecins et les travailleurs de première ligne durant la pandémie de COVID-19 

        Partout au Canada

        Formation gratuite pour les travailleurs essentiels durant la pandémie de COVID-19 (Commission de la santé mentale du Canada)

        Services individuels de psychologie gratuits pour les fournisseurs de soins de santé (Société canadienne de psychologie)

        Appel quotidien sur Zoom pour les médecins avec la Dre Mamta Gautam (invitation par Twitter)
        (en anglais).

        Page Facebook sur le bien-être émotionnel des femmes médecins au temps de la COVID-19
        (en anglais).

        Consultez votre programme provincial de santé des médecins : bon nombre offrent un service 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et du soutien par les pairs. 

        En Ontario seulement

        Discussions animées par des médecins pendant la crise de la COVID-19 (Association médicale de l’Ontario)
        (en anglais).

        Groupes de soutien psychologique hebdomadaire pour les travailleurs de la santé (Institut de Souza)
        (en anglais).

        Back to top