Association médicale canadienne

Dre Aline Demirdjian Khatchikian
Aline Demirdjian Khatchikian

Citoyenne du monde, la Dre Aline D. Khatchikian, qui est actuellement résidente en radiologie, a placé dès le départ le leadership au cœur de sa carrière médicale.

La Dre Khatchikian, qui est étudiante à l’Université Laval, est la plus jeune personne à avoir été élue au conseil d’administration de l’Association médicale du Québec (AMQ). Elle a acquis une grande expérience à l’étranger en donnant des formations, notamment en Suisse, au Brésil, au Mexique, au Pérou, en Uruguay et en Macédoine, pour aider la prochaine génération d’étudiants en médecine à mieux promouvoir la santé.

En janvier 2015, durant sa deuxième année de médecine, la Dre Khatchikian a assisté, en Colombie, à la rencontre régionale des Amériques de la Fédération internationale des associations d’étudiants en médecine. « J’y ai rencontré des centaines d’étudiants qui, comme moi, se passionnent pour la santé mondiale. Cela m’a vraiment motivée à en faire plus. »

En mai 2017, elle a organisé la rencontre jeunesse précédant l’Assemblée mondiale de la Santé à Genève, où elle a eu l’occasion de collaborer avec l’Organisation mondiale de la Santé. Ses autres activités hors programme ont toutes le même objectif : promouvoir l’importance de la responsabilité sociale en médecine.

Mais selon elle, pour tenir ce rôle à l’échelle mondiale, il importe de mieux comprendre la réalité quotidienne du monde de la santé au Québec et au Canada. C’est pourquoi elle s’investit à l’AMQ et à l’AMC. En 2015 et en 2017, la Dre Khatchikian a participé aux rencontres du Conseil général de l’AMC, où elle a pu discuter avec Jane Philpott, alors ministre de la Santé, du rôle des jeunes Canadiens dans la promotion de la santé.

« Ce que je préfère, c’est analyser les autres systèmes de santé pour voir ce qui fonctionne ou non. »

La Dre Khatchikian s’intéresse aussi au domaine clinique et à la recherche. Elle a participé à de multiples projets de recherche faisant appel à l’imagerie du sein et à des outils d’intelligence artificielle facilitant l’imagerie du foie et la tomographie par émission de positons. Elle fait actuellement sa résidence en radiologie diagnostique à l’Université McGill.