Association médicale canadienne
""

« Le concept de tournée hospitalière virtuelle a été accueilli avec beaucoup de réserve. C’était nouveau et on était en droit de se demander si c’était bien possible et si ça pouvait fonctionner partout. »


Le DWassim Salamoun, directeur médical des hôpitaux de l’ouest de l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.), ne connaît que trop bien la difficulté de recruter des médecins en région rurale et éloignée. Pourtant, rien ne l’avait préparé à la grave pénurie de médecins qui a touché l’Hôpital Western d’Alberton (Î.-P.-É.) à l’automne 2017.

Plusieurs médecins de longue date de la petite ville d’agriculteurs et de pêcheurs avaient pris leur retraite. D’autres réduisaient progressivement leurs activités et avaient renoncé à leurs droits hospitaliers. Des dix médecins effectuant des tournées hospitalières en 2014, il n’en restait plus que deux.

Santé Î.-P.-É., la régie provinciale de la santé, avait prévu cette pénurie des années auparavant. Le Dr Salamoun tentait de combler le manque en offrant des primes pour les suppléances, mais cette solution n’était pas viable.

« Nous étions à court d’options, et risquions de devoir fermer l’hôpital parce que nous ne pouvions plus offrir des soins 24 heures sur 24. » – DWassim Salamoun, directeur médical pour l’ouest de l’Île-du-Prince-Édouard, Santé Î.-P.-É.

Le gouvernement provincial a lancé un ultimatum à l’hôpital : proposer un plan de stabilité pour les soins aux patients hospitalisés au plus tard le 6 août 2018, ou fermer ses portes pour de bon.

Le DSalamoun et Paul Young, administrateur de l’Hôpital Western, se sont mis en quête d’une solution.

D’abord, M. Young s’est tourné vers d’autres hôpitaux canadiens, mais il a découvert que beaucoup étaient aux prises avec des pénuries de médecins encore plus graves. Il a donc élargi sa recherche, contactant plus de 100 hôpitaux et systèmes de santé un peu partout aux États-Unis et au Royaume-Uni. C’est là que l’idée de recourir à des solutions technologiques, comme les soins virtuels, lui est venue.

Convaincu que les soins virtuels pouvaient être la clé pour éviter la fermeture de l’hôpital, l’administrateur a joint un gros fournisseur américain de services de télémédecine en milieu hospitalier, pour ensuite apprendre que ce fournisseur ne pouvait pas faire affaire au Canada à cause de la réglementation en matière de confidentialité et de problèmes de licences complexes.

« C’est la seule fois que j’ai pleuré au travail... Je ne trouvais pas de solution à notre problème et croyais que notre sort était scellé. » – Paul Young, administrateur de l’Hôpital Western

Puis il a été frappé par ce qu’il appelle une « idée folle ». Une nouvelle société de santé numérique nommée Maple venait tout juste de lancer des services de télémédecine rémunérés à l’acte à l’Île-du-Prince-Édouard. Puisque la société était déjà autorisée à travailler dans la province, M. Young s’est dit qu’elle pourrait peut-être créer, pour le système de santé publique, une version de sa technologie qui serait destinée aux patients hospitalisés.

Lui et le DSalamoun ont rencontré le Dr Brett Belchetz, cofondateur et chef de la direction de Maple, puis le trio a présenté l’idée aux hauts dirigeants de Santé Î.-P.-É.

« Nous leur avons dit : et si nous pouvions effectuer les tournées de façon virtuelle, sans qu’un médecin doive être sur place? », relate M. Young, ajoutant que les tournées seraient entièrement dirigées par un groupe de médecins éparpillés dans tout le pays.

La direction de l’hôpital a approuvé le plan et l’équipe a finalement pu entrevoir une lueur d’espoir. Mais à six mois seulement de la date butoir, ils devaient abattre des tâches colossales, comme convaincre le gouvernement provincial que le concept de tournée hospitalière virtuelle pouvait fonctionner.

« Le projet a été accueilli avec beaucoup de réserve, se rappelle le DSalamoun. Nous avons dû transmettre un tas de données et prouver que fournir des soins virtuels était faisable. »

« On nous a dit que le projet serait approuvé uniquement si nous pouvions garantir que ça fonctionnerait, ajoute M. Young. Nous avons répondu que ce que nous pouvions garantir, c’est que l’hôpital allait fermer si nous ne tentions pas notre chance. »

Puisque le projet demandait la participation de médecins de l’extérieur de la province qui produiraient des factures dans la province, le DSalamoun devait aussi obtenir la bénédiction de la Société médicale de l’Île-du-Prince-Édouard.

Puis il y a eu la question de la confidentialité et de la protection des données des patients.

À moins de 90 jours de l’échéance, l’équipe a obtenu le feu vert législatif pour amorcer un projet pilote de six mois.

L’équipe de Maple s’est mise au travail pour concevoir, créer et mettre en œuvre une plateforme de tournées hospitalières virtuelles. L’hôpital a dû remanier ses procédures et former le personnel à l’utilisation de la technologie.

Le 7 août 2018, le projet a été mis en branle : c’était la première journée sans médecin sur place. Après quelques semaines, les deux médecins qui faisaient toujours la tournée de leurs propres patients ont pu prendre une fin de semaine de congé, pour la première fois en un an et demi.

Une fois les aspects logistiques réglés, la grande question était de savoir comment les patients allaient percevoir la technologie, d’autant plus que la population d’Alberton était plutôt âgée.

Selon Paul Young, certains d’entre eux étaient ravis de ce projet.

