Association médicale canadienne

Dans un nouveau rapport commandé par l’Association médicale canadienne (AMC), le Conference Board du Canada anticipe de graves problèmes budgétaires dans les provinces et les territoires et des répercussions sur le financement des soins de santé. À moins d'un financement fédéral accru, les provinces et les territoires auront de la difficulté à maintenir le niveau actuel des soins de santé, et encore plus à répondre aux demandes croissantes associées au vieillissement de la population.

« Les dirigeants politiques prennent des engagements en matière de santé pendant la campagne électorale, mais, compte tenu de la réalité financière qui nous attend, il sera impossible de suivre le rythme. Le message est clair : le gouvernement fédéral devra intervenir pour veiller à ce que les provinces et les territoires puissent maintenir notre système public de soins de santé. » – Dr Sandy Buchman, président de l’AMC.

Le rapport Le point sur la santé financière des gouvernements canadiens met en lumière la dure réalité financière à laquelle sont confrontés les provinces et les territoires. Le rapport montre que, selon toute probabilité, les coûts des soins de santé augmenteront considérablement au cours des deux prochaines décennies, alors que les baby-boomers, qui forment le plus grand segment de la population du pays, auront plus souvent besoin de services de santé.

Parallèlement, la croissance des recettes fiscales ralentira à mesure que les baby-boomers quitteront le marché du travail.

En outre, la demande accrue de soins de santé engloutira une part croissante des recettes publiques. Comme l’indique le rapport, en 2018-2019, les dépenses de santé absorbaient un peu moins de 40 % des revenus. Or, en 2040, cette proportion pourrait atteindre entre 47,8 et 54 %.

Le Conference Board considère que le gouvernement fédéral est sur la bonne voie pour atteindre l’équilibre budgétaire d’ici 2030-2031, mais il lance un avertissement : « Sans un changement de cap, les provinces et les territoires continueront de marcher sur une corde raide : le choix sera d’accepter des temps d’attente encore plus longs en matière de soins de santé ou des déficits plus importants. » 

Le rapport conclut que, dans ce contexte, des choix difficiles seront imposés aux paliers inférieurs de gouvernement et que la population canadienne devrait s’inquiéter des compressions à venir dans les services.

Voici comment l’AMC donne priorité à la santé à l’approche de l’élection fédérale

L’AMC reconnaît depuis longtemps les pressions financières importantes que les provinces et les territoires doivent supporter pour répondre aux besoins de santé de leur population.

À l’occasion de cette élection fédérale, l’AMC réclame une augmentation des investissements et du leadership du gouvernement fédéral et exhorte tous les partis fédéraux à prendre les engagements suivants :

  • Ajouter un montant supplémentaire au Transfert canadien en matière de santé, établi en fonction de facteurs démographiques, qui fournirait un financement complémentaire aux provinces et aux territoires en fonction du vieillissement de leur population.
  • Mettre en place une allocation canadienne pour aînés afin d’aider à couvrir les frais supplémentaires que doivent assumer les aînés et leurs proches aidants, qui dépensent actuellement plus de 9 milliards de dollars pour s’occuper de leurs proches.
  • Créer un Fonds pour l’adaptation des soins de santé primaires de 1,2 milliard de dollars pour appuyer un modèle de centres de médecine de famille afin d’améliorer l’accès aux soins primaires.
  • Soutenir la création d’un permis pancanadien d’exercice de la médecine qui permettrait d’élargir l’offre de soins virtuels et de fournir des soins de santé aux gens des régions éloignées.

 

 


Vous avez des questions ou des commentaires ?

Envoyez-nous un courriel.