Association médicale canadienne

Huit grandes organisations canadiennes du secteur de la santé, dont l’AMC, exhortent le gouvernement fédéral à restreindre la commercialisation des produits de vapotage – en leur appliquant les mêmes genres de restrictions qui sont en place pour les produits du tabac.

L’appel à l’action arrive au moment où des responsables de la santé de London, en Ontario, ont signalé le premier cas canadien connu de maladie respiratoire grave liée au vapotage. Le jeune du secondaire avait été mis sous assistance respiratoire, mais il s’est rétabli et il a pu quitter l’hôpital.

« Il faut agir immédiatement pour répondre à la crise du vapotage chez les jeunes. Des décennies de lutte contre le tabagisme nous ont donné suffisamment de preuves. Nous n’avons pas à réinventer la roue. Nous avons besoin d’un engagement politique. » – Dr Sandy Buchman, président de l’AMC

Aux États-Unis, au moins six personnes sont mortes et des centaines d’autres souffrent de maladies respiratoires graves liées aux produits des cigarettes électroniques : dispositifs, liquides, capsules et cartouches de recharge. Les Centers for Disease Control and Prevention et la Food and Drug Administration des États-Unis enquêtent sur la cause de cette épidémie de maladies respiratoires.

Le vapotage continue de se répandre de façon exponentielle, particulièrement chez les jeunes. Un rapport récent de Santé Canada a révélé que chez les 15 à 19 ans, un adolescent sur cinq utilise des produits de vapotage, tandis que chez les 13 à 14 ans, un adolescent sur sept fait de même.

L’AMC mène depuis longtemps des activités de représentation visant à contrôler l’usage du tabac – y compris les produits de vapotage – et est d’avis qu’il incombe à tous les ordres de gouvernement de continuer de travailler à la mise en place de stratégies intégrées, coordonnées et efficaces.

En réponse à plusieurs consultations de Santé Canada sur le resserrement de la réglementation relative au vapotage, l’AMC a formulé des dizaines de recommandations, notamment les suivantes :

  • interdire la publicité destinée aux jeunes – tout comme pour les produits du tabac;

  • créer des mises en garde relatives à la santé – tout comme pour les emballages de tabac;

  • restreindre les concentrations de nicotine dans les produits de vapotage afin d’empêcher les jeunes de devenir dépendants de ces produit;

  • limiter le nombre d’arômes offerts afin de réduire l’attrait du vapotage pour les jeunes;

  • approfondir la recherche sur les effets sur la santé du vapotage, et sur les composantes des liquides de vapotage;

  • élaborer des campagnes de communication à l’intention des jeunes, des parents et des fournisseurs de soins de santé.

À l’heure actuelle, la loi fédérale permet aux entreprises de promouvoir les produits de vapotage à la télévision, à la radio, sur les panneaux-réclame, dans les médias sociaux, dans les journaux et dans d’autres médias grand public. Elle permet aux fabricants d’attirer les jeunes avec des arômes séduisants et n’impose aucune obligation de limiter les concentrations de nicotine ou d’afficher des mises en garde sur les paquets.

« Il est urgent de prendre des mesures rigoureuses pour protéger les enfants et les adolescents contre ces produits. Il y a près d’un an, le gouvernement s’est engagé à réglementer la promotion du vapotage. Nous ne pouvons plus attendre. » – M. Les Hagen, directeur général, Action on Smoking & Health

 


Vous avez des questions ou des commentaires ?

Envoyez-nous un courriel.