Association médicale canadienne

Hamilton (Ont.); Université McMaster, 1996; médecine familiale. Décédée le 25 juin 2021 à l’âge de 57 ans. Elle laisse dans le deuil son conjoint, Phil Rose, et ses frères. « Ainsley était une militante redoutable sur les questions d’égalité des sexes et d’égalité raciale, dans le domaine médical comme ailleurs. Elle défendait amis, parents, collègues et pairs, mais surtout, elle défendait les personnes exploitées et marginalisées. Son combat pour le respect des droits, elle ne le menait pas à coups de mots-clics sur les réseaux sociaux, mais par son enseignement à titre de professeure et de chercheuse à l’Université McMaster. Ses nombreux articles publiés, notamment dans des revues avec comité de lecture, ont servi et enrichi cette cause. Vice-présidente puis présidente élue du Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs, elle était prête à en assumer la direction, y compris à élaborer des politiques et des procédures de dépistage, avec comme priorité la santé des femmes. Employée et propriétaire des plus grandes cliniques pour femmes au Canada, dont celle de Mississauga, de Hamilton et la Clinique pour femmes du Canada, [elle utilisait] la médecine et les soins factuels pour protéger les droits des femmes et assurer leur santé. Elle a aussi travaillé au centre de santé familiale Stonechurch, affilié à l’Université McMaster, où elle pratiquait la médecine familiale avec bienveillance et compassion tout en guidant la prochaine génération de médecins de famille. Ainsley était une érudite, une universitaire, une pédagogue et une praticienne incroyablement habile. Tous ceux qui la connaissaient en étaient fiers. »

Back to top