Association médicale canadienne
Ressources

Ce document est fourni à titre indicatif seulement; veuillez suivre les directives fournies par votre organisme de réglementation, le ou la médecin-hygiéniste en chef de votre province et votre autorité de santé publique locale. Cette documentation a été élaborée pour l'AMC avec le concours du Centre for Effective Practice (CEP), l'une des plus grandes organisations indépendantes de transfert des connaissances sur les soins primaires au Canada. Dernière mise à jour : 25 juin 2020

Aller à...
Consultations virtuelles
Pour déterminer quels services doivent être repris
Reprise des consultations en personne
Plans et guides de reprise des services
Préparation à la fermeture si la situation l'exige
Communication avec les patients
Dépistage de la COVID-19
Mesures de sécurité


Consultations virtuelles

Afin de réduire la propagation de la COVID-19, on a demandé aux médecins de rencontrer leurs patients par voie virtuelle (téléphone, vidéo ou message texte) lorsque c'est possible.

Les ressources suivantes peuvent aider ces derniers à intégrer les consultations virtuelles à leur pratique :

Information sur les codes de facturation et sur les normes et règlements liés aux soins virtuels par province et par territoire (Collège royal)
Guide des étapes à suivre pour intégrer les soins virtuels à votre pratique (AMC)

De plus, l'AMC a conçu un guide que les médecins peuvent transmettre à leurs patients pour qu'ils se familiarisent avec les consultations virtuelles et pour faciliter leur préparation. Introduction aux consultations virtuelles (AMC)

Pour déterminer quels services doivent être repris

Alors que certains gouvernements provinciaux et territoriaux permettent de nouveau l'offre de services essentiels, les médecins et leurs patients se questionnent sur la planification des consultations en personne.

De façon générale, les cliniques devraient :

  • suivre les recommandations du médecin hygiéniste en chef de la province;
  • déterminer si la prestation d'un service sert l'intérêt du patient;
  • évaluer leur capacité à offrir le service;
  • tenir compte du niveau de risque et de la prévalence locale du virus.

Pour commencer votre réflexion, utilisez les ressources fondées sur les avis d'experts pour classer les services par ordre de priorité et répondre aux besoins urgents en matière de soins. Le fait d'élaborer une liste de services classés par ordre de priorité permet également de créer une feuille de route sur les services qui pourront être retardés s'il y a reprise des mesures d'urgence. Pour créer cette liste, vous pouvez utiliser les modèles fournis comme guides, mais veillez à tenir compte des besoins uniques de la communauté.

Évaluer les risques et les avantages des soins en personne et à distance

Ce cadre de travail tiré du blogue du CMAJ (en anglais seulement) peut vous aider à évaluer les exigences conflictuelles associées à l'atteinte d'un équilibre entre les consultations en personne et les consultations virtuelles. Vous pouvez également vous servir des questions suivantes pour déterminer si un patient doit se présenter dans un cabinet ou un établissement communautaire :

  • La visite du patient est-elle urgente ou cruciale pour sa santé?
  • Si on repousse la prestation des soins, la situation du patient pourrait-elle s'aggraver?
  • La prestation de soins en milieu communautaire réduira-t-elle le fardeau des hôpitaux? Permettra-t-elle au patient de ne pas avoir à recourir à des soins actifs?
  • Le patient pourrait-il être orienté vers d'autres services pour recevoir les soins dont il a besoin? (Exemples : cliniques de vaccination pédiatriques municipales ou régionales, cliniques de soins pour la COVID-19.)
  • Si vous consultiez un groupe de pairs, seraient-ils d'accord pour dire que les soins sont importants? Vos collègues auraient-ils l'impression que ces mesures servent vos propres intérêts plutôt que ceux des patients, du personnel et de la société?
  • Pouvez-vous atténuer les risques et assurer la sécurité de votre personnel ainsi que la vôtre? (Avez-vous l'EPI adéquat? Des mesures de protection sont-elles en place pour les patients? Y a-t-il une politique sur les congés de maladie pour le personnel?)

Sources (en anglais seulement)

    Reprise des des consultations en personne

    Plans et guides de reprise des services

    Lignes directrices du gouvernement fédéral

    Les établissements de santé doivent :

    • Favoriser les pratiques personnelles de base (produits d'hygiène des mains, mouchoirs).
    • Faire appliquer les mesures d'éloignement sanitaire (télémédecine, aucune attente dans les salles d'attente, appel depuis une voiture).
    • Planifier l'horaire de façon à protéger les patients qui présentent un risque élevé de maladie grave (réserver certains jours, début de la journée).
    • Améliorer le nettoyage des lieux (augmenter la fréquence de nettoyage et de désinfection des surfaces fréquemment touchées, nettoyer entre deux patients).

