Association médicale canadienne
Dre Courtney Howard

« Les changements climatiques sont un enjeu de santé publique, et nous devons commencer à les traiter comme tel, de la même façon que le tabac. »


C’est dans un bidonville de Djibouti, en 2010, que la détermination de la Dre Courtney Howard à lutter contre les changements climatiques et leurs conséquences négatives sur la santé s’est renforcée. Dans la clinique dirigée par Médecins sans frontières où elle travaillait, elle a vu des centaines de nourrissons et d’enfants souffrant de malnutrition. Beaucoup étaient mourants.  

« Un jour, il y a eu une éclosion de diarrhée. En une semaine, on nous a amené trois enfants morts avant leur arrivée », se rappelle-t-elle.

La moitié de tous les décès d’enfants dans le monde sont associés à la sous-alimentation; en fait, on prévoit que ce sera l’effet le plus dévastateur des changements climatiques sur la santé du siècle actuel. La Dre Howard le savait.

« J’ai ressenti un accès de rage à l’idée que les enfants puissent être victimes de ce fléau et je me suis dit qu’à mon retour au Canada, je ferais tout en mon pouvoir pour empêcher d’autres décès; j’ai réalisé que pour y arriver, je devais d’abord m’attaquer aux changements climatiques. »

Comme urgentologue à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, la Dre Howard a aussi pu constater les répercussions des changements climatiques sur la santé des membres de sa propre communauté. Bon nombre de ses patients vivent dans le delta du Mackenzie, région où, selon les statistiques gouvernementales, la température a augmenté de trois degrés Celsius en moyenne depuis les années 1950. La fragilisation de la glace a augmenté le risque associé à la chasse à l’orignal et au caribou, ce qui compromet la sécurité alimentaire et la santé mentale de la population.

« Ce phénomène a une incidence sur la façon dont la population perçoit son rapport avec le territoire et sa capacité à assurer la survie de sa culture au cours des décennies à venir », explique la Dre Howard.

Même ses propres enfants ont été touchés par les changements climatiques : les feux de forêt répétés à Yellowknife et en Colombie-Britannique ont provoqué chez eux de l’anxiété et des cauchemars.

« Leur jeune vie aura été marquée par ces incidents », admet-elle.

Poussée par son profond désir d’agir concrètement, la Dre Howard s’est jointe à l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME). En tant que membre du conseil d’administration, elle a contribué à la coordination d’un groupe de sensibilisation au climat et à la santé dirigé par des médecins, en plus de participer à des travaux sur le transport actif, les régimes alimentaires riches en végétaux, la tarification du carbone, l’élimination progressive des centrales au charbon et les répercussions de la fracturation hydraulique sur la santé. En 2017, elle est devenue la première femme présidente de l’organisation.

Elle représente aussi l’ACME au conseil d’administration de la Global Climate and Health Alliance, un réseau mondial regroupant des organisations non gouvernementales et de santé ainsi que des professionnels de la santé qui s’efforcent de trouver des solutions pour réduire au maximum les répercussions des changements climatiques sur la santé.

Son travail lui a donné l’occasion de contribuer, à titre d’auteure principale, à la rédaction de rapports publiés en 2017, 2018 et 2019 pour le groupe « Compte à rebours santé et changement climatique » du Lancet, un collectif de recherche international assurant le suivi des mesures prises dans le monde entier pour contrer les changements climatiques. Destiné aux décideurs politiques canadiens, ce mémoire aborde essentiellement les liens entre les changements climatiques et la santé au pays ainsi que leurs conséquences à tous les paliers de gouvernement.

Dans le rapport de 2018, élaboré en collaboration avec l’Association canadienne de santé publique et l’Association médicale canadienne (AMC), la Dre Howard a souligné les risques pour la santé dans l’Arctique, les dizaines de décès liés à la chaleur au Québec, les maladies cardiorespiratoires causées par les feux de forêt en Colombie-Britannique et en Alberta, et les troubles de stress post-traumatique associés aux inondations au Nouveau-Brunswick.

« Les changements climatiques sont un enjeu de santé publique, et nous devons commencer à les traiter comme tel, de la même façon que le tabac. Il s’agit d’une urgence, et nous devons utiliser les mécanismes les plus efficaces et les mieux éprouvés pour la traiter. »

La Dre Howard a transmis ce message directement au Parlement, où elle a rencontré les membres du cabinet du premier ministre avec la Dre Gigi Osler, alors présidente de l’AMC. La Dre Howard a insisté sur les recommandations factuelles du rapport, notamment l’élimination progressive des centrales électriques au charbon d’ici 2030, la mise en œuvre d’un programme de tarification du carbone dissuasif et l’augmentation du financement alloué à l’étude des effets des changements climatiques sur la santé mentale.

Le document a été très médiatisé – il a donné lieu à plus d’une vingtaine d’entrevues –, et la Dre Howard a raconté son expérience pour illustrer à quel point la santé des patients était hypothéquée par les changements climatiques. Avec d’autres représentants de l’AMC, elle a ensuite rencontré des membres du personnel de Santé Canada et d’Environnement et Changement climatique Canada. Aujourd’hui, elle reçoit encore au moins deux demandes des médias par semaine sur divers sujets liés au climat et elle aborde fréquemment le sujet, tant au pays qu’à l’international.

« Le fait d’associer les changements climatiques à la santé est le moyen le plus efficace de motiver les gens à agir concrètement puisque cela les touche directement », dit-elle.

