Association médicale canadienne

Selon une nouvelle étude publiée aujourd’hui par l’Association médicale canadienne (AMC), le fait d’aller travailler même si on est malade, les pratiques inefficaces en milieu de travail et un mauvais équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle constituent certains des facteurs prédictifs de l’épuisement professionnel parmi les médecins du Canada. 

Le rapport, intitulé Santé et bien-être des médecins au Canada : facteurs comportementaux et professionnels prédictifs des issues psychologiques, présente un examen approfondi des facteurs comportementaux et professionnels qui pourraient être liés à l’épuisement professionnel, à la dépression et à d’autres mesures du bien-être.

« Ces données confirment le changement qui s’est déjà amorcé, lequel consiste à examiner les facteurs systémiques qui doivent être modifiés plutôt que de se contenter de se demander ce que peuvent faire les gens pour améliorer leur propre bien-être. »
– Dre Caroline Gérin-Lajoie, vice-présidente, Santé et bien-être des médecins

On espère que ces données pourront être utilisées par les hôpitaux et les autres établissements de soins de santé pour cibler les principaux domaines d’action en vue d’améliorer la santé et le bien-être des médecins.

S’appuyant sur les résultats de l’édition 2018 du Sondage national de l’AMC sur la santé des médecins, auquel ont répondu plus de 3 000 médecins en exercice et médecins résidents, le rapport s’est penché tant sur les comportements des médecins que sur les indicateurs professionnels, de même que sur le lien de ceux-ci avec le bien-être.

Faits saillants concernant les comportements des médecins :

  • Les répondants travaillaient en moyenne 48 heures par semaine, et pour ceux qui avaient des activités de garde, le nombre d’heures de travail s’élevait à 111 heures de plus par mois en moyenne. 
  • Les médecins résidents travaillaient en moyenne 58 heures par semaine, sans compter les heures de garde.
  • Près d’un répondant sur cinq (18 %) n’avait pas accès à un médecin attitré.
     

Faits saillants concernant les indicateurs professionnels :

  • Parmi les répondants, 53 % se sont dits insatisfaits ou très insatisfaits de l’efficience et des ressources de leur milieu de travail.
  • 38 % se sont dits insatisfaits ou très insatisfaits de l’équilibre entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle.
  • 28 % se sont dits insatisfaits ou très insatisfaits du contrôle et de la flexibilité dans leur travail.
  • Près d’un sur cinq (19 %) s’est rendu au travail cinq fois ou plus, au cours de la dernière année, malgré une maladie physique ou une détresse psychologique.

Après avoir analysé ces résultats par rapport aux sept principaux indicateurs, le rapport révèle un fort lien entre les indicateurs professionnels et l’épuisement professionnel, la dépression et le degré de bien-être personnel chez les médecins.

La conclusion du rapport est la suivante : « Il est vrai que certaines initiatives ciblées visant à promouvoir la santé des médecins sont efficaces (p. ex., formation sur la résilience) [...], mais il faut également s’attaquer aux facteurs professionnels dans le milieu de pratique. » 

Cette conclusion reflète la politique de l’AMC sur la santé des médecins, qui exhorte les gouvernements, les employeurs du secteur des soins de santé et les autres intervenants à travailler de concert pour trouver des solutions systémiques en vue de favoriser la santé et le bien-être des médecins.  

Il s’agit également du thème central de la Conférence canadienne sur la santé des médecins de l’AMC qui se tiendra en octobre à St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador). La conférence, intitulée « Changement des tendances : transformation des cultures et création d’espaces sécuritaires », portera essentiellement sur la promotion de milieux de pratique et de formation favorables pour les médecins. 

« Je pense que le défi consiste maintenant à apporter des changements réels dans nos milieux de travail », explique la Dre Caroline Gérin-Lajoie. « L’autre défi est de transformer notre culture. »

 

 


Vous avez des questions ou des commentaires ?

Envoyez-nous un courriel.