    Consultez le document Levée des mesures restrictives en matière de santé publique – Recommandations du Comité consultatif spécial FPT sur la COVID-19 (ASPC, avril 2020).

    Directives des autorités de santé publique, des ordres professionnels et des associations professionnelles

    Alberta (en anglais seulement)

    Manitoba (en anglais seulement)

    Ontario

    Saskatchewan (en anglais seulement)

    Plans de reprise par province

    Alberta

    Stratégie de relance (en anglais seulement)

    Colombie-Britannique

    Plan de reprise (en anglais seulement)

    Saskatchewan

    Plan de la Saskatchewan pour la réouverture (en anglais seulement)

    Nouveau-Brunswick

    Plan de rétablissement

    Terre-Neuve-et-Labrador

    Mise en place d'une structure pour vivre avec la COVID-19 (en anglais seulement)

    Nouvelle-Écosse

    Préparation à la réouverture en Nouvelle-Écosse (en anglais seulement)

    Île-du-Prince-Édouard

    Renouveler l'Î.-P.-É. ensemble

    Territoires du Nord-Ouest

    Une reprise avisée

    Préparation à la fermeture si la situation l'exige

    Pour planifier la réouverture de votre cabinet, consultez les plans de relance de votre province afin de connaître les phases actuelles et futures ainsi que les différents niveaux d'alerte. En restant au courant des plans de réouverture, les médecins pourront mieux réagir si le gouvernement provincial décidait de revenir à une phase précédente ou à un niveau d'alerte plus élevé en raison d'une résurgence de cas. Les médecins peuvent anticiper ces situations et s'y préparer en élaborant un plan de réouverture souple qui peut être étendu ou restreint selon le nombre de cas de la COVID-19 à l'échelle locale.

    • Dans la mesure du possible,  pensez à garder la capacité des ressources humaines du secteur de la santé dans la planification des activités en cas d'éclosions et de recrudescence de la maladie.
    • Faites l'inventaire de votre EPI et trouvez des sources pouvant vous approvisionner d'urgence en cas d'augmentation du nombre de cas.
    • Continuez d'offrir des soins virtuels aux patients, ce qui facilitera la transition vers un mode de prestation majoritairement virtuel, si nécessaire.

    Sources :

    Communications avec les patients

    À la réouverture des cabinets, de nombreux patients hésiteront à se présenter aux rendez-vous en personne. Prenez le temps de préciser que leur fournisseur de soins est toujours disponible pour leur offrir des soins et du soutien, que ce soit par téléphone, par visioconférence ou en personne, dans le respect des mesures de sécurité en place. La communication avec les patients avant la réintroduction des consultations en personne leur donnera le sentiment d'être bien informés et en sécurité, et leur permettra de se préparer à leurs consultations en personne.

    Conseils

    • Passez le message dans vos propres mots – soyez aussi familier et amical que possible.
    • Nommez-vous clairement en indiquant de quelle clinique vous appelez
    • Indiquez clairement votre horaire aux patients

    Parlez des avantages des soins virtuels en plus des consultations en personne

    Outils de communication

    En communication, il faut répéter les messages (souvent jusqu'à sept fois) avant qu'ils n'entrent dans l'esprit des gens. Les outils suivants vous permettront de communiquer efficacement avec vos patients avant leur consultation en personne.

    Outil de communication

    Conseils

    Site Web

    Ajoutez ou mentionnez des ressources appropriées et à jour sur la COVID-19, des renseignements sur les politiques de sécurité en place, sur les changements apportés aux locaux, sur les nouvelles procédures pour les consultations en personne et sur les options de soins virtuels, et proposez un lien vers un outil d'autoévaluation pour la COVID-19.

    Courriel

    Utilisez une plateforme de courriel sécurisée et indiquez comment vous utiliserez les courriels (p. ex., pour la prise de rendez-vous, pour les conseils médicaux, pour les renouvellements de médicaments) ainsi que la personne responsable de la boîte de réception.

