Association médicale canadienne

Charles-Antoine Barbeau-Meunier

Exploration de l’empathie et de son lien avec les soins de santé

Au cours de ses travaux de recherche pour sa thèse de maîtrise en sociologie, Charles-Antoine postulait un lien clair entre l’empathie et l’action sociale. Croyant fermement au bien commun, il voyait la médecine comme un moyen d’agencer les deux.

« Les médecins ont le grand privilège d’avoir la confiance du public. Cette confiance leur permet d’influer sur les décideurs et les dirigeants d’entreprise en vue de travailler collectivement pour le bien commun. »

Pour Charles-Antoine, ce bien commun prend la forme de la santé mondiale.

En 2018, il a assumé le rôle de délégué jeunesse du Canada à l’Assemblée mondiale de la santé, où il s’est concentré sur le lien entre la santé, l’environnement et les changements climatiques. Il avait auparavant passé quatre ans au sein du Groupe consultatif jeunesse de la CCUNESCO, donnant son avis sur la citoyenneté mondiale et l’éducation à l’environnement. Ses travaux ont débouché sur des conférences et des ateliers visant à sensibiliser la profession médicale et la population générale aux liens entre le réchauffement planétaire et la santé publique.  

Il a travaillé également à une échelle plus locale, à l’organisation des ateliers à l’intention des étudiants en médecine de l’Université de Sherbrooke (UdeS) qui se préparent à partir à l’étranger pour des échanges cliniques. Il a récemment lancé une campagne sensibilisant les jeunes des écoles secondaires à une utilisation plus consciencieuse des téléphones intelligents. Avec ses collègues, Charles-Antoine développe une application mobile et des ateliers pour promouvoir le concept émergent de « bien-être numérique ».

Le leadership de Charles-Antoine, tant dans le milieu universitaire que dans sa communauté, lui a valu de nombreux honneurs, dont la Médaille du Lieutenant-gouverneur du Québec pour la jeunesse et le Prix du Temple de la renommée médicale canadienne en 2017.

En plus de ses études en médecine, le jeune homme poursuit un doctorat en imagerie biomédicale à l’UdeS. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur la neuro-imagerie et la sclérose en plaques.

Même si sa carrière s’est diversifiée, Charles-Antoine reste attaché à ses premiers travaux sur l’empathie. Depuis plusieurs années, il offre aux étudiants en médecine, aux médecins résidents et aux équipes de soins des conférences sur l’effritement de l’empathie et des ateliers sur l’intelligence émotionnelle.

Bien que les médecins soient généralement bienveillants de nature, il craint que la culture compétitive et les pressions institutionnelles de la médecine mènent à un « effritement de l’empathie. »

« On peut enseigner l’empathie tant qu’on veut, mais si les conditions ne nous permettent pas de la mettre en pratique, ça ne pourra pas suffire. »

Charles-Antoine Barbeau-Meunier reçoit le Prix de leadership de l’AMC pour jeunes chefs de file (étudiants) pour avoir fait preuve d’un dévouement, d’un engagement et d’un leadership exemplaires dans l’un des domaines suivants : politique, clinique, éducation ou recherche et service communautaire.

’empathie>