Association médicale canadienne
Dre Jane Lemaire

« Nous nous sommes dit que nous devions partager ces connaissances au lieu de nous contenter de publier d’autres articles. Nous devons contribuer à sensibiliser les médecins au bien-être. »


En 2004, lorsque la Dre Jane Lemaire est devenue vice-présidente responsable du bien-être des médecins au Département de médecine de l’Université de Calgary, on commençait à peine à parler de la question.

« On ne trouvait presque pas de ressources (sur le bien-être des médecins). Et surtout, il y avait très peu de sensibilisation, explique-t-elle. On disait qu’il fallait faire passer les patients avant tout. Cela demandait un énorme changement de paradigme. »

En 2004, lorsque la Dre Jane Lemaire est devenue vice-présidente responsable du bien-être des médecins au Département de médecine de l’Université de Calgary, on commençait à peine à parler de la question.

« On ne trouvait presque pas de ressources (sur le bien-être des médecins). Et surtout, il y avait très peu de sensibilisation, explique-t-elle.

Aujourd’hui, avec la création de Well Doc Alberta, et il est évident que la Dre Lemaire et son équipe ont non seulement réussi à changer le paradigme, mais aussi à publier des recherches et à établir un vaste réseau de ressources sur la santé et le bien-être des médecins.

Depuis que le Collège des médecins et chirurgiens de l’Alberta et l’École de médecine Cumming ont accordé un financement initial à Well Doc Alberta au début de 2018, l’équipe de la Dre Lemaire a réussi à créer un site Web et une plateforme numérique pour collaborer à des projets sur le bien-être des médecins, à publier un répertoire des spécialistes du bien-être, des initiatives en cours et des idées dans le domaine et à organiser un symposium qui a eu lieu en mars 2019. 

La Dre Lemaire précise toutefois que les bases de son projet ont été posées il y a plus de 15 ans, lorsqu’elle a entrepris de recueillir des données sur une question dont très peu de médecins parlaient.

La Dre Lemaire et Mme Jean Wallace, professeure de sociologie et experte en conciliation travail et vie personnelle, ont interviewé au département de médecine 50 médecins à toutes les étapes de la vie et de tous les domaines de la profession au sujet du bien-être des médecins et ont commencé à publier des éléments de leur analyse sous la forme d’une série de documents d’une page. Comme elle l’explique, cela a ouvert la porte au dialogue.

« Les médecins disaient : “Eh bien, j’ai lu cela et je croyais que j’étais le seul à penser ainsi.” »   

La Dre Lemaire et son équipe ont recréé cette étude « de recherche de l’équilibre » pour la région sanitaire de Calgary, qui comptait plus de 3 000 médecins. Des thèmes récurrents sont apparus : le manque d’aliments sains au travail, l’absence d’endroit calme pour se reposer, les attentes d’une disponibilité permanente. 

Nous nous sommes dit que nous devions partager ces connaissances au lieu de nous contenter de publier d’autres articles, explique la Dre Lemaire. Nous devons contribuer à sensibiliser les médecins au bien-être. »

C’est dans ce but qu’est née l’initiative Well Doc. En élaborant des modules sur des questions comme la nutrition, les stratégies d’adaptation et la résilience, la Dre Lemaire et son équipe ont suivi quatre règles de base dans l’élaboration de modules sur le bien-être : demander aux médecins de parler aux médecins; donner des points à retenir qui contribueront au bien-être, saisir l’occasion de chaque présentation pour créer un environnement de soutien collégial, formuler des recommandations factuelles.  

« Si vous êtes chirurgien, par exemple, vous subissez des pressions différentes de celles que connaît un médecin de famille. Alors, mettons sur pied une équipe de soutien par les pairs pour les chirurgiens en nous fondant sur les événements indésirables, et commençons à élaborer un programme de formation systématique répondant à des besoins précis. »

Au fil du temps, la Dre Lemaire et son équipe ont élaboré plus d’une demi-douzaine de modules Well Doc et, en 2010, l’Initiative Well Doc était lancée. Elle a alors commencé à présenter des exposés, souvent aux mêmes médecins qui avaient répondu à son sondage des années plus tôt.

« Les gens disaient “J’ai répondu à cette question dans le sondage”, alors c’était très pertinent pour eux. »                     La Dre Lemaire présentait un exposé presque toutes les deux semaines.

« Chaque fois que j’ai reçu une demande, j’ai répondu “Oui”. Nous avons continué à prendre de l’expansion, même si pendant tout ce temps, mon seul emploi officiel était au département de médecine (à l’Université de Calgary). »  

Elle a fini par se faire connaître dans toute la province, se rendant dans de petites collectivités comme Taber et Pincher Creek avec ses modules.

« Notre petite équipe poursuivait son travail avec détermination », dit la Dre Lemaire.  