    Envoyez aux patients un courriel contenant des ressources sur la COVID-19 ainsi que les mesures prises pour assurer leur sécurité. Demandez-leur de remplir le formulaire de consentement aux communications électroniques de l'Association canadienne de protection médicale et de vous le renvoyer, et consignez l'information au DME. Pensez à ajouter à votre signature un lien dirigeant les destinataires vers les renseignements sur la COVID-19 présentés sur votre site Web.
    Pour voir un exemple de courriel, consultez l'annexe Email to patients (en anglais seulement) du document de Doctors of BC.

    Communications par téléphone

    Communiquez avec les patients qui n'ont pas d'adresse courriel pour faire le point, présenter vos plans de réouverture et planifier les rendez-vous nécessaires. Assignez cette tâche aux adjoints médicaux, aux médecins résidents ou à d'autres membres de l'équipe et facturez les services en conséquence.

    • Envisagez l'utilisation d'un numéro de téléphone virtuel pour masquer votre numéro personnel et faire en sorte que le nom de votre clinique s'affiche lors des appels.
    • Faites transférer les appels à la clinique à l'adjoint médical de garde.

    Message de la boîte vocale

    Créez un message clair annonçant aux patients que la clinique est toujours ouverte et qu'ils peuvent prendre rendez-vous pour une consultation virtuelle ou en personne. 

    • Présentez les mesures mises en place pour lutter contre la COVID-19 et les mesures que vos patients devraient prendre (p. ex., leur demander de faire preuve de patience en raison du grand volume d'appels, les diriger vers le service approprié pour modifier un rendez-vous, etc.).
    • Exemple de message : « Nous sommes là pour répondre à tous vos besoins en matière de santé, mais en raison de la COVID-19, nous avons apporté des changements aux façons d'accéder aux soins. Veuillez écouter le message complet pour connaître les différentes options. »

    Médias sociaux

    Répéter les messages indiqués dans le courriel dans les plateformes de médias sociaux. Suivez les recommandations de votre Collège quant aux politiques de médias sociaux pour les médecins. Demandez aux patients de remplir le formulaire de consentement aux communications électroniques de l'Association canadienne de protection médicale et de vous l'envoyer, et consignez l'information au DME.

    Rappels de rendez-vous

    Modifiez les messages pour y indiquer les mesures en lien avec la COVID-19 et ce que les patients doivent faire s'ils présentent des symptômes. Expliquez en quoi la consultation sera différente de ce à quoi ils sont habitués.

    Sources :

     

    Dépistage de la COVID-19

    Tous les cabinets et les cliniques devraient continuer d'effectuer un dépistage des symptômes de COVID-19 chez les patients.

    • En cas de difficultés respiratoires graves, de douleurs thoraciques graves ou de perte de conscience, les patients doivent composer le 911 ou se rendre au service des urgences le plus près.
    • Les patients qui présentent des symptômes de la COVID-19 doivent être orientés vers un centre d'évaluation ou être évalués par consultation virtuelle afin qu'il soit décidé s'ils ont besoin de traitements ou de tests supplémentaires.

    Seuls les patients dont le dépistage est négatif devraient pouvoir se présenter à une consultation en personne.

    • Demandez aux patients (par courriel ou sur le site Web du cabinet ou de la clinique) d'utiliser un outil d'autoexamen avant de prendre rendez-vous, puis une deuxième fois le jour du rendez-vous. Ils peuvent utiliser l'outil d'auto-évaluation du gouvernement fédéral ou un outil recommandé par l'agence de santé publique de leur région.
    • Demandez au personnel d'interroger les patients par téléphone à propos de leurs symptômes avant de prendre rendez-vous, puis une deuxième fois le jour du rendez-vous.  

    Mesures de sécurité pour les consultations en personne


    Mesures de contrôle administratives et opérationnelles (lignes directrices consolidées)

    Planification des consultations

    • Songez à offrir une partie des soins par voie virtuelle pour réduire le temps de consultation en personne.
    • Effectuez un dépistage téléphonique des symptômes de la COVID-19 auprès des patients avant de les recevoir en consultation.
    • Planifiez des rendez-vous de façon à limiter le nombre de personnes présentes sur les lieux en même temps.
    • Songez à planifier des consultations virtuelles entre les consultations en personne pour réduire l'achalandage dans la salle d'attente.

