Association médicale canadienne

Dans une réponse à Santé Canada déposée cette semaine, l’Association médicale canadienne (AMC) réclame des mesures plus vigoureuses pour empêcher la promotion des produits de vapotage auprès des jeunes.

Santé Canada sollicite actuellement de la rétroaction sur le projet de règlement publié à la fin du mois de décembre.

Ce projet de règlement interdit la publicité des produits de vapotage dans les lieux où elle peut être « vue ou entendue » par des jeunes, mais ne va pas jusqu’à interdire totalement – sans exception – la publicité de ces produits dans les lieux publics, les publications et les médias audiovisuels, comme le demandait l’AMC. 

L’AMC affirme que le projet de règlement confère à l’industrie du vapotage « une bien trop grande latitude en ce qui concerne ses activités de promotion », soulignant que la publicité des produits de vapotage réussit à attirer de plus en plus de jeunes, même lorsqu’elle ne les vise pas directement.

« Les jeunes qui vapotent sont de plus en plus nombreux. On découvre sans cesse de nouveaux risques du vapotage pour la santé. Il est donc indispensable de raffermir la réglementation sur les produits de vapotage. » – Dr Sandy Buchman, président de l’AMC.

Des données tirées de l’Enquête canadienne sur le tabac, l’alcool et les drogues chez les élèves (ECTADE) de 2018-2019 indiquent que 20 % des élèves de la 7e à la 12e année (de la 1re à la 5e secondaire au Québec) avaient utilisé une cigarette électronique au cours des 30 jours précédents, soit le double du taux observé en 2016-2017.

Dans sa réponse à Santé Canada, déposée le 20 janvier, l’AMC rappelle que les effets du vapotage sur la santé sont peu connus et réitère son point de vue selon lequel toutes les mises en garde relatives à la santé sur les produits et dispositifs de vapotage devraient être les mêmes que celles sur les emballages des produits du tabac. 

L’AMC a aussi demandé à Santé Canada d’interdire les arômes et de restreindre les concentrations de nicotine dans les produits de vapotage pour aider à prévenir la dépendance chez les jeunes. 

Cette réponse à Santé Canada vient s’ajouter aux interventions stratégiques de l’AMC sur le vapotage. Depuis mars 2019, l’AMC a présenté quatre mémoires au gouvernement fédéral sur la publicité, l’emballage et l’étiquetage des produits de vapotage, de même que sur les effets potentiels du vapotage sur la santé.

« Les médecins du Canada sont les témoins directs des effets dévastateurs du tabagisme. Tant que nous n’aurons pas un portrait clair de ses effets sur la santé, le vapotage devra être soumis aux mêmes restrictions que la cigarette ordinaire », explique le Dr Buchman.


Vous avez des questions ou des commentaires ?

Envoyez-nous un courriel.