Association médicale canadienne

L’Association médicale canadienne (AMC) presse les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux de travailler ensemble afin de minimiser les répercussions de la vague actuelle de COVID-19 à l’aide des outils, de l’expérience et de l’expertise obtenus pendant les deux dernières années. L’AMC craint que la nouvelle vague de la pandémie, qui touche l’ensemble du pays, nous empêche de remettre le système de santé sur pied. 

« Nous sommes retournés à l’époque des hôpitaux débordés, des interventions chirurgicales et des analyses annulées. La plupart des écoles, partout au pays, sont fermées à l’apprentissage en personne et les pénuries de main-d’œuvre augmentent. Les travailleurs de la santé sont à la limite de l’épuisement professionnel et du surmenage, explique la Dre Katharine Smart, présidente de l’AMC. Nous devons absolument utiliser les outils et l’expérience dont nous disposons pour atténuer les effets du variant Omicron et assurer une planification pour les futures vagues de la pandémie. » 

L’AMC croit que le Canada peut atténuer la pandémie en : 

  • Augmentant les taux de vaccination. Des données provenant du monde entier montrent clairement que le meilleur outil contre la forme grave de la maladie, l’hospitalisation et le décès dus à la COVID-19 est la vaccination. Bien que la plupart des Canadiennes et Canadiens admissibles (82,56 %) aient reçu au moins une dose du vaccin contre la COVID-19, une part considérable de la population n’est toujours pas protégée, et court donc un risque disproportionné. Partout au pays, des Canadiennes et des Canadiens ne peuvent pas se faire soigner parce que les systèmes de santé sont surchargés et manquent de ressources. La vaccination non seulement protège les gens, mais elle aide à protéger la communauté et le système de santé pour que ce dernier soit disponible quand nous en avons besoin. Nous encourageons toutes les personnes admissibles à se faire vacciner, ce qui comprend les doses de rappel, le plus tôt possible.   
  • Stabilisant notre capacité de dépistage et de surveillance. De nombreux gouvernements provinciaux ont dû prendre la difficile décision d’abandonner les tests de dépistage et la recherche des contacts en raison des ressources limitées et des éclosions généralisées. En conséquence, de nombreuses personnes ne savent pas comment confirmer les cas de COVID-19 ou informer les autres du risque. Nous devons immédiatement offrir des tests de dépistage rapide à la population en général et fournir des tests PCR aux populations médicalement vulnérables, aux travailleurs de la santé et aux autres travailleurs de première ligne. 
  • Préparant la réouverture sécuritaire des écoles. Nos enfants ont besoin d’étudier en personne, et ils le méritent. Nous devons immédiatement installer des systèmes de filtration d’air appropriés là où ils sont requis et fournir de meilleurs masques pour faire en sorte que les écoles soient des endroits sécuritaires pour les étudiants, les enseignants et le personnel. De plus, nous devons améliorer la confiance envers la vaccination chez les parents et les parents substituts afin de veiller à ce que tous les enfants admissibles se fassent vacciner.  
  • Améliorant la communication. La population continue à être bombardée d’information vague, incohérente ou contradictoire sur la COVID-19. Tous les gouvernements doivent collaborer pour contrer cette « infodémie », ce qui comprend les déclarations fausses ou trompeuses.  
  • Assurant une planification pour le prochain variant maintenant. Le variant Omicron ne sera pas le dernier variant de la COVID-19. Les gouvernements doivent être prêts à réagir plus rapidement aux preuves émergentes, dans le monde entier, pour faire en sorte que nous soyons mieux préparés aux futures vagues potentielles.  
  • Respectant les directives de santé publique. Tout le monde a un rôle à jouer, et nous connaissons déjà la routine : porter des masques multicouches et des appareils de protection respiratoire bien ajustés dans la mesure du possible, garder ses distances et s’isoler en présence de symptômes, quels qu’ils soient. 
  • Élargissant les efforts de vaccination mondiaux. Environ 60 % de la population mondiale n’ont reçu qu’une seule dose de vaccin et, dans de nombreux pays, la presque totalité de la population n’est pas vaccinée. Nous devons considérablement intensifier les efforts mondiaux de vaccination pour contribuer à assurer un accès équitable et ralentir la croissance et la propagation des nouveaux variants.   

« Nous savons que les gens sont fatigués et frustrés. Les médecins, le personnel infirmier, les inhalothérapeutes, les pharmaciens, les technologues de laboratoire et les autres fournisseurs de soins sont plus qu’épuisés. Il faut que tout le monde participe pour stabiliser notre système de santé afin de soigner les patients atteints de la COVID-19 et toutes les autres personnes ayant besoin de soins », a conclu la Dre Smart.

-30-

Back to top