    Protocoles pour les patients et les visiteurs

    • Demandez aux patients de se présenter seuls à la clinique, lorsque c'est possible. Faites des exceptions pour les enfants ou les proches aidants.
    • Limitez le nombre de visiteurs non essentiels. Affichez clairement votre politique pour les personnes qui ne sont pas des patients, des employés ou des visiteurs essentiels (y compris les fournisseurs de matériel ou de services, les éducateurs, etc.) sur la porte d'entrée de votre cabinet et sur votre site Web.
    • Demandez aux patients et aux visiteurs essentiels s'ils présentent des symptômes avant qu'ils n'entrent dans la clinique. Si possible, réservez une salle ou un espace dans le stationnement à cette fin. Quiconque accompagne un patient (p. ex., enfant ou proche aidant) doit aussi subir ce processus.
    • Si des visiteurs doivent se présenter au cabinet, désignez une période en dehors des heures d'ouverture pour minimiser les interactions avec les patients, les cliniciens ou le personnel.
    • Avisez les patients et les visiteurs essentiels qu'ils doivent se laver les mains avec soin, pratiquer une bonne hygiène respiratoire et respecter les mesures d'éloignement sanitaire lorsqu'ils se trouvent à l'intérieur de l'établissement.
    • Demandez aux patients d'attendre à l'extérieur ou dans leur véhicule jusqu'à ce que la salle d'examen soit libre, puis appelez-les ou envoyez-leur un message texte pour leur demander de se présenter à l'intérieur.
    • Demandez aux patients d'arriver au plus cinq minutes à l'avance.

    Protocoles pour le personnel soignant

    Les protocoles pour la gestion du personnel soignant et le contrôle des infections devraient être élaborés de concert avec les autorités locales de santé publique. Dans l'ensemble des provinces et territoires, les établissements de soins de santé doivent mettre en place les mesures suivantes :

    • Évaluation du risque au point de service avant chaque interaction avec un patient.
    • Protocole d'hygiène des mains rigoureux et conforme aux pratiques de base de l'ASPC.
    • Protocole de surveillance des infections chez les membres du personnel conforme aux directives des autorités de santé publique locales comportant les éléments suivants :
      • Évaluation des symptômes des membres du personnel avant leur entrée dans la clinique et protocole à suivre s'ils présentent des symptômes.
      • Évaluation du risque d'exposition au travail.
      • Mesures de quarantaine et d'isolement.
      • Résolution des symptômes et retour au travail.

    Voici d'autres ressources sur le contrôle des infections auprès du personnel soignant :

    Configuration de la clinique

    • Tenez-vous-en à l'essentiel
      • Retirez les jouets, magazines, brochures, télécommandes et autres articles communs dans les salles d'attente et d'examen.
      • Videz les salles d'examen pour n'y laisser que le matériel indispensable (table d'examen, chaise, brassard pneumatique, éclairage).
    • Effectuez les changements nécessaires
      • Remplacez les meubles recouverts de tissu par des meubles faciles à nettoyer, si possible.
      • Gardez ouvertes les portes fréquemment utilisées pour éviter la contamination récurrente des poignées de porte.
      • Songez à instaurer des options de paiement sans contact.
      • Éliminez le papier lorsque possible pour minimiser l'utilisation de formulaires, de planchettes à pince et de stylos par les patients.
      • Limitez le nombre de salles d'examen utilisées.
      • Évitez le transfert de patients au sein des établissements et entre les établissements, sauf avis médical contraire.
      • Réduisez le nombre de membres du personnel dans le cabinet ou la clinique. Demandez aux membres du personnel d'accomplir à domicile ou hors des heures d'ouverture les tâches qui s'y prêtent pour diminuer les interactions entre eux et avec les patients.
      • Lorsque c'est possible, demandez aux travailleurs d'éviter de partager les mêmes téléphones, tables de travail, bureaux et autres outils et équipement.
    • Fournissez le matériel requis
      • Placez des stations de lavage des mains contenant du désinfectant pour les mains à base d'alcool (au moins 70 % d'alcool) à plusieurs endroits : à l'entrée du cabinet, au comptoir de réception, dans la salle d'attente et à côté de chaque salle d'examen, afin que les gens puissent se désinfecter les mains avant d'y entrer et en sortant.
      • Installez des poubelles sans contact dans les aires d'attente et les salles d'examen.