La Dre Howard croit fermement que les médecins, étant des communicateurs de confiance et des experts de la santé, devraient être aux premiers rangs du mouvement de lutte contre les changements climatiques. D’ailleurs, de plus en plus de médecins y participent. La Dre Howard a en effet constaté une hausse du niveau d’intérêt et d’engagement parmi ses pairs. À l’ACME, des sections régionales administrées de façon bénévole et dirigées par des médecins ont vu le jour dans cinq provinces. Des organisations nationales de la santé comme l’AMC, l’Association des infirmières et infirmiers du Canada et le Collège des médecins de famille du Canada implorent les partis fédéraux de traiter les changements climatiques comme un enjeu de santé.

Selon la Dre Howard, il s’agira ensuite d’organiser et de former les nouvelles recrues. En plus de son travail comme urgentologue, elle assumera désormais le nouveau rôle de coordonnatrice en matière de changements climatiques dans le cadre d’un projet nommé Coda. Ce projet, basé en Australie, vise à dresser une liste de mesures aux retombées importantes que peuvent prendre les médecins du monde entier dans des secteurs comme l’énergie, le transport, l’alimentation et l’écologisation des soins de santé.

« Incontestablement, le mouvement prend forme; nous faisons de notre mieux pour ériger rapidement les structures nécessaires pour faire fructifier les efforts de nos troupes. »



Plus de témoignages de médecins

Dr Sandy Buchman

En 1984, le Dr Sandy Buchman est en train de bâtir sa carrière de médecin de famille. Trois ans seulement après avoir obtenu son diplôme, il a sa propre clinique à Mississauga, en Ontario, où il soigne surtout de jeunes familles. Mais un jour, la visite d’un jeune homme gravement malade change son cheminement de carrière malgré lui.

Pour en savoir plus à propos de Dr Sandy Buchman

Dre Jane Lemaire

En 2004, lorsque la Dre Jane Lemaire est devenue vice-présidente responsable du bien-être des médecins au Département de médecine de l’Université de Calgary, on commençait à peine à parler de la question. « On ne trouvait presque pas de ressources (sur le bien-être des médecins). Et surtout, il y avait très peu de sensibilisation, explique-t-elle. »

Pour en savoir plus à propos de Dre Jane Lemaire

Ben Fung

Au cours de sa troisième année d’études de médecine, alors qu'il effectuait un stage clinique à l’Hôpital Sunnybrook, Ben Fung a perdu un patient. Ce n’était pas la première fois; d’autres de ses patients étaient décédés subitement ou des suites d’un trauma auparavant, mais ce décès l’a touché droit au cœur.

Pour en savoir plus à propos de Ben Fung

Dre Gigi Osler

« Ma réaction initiale a été “Moi? Pourquoi moi? Qui voterait pour moi?” » La Dre Gigi Osler admet avoir eu le syndrome de l’imposteur lorsqu’on lui a suggéré, lors d’une conférence médicale en 2016, de présenter sa candidature pour le poste de président désigné de l’AMC.

Pour en savoir plus à propos de Dre Gigi Osler

Dr Nav Persaud

« Pourquoi avoir fait toutes ces années d’études pour devenir médecin si, en fin de compte, les diagnostics que je pose sont peu utiles, les patients n’étant pas en mesure de payer leur traitement? » Cette question, le Dr Nav Persaud se l’est trop souvent posée.

Pour en savoir plus à propos de Dr Nav Persaud

Dre Rupa Patel

Lorsque la Dre Rupa Patel s’est jointe à un cabinet de Kingston, en Ontario, en 2010, elle a dû relever le plus grand défi de sa carrière. Bon nombre des patients dont elle a hérité – de 30 à 40 personnes – prenaient des doses élevées d’opioïdes pour soulager des douleurs chroniques. 

Pour en savoir plus à propos de Dre Rupa Patel

Dre Kimberly Wintemute

Il y a trois ans, la Dre Kimberly Wintemute s’est donné une mission : déterminer quels patients de son cabinet de médecine familiale couraient un risque de vivre dans la pauvreté. La Dre Wintemute croyait qu’en connaissant la situation économique de leurs patients, les médecins pourraient aider à réduire les répercussions des conditions de vie difficiles sur leur santé.

Pour en savoir plus à propos de Dre Kimberly Wintemute

Dr Matt Kutcher

« Selon moi, l’aide médicale à mourir ne devrait plus être une chose dont nous parlons en catimini ou que nous cachons. Je pense que plus nous en parlons et plus nous la normalisons, mieux ce sera. »

Pour en savoir plus à propos de Dr Matt Kutcher

Dr Douglas DuVal

L’hyperthermie maligne est une réaction rare et mortelle à l’anesthésie qui provoque une accélération de la fréquence cardiaque, une fièvre dangereusement élevée et de graves spasmes musculaires. Le dantrolène est le seul médicament qui puisse la traiter. Ainsi, lorsque les Services de santé de l’Alberta ont émis un avertissement en mai indiquant qu’il serait impossible d’avoir du dantrolène avant la fin du mois d’août, la question des pénuries de médicaments est devenue préoccupante pour le Dr Douglas DuVal.

Pour en savoir plus à propos de Dr Douglas DuVal

Avez-vous un témoignage à partager?

Vous êtes un membre de l’AMC qui inspire le changement dans le système de santé? Vous connaissez un membre de l’AMC qui mène de la recherche d’avant-garde ou élabore des programmes novateurs? Nous voulons vous entendre!

Partagez votre témoignage?