Association médicale canadienne

Hudson (Qc); Université McGill, 1961; dermatologie. Décédée le 22 juin 2017 à l’âge de 83 ans. « Sa recherche de l’excellence et sa détermination innée ont été pour elle deux atouts de taille dans sa lutte contre les pesticides toxiques, dont elle voulait débarrasser le monde. Elle payait les travaux de recherche, les tests en laboratoire et tous les coûts connexes de sa propre poche. Elle aurait préféré s’abstenir de manger plutôt que d’échouer. Son zèle et son avant-gardisme ont capté l’attention de nombreux journalistes, animateurs de télévision, magazines et politiciens, surtout à Hudson. Ses cinquante années de lutte acharnée contre l’utilisation de produits toxiques dans les communautés ont porté leurs fruits en 2003, alors qu’Hudson est devenue la première ville canadienne à bannir les pesticides. » En 2001, Susan Pinker écrivait ceci dans le JAMC : « La Dre June Irwin s’est restreinte aux besoins les plus élémentaires de l’existence. Seule médecin d’un cabinet de dermatologie très achalandé, elle doit aussi subvenir aux besoins quotidiens de plus de 100 poules, de 29 moutons et de 25 oies sur sa ferme. Lorsqu’elle n’est pas occupée à examiner des éruptions cutanées ou à veiller à ce que les coyotes n’entrent pas dans le poulailler, la Dre Irwin se concentre sur son autre cheval de bataille : documenter les effets de l’exposition aux pesticides sur la santé. “C’est ce que j’aime de la vie sur une ferme, dit-elle en s’appuyant sur son bâton de berger. On apprend à suivre les lois de la nature.” »