Malgré leur rôle de chef de file dans le domaine, la Dre Lemaire et Mme Alicia Polachek, chercheuse principale en bien-être et directrice du programme, ont vite compris qu’il fallait officialiser le travail de l’équipe, adopter une approche systémique réunissant toutes les personnes travaillant au bien-être des médecins et créer un programme d’études.   

Aujourd’hui, Well Doc Alberta est le point culminant de ce travail et, avec de nouveaux fonds pour bâtir le projet au cours des trois prochaines années, la Dre Lemaire a hâte de créer de nouvelles ressources et de cibler des enjeux particuliers pour chaque groupe de médecins.

« Si vous êtes chirurgien, par exemple, vous subissez des pressions différentes de celles que connaît un médecin de famille », explique la Dre Lemaire. « Alors, mettons sur pied une équipe de soutien par les pairs pour les chirurgiens en nous fondant sur les événements indésirables, et commençons à élaborer un programme de formation systématique répondant à des besoins précis. »

 

 

 



Plus de témoignages de médecins

Ben Fung

Au cours de sa troisième année d’études de médecine, alors qu'il effectuait un stage clinique à l’Hôpital Sunnybrook, Ben Fung a perdu un patient. Ce n’était pas la première fois; d’autres de ses patients étaient décédés subitement ou des suites d’un trauma auparavant, mais ce décès l’a touché droit au cœur.

Pour en savoir plus à propos de Ben Fung

Dre Gigi Osler

« Ma réaction initiale a été “Moi? Pourquoi moi? Qui voterait pour moi?” » La Dre Gigi Osler admet avoir eu le syndrome de l’imposteur lorsqu’on lui a suggéré, lors d’une conférence médicale en 2016, de présenter sa candidature pour le poste de président désigné de l’AMC.

Pour en savoir plus à propos de Dre Gigi Osler

Dr Nav Persaud

« Pourquoi avoir fait toutes ces années d’études pour devenir médecin si, en fin de compte, les diagnostics que je pose sont peu utiles, les patients n’étant pas en mesure de payer leur traitement? » Cette question, le Dr Nav Persaud se l’est trop souvent posée.

Pour en savoir plus à propos de Dr Nav Persaud

Dre Rupa Patel

Lorsque la Dre Rupa Patel s’est jointe à un cabinet de Kingston, en Ontario, en 2010, elle a dû relever le plus grand défi de sa carrière. Bon nombre des patients dont elle a hérité – de 30 à 40 personnes – prenaient des doses élevées d’opioïdes pour soulager des douleurs chroniques. 

Pour en savoir plus à propos de Dre Rupa Patel

Dre Clare Liddy

« J’avais des images gravées dans mon esprit, de l’hiver surtout, de personnes qui sortaient de l’ambulance enveloppées de multiples couvertures. C’est à ce moment-là que j’ai décidé d’essayer eConsult », se souvient la Dre Clare Liddy. 

Pour en savoir plus à propos de Dre Clare Liddy

Dre Kimberly Wintemute

Il y a trois ans, la Dre Kimberly Wintemute s’est donné une mission : déterminer quels patients de son cabinet de médecine familiale couraient un risque de vivre dans la pauvreté. La Dre Wintemute croyait qu’en connaissant la situation économique de leurs patients, les médecins pourraient aider à réduire les répercussions des conditions de vie difficiles sur leur santé.

Pour en savoir plus à propos de Dre Kimberly Wintemute

Dr Matt Kutcher

« Selon moi, l’aide médicale à mourir ne devrait plus être une chose dont nous parlons en catimini ou que nous cachons. Je pense que plus nous en parlons et plus nous la normalisons, mieux ce sera. »

Pour en savoir plus à propos de Dr Matt Kutcher

Dr Douglas DuVal

L’hyperthermie maligne est une réaction rare et mortelle à l’anesthésie qui provoque une accélération de la fréquence cardiaque, une fièvre dangereusement élevée et de graves spasmes musculaires. Le dantrolène est le seul médicament qui puisse la traiter. Ainsi, lorsque les Services de santé de l’Alberta ont émis un avertissement en mai indiquant qu’il serait impossible d’avoir du dantrolène avant la fin du mois d’août, la question des pénuries de médicaments est devenue préoccupante pour le Dr Douglas DuVal.

Pour en savoir plus à propos de Dr Douglas DuVal

Dr Kendall Ho

Quand on les compare à l’arsenal de surveillance médicale, les outils sont assez élémentaires : tensiomètre, oxymètre de pouls, pèse-personne, tablette informatique. Le Dr Kendall Ho est toutefois d’avis qu’entre les mains d’un patient, ils peuvent changer la donne.

Pour en savoir plus à propos de Dr Kendall Ho

Avez-vous un témoignage à partager?

Vous êtes un membre de l’AMC qui inspire le changement dans le système de santé? Vous connaissez un membre de l’AMC qui mène de la recherche d’avant-garde ou élabore des programmes novateurs? Nous voulons vous entendre!

Partagez votre témoignage?