« La deuxième journée, nous sommes allés voir une gentille dame qui a d’abord refusé, disant que si elle devait voir le médecin sur un écran et passer à la télévision, elle devait d’abord se maquiller. »

D’autres patients se sont d’abord interrogés sur la façon dont ils communiqueraient avec une personne à l’écran.

« C’est nouveau et ce n’est pas facile pour tout le monde de s’adapter, explique le DSalamoun. Mais nous avons pu prodiguer des soins de manière sécuritaire et empêcher la fermeture de l’hôpital. »

En six mois, l’équipe de tournée hospitalière virtuelle a pu suivre 72 % des 166 patients ayant reçu leur congé de l’hôpital. Un sondage a révélé que 91 % des patients étaient satisfaits de la qualité des soins reçus lors des tournées virtuelles et que 75 % ont trouvé l’expérience comparable ou supérieure à la visite d’un médecin en personne.

Pour l’instant, l’Hôpital Western a prolongé son contrat avec le service de tournées virtuelles jusqu’à ce qu’il recrute d’autres médecins. Le DSalamoun espère avoir cinq médecins sur place d’ici la fin de l’été, mais en attendant, il est soulagé d’avoir une solution de rechange.

« L’infrastructure est là; le système virtuel a été testé et il fonctionne. Nous avons l’esprit tranquille, sachant que nous ne devrons pas fermer nos portes s’il nous manque un ou deux médecins. »


Les opinions exprimées par les médecins initiateurs de changements le sont exclusivement à titre personnel et ne reflètent pas nécessairement celles de l’Association médicale canadienne et de ses filiales. 

 

 



Plus de témoignages de médecins

Dre Jennifer Russel

Pour de nombreux médecins de famille, c’est chose courante : un adolescent en crise vient consulter et cherche à obtenir des soins pour un problème de santé mentale. Le temps presse, mais l’ennui, c’est que l’attente pour voir un pédopsychiatre peut être d’un an. Comme la Dre Jennifer Russel l’explique, c’est exactement le genre de problème que le programme Compass tente de résoudre.

Pour en savoir plus à propos de Dre Jennifer Russel

Dr Matthew Chow

Lorsqu’on va à Maple Ridge, en Colombie-Britannique, c’est souvent pour s’adonner à la pêche au saumon dans le fleuve Fraser ou pour parcourir à pied les 100 kilomètres de sentiers qui sillonnent la région. Mais quand le Dr Matthew Chow s’est rendu pour la première fois dans cette banlieue de la région métropolitaine de Vancouver en 2015, ce n’était pas pour admirer le paysage.

Pour en savoir plus à propos de Dr Matthew Chow

Dr Sandy Buchman

En 1984, le Dr Sandy Buchman est en train de bâtir sa carrière de médecin de famille. Trois ans seulement après avoir obtenu son diplôme, il a sa propre clinique à Mississauga, en Ontario, où il soigne surtout de jeunes familles. Mais un jour, la visite d’un jeune homme gravement malade change son cheminement de carrière malgré lui.

Pour en savoir plus à propos de Dr Sandy Buchman

Dre Courtney Howard

C’est dans un bidonville de Djibouti, en 2010, que la détermination de la Dre Courtney Howard à lutter contre les changements climatiques et leurs conséquences négatives sur la santé s’est renforcée. Dans la clinique dirigée par Médecins sans frontières où elle travaillait, elle a vu des centaines de nourrissons et d’enfants souffrant de malnutrition. Beaucoup étaient mourants.

Pour en savoir plus à propos de Dre Courtney Howard

Dre Jane Lemaire

En 2004, lorsque la Dre Jane Lemaire est devenue vice-présidente responsable du bien-être des médecins au Département de médecine de l’Université de Calgary, on commençait à peine à parler de la question. « On ne trouvait presque pas de ressources (sur le bien-être des médecins). Et surtout, il y avait très peu de sensibilisation, explique-t-elle. »

Pour en savoir plus à propos de Dre Jane Lemaire

Ben Fung

Au cours de sa troisième année d’études de médecine, alors qu'il effectuait un stage clinique à l’Hôpital Sunnybrook, Ben Fung a perdu un patient. Ce n’était pas la première fois; d’autres de ses patients étaient décédés subitement ou des suites d’un trauma auparavant, mais ce décès l’a touché droit au cœur.

Pour en savoir plus à propos de Ben Fung

Dre Gigi Osler

« Ma réaction initiale a été “Moi? Pourquoi moi? Qui voterait pour moi?” » La Dre Gigi Osler admet avoir eu le syndrome de l’imposteur lorsqu’on lui a suggéré, lors d’une conférence médicale en 2016, de présenter sa candidature pour le poste de président désigné de l’AMC.

Pour en savoir plus à propos de Dre Gigi Osler

Dr Nav Persaud

« Pourquoi avoir fait toutes ces années d’études pour devenir médecin si, en fin de compte, les diagnostics que je pose sont peu utiles, les patients n’étant pas en mesure de payer leur traitement? » Cette question, le Dr Nav Persaud se l’est trop souvent posée.

Pour en savoir plus à propos de Dr Nav Persaud

Dre Rupa Patel

Lorsque la Dre Rupa Patel s’est jointe à un cabinet de Kingston, en Ontario, en 2010, elle a dû relever le plus grand défi de sa carrière. Bon nombre des patients dont elle a hérité – de 30 à 40 personnes – prenaient des doses élevées d’opioïdes pour soulager des douleurs chroniques. 

Pour en savoir plus à propos de Dre Rupa Patel

Avez-vous un témoignage à partager?

Vous êtes un membre de l’AMC qui inspire le changement dans le système de santé? Vous connaissez un membre de l’AMC qui mène de la recherche d’avant-garde ou élabore des programmes novateurs? Nous voulons vous entendre!

Partagez votre témoignage?