    Configuration de l'aire d'attente

    • Limitez le nombre de patients dans la salle d'attente.
    • Installez les chaises de façon à garder une distance de deux mètres entre les personnes. Si c'est impossible, installez des séparateurs en plexiglas, dans la mesure du possible.
    • Prévoyez des espaces désignés éloignés de l'aire d'attente pour les files. Utilisez des repères visuels (flèches directionnelles, zones d'attente, ruban adhésif au sol) pour faciliter l'éloignement sanitaire.
    • Songez à installer une barrière de protection à la réception, comme un panneau de verre ou de plexiglas, afin que le personnel administratif n'ait pas à porter d'EPI.
    • Fournissez des couvre-visage si possible, mais assurez-vous que les patients ne laissent pas de masques dans l'aire d'attente.

    Affichage

    Installez des affiches et panneaux sur la COVID-19 aux portes d'entrée, à la réception et dans les salles d'examen pour rappeler aux patients les symptômes à surveiller et les pratiques d'hygiène visant à freiner la propagation du virus.

    L'AMC a créé des affiches « Freiner la propagation », qui peuvent être utilisées dans les cliniques et les cabinets pour rappeler aux patients les symptômes de la COVID-19 et les moyens de prévenir la transmission.

    Disponible en français, anglais, arabe, cantonais, mandarin, pendjabi et en espagnol.

    Sources

    Nettoyage des lieux (lignes directrices consolidées)

    • Affichez les politiques en matière de nettoyage en vigueur et veillez à ce que le personnel administratif et clinique du cabinet les connaisse.
    • Songez à désigner un « technicien en désinfection » qui aura la responsabilité d'aseptiser les zones à risque de façon continue.
    • Assurez-vous que tous vos produits de nettoyage figurent sur la liste de désinfectants autorisés de Santé Canada (COVID-19).
    • Gardez une réserve de savon, d'essuie-tout, de désinfectant pour les mains et de fournitures de nettoyage au moins équivalente au matériel utilisé en deux semaines.
    • Fournissez des rouleaux de papier pour les tables d'examen et remplacez le papier entre chaque patient.

    Consultez le document Environmental Cleaning and Disinfectants for Clinic Settings publié en mars 2020 par le BCCDC (en anglais seulement) pour en savoir plus sur les agents de nettoyage, les concentrations et les usages.

    Fréquence de nettoyage

    Matériel

    Fréquence

    Temps requis

    Matériel médical commun et réutilisable (stéthoscopes, brassards pneumatiques, etc.)

    Entre chaque patient et à la fin de chaque quart de travail

    Chronométrez le protocole de nettoyage et prévoyez des heures supplémentaires pour le nettoyage et la désinfection lors de la planification des rendez-vous avec les patients.

    Tout le matériel nécessaire pour les traitements

    Entre chaque patient et à la fin de chaque quart de travail

    Surfaces touchées par les patients (qu'ils soient symptomatiques ou non, après chaque consultation, une zone de 2 mètres autour du patient doit être désinfectée)

    Entre chaque patient et à la fin de chaque quart de travail

    Salles d'examen (chaises, tables, planchers)

    Au moins deux fois par jour

    Surfaces fréquemment touchées (postes de travail, téléphones cellulaires, interrupteurs d'éclairage, tables, chaises, poignées de porte, planchettes à pince, comptoir de réception)

    Au moins deux fois par jour

    Sources

     

    Directives de nettoyage pour le matériel spécifique

    Linge

    • Les blouses faites de polyester ou d'un mélange de polyester et de coton peuvent être lavées en toute sécurité selon les procédures habituelles, puis réutilisées.
      • Évitez de toucher les surfaces extérieures de la blouse pendant les soins.
      • Il pourrait être nécessaire d'embaucher du personnel pour gérer les brassées et cycles de lavage supplémentaires.
      • Établissez un système pour inspecter, entretenir et réparer systématiquement les blouses réutilisables et les remplacer lorsqu'elles sont usées ou déchirées.
    • Tout morceau de linge utilisé lors de la prestation de soins directs à un patient atteint de la COVID-19 ou soupçonné d'en être atteint doit être considéré comme « contaminé ». Consultez les pratiques de base de l'ASPC pour obtenir des directives détaillées sur le linge contaminé.

    Vaisselle et ustensiles

    • Les ustensiles, casseroles, poêles et autres articles de cuisine peuvent être lavés et aseptisés au lave-vaisselle par un cycle de rinçage à l'eau chaude ou lavés à l'eau chaude savonneuse.
    • Aucune autre précaution particulière n'est recommandée. Les pratiques habituelles doivent être appliquées.

    Déchets

    • À l'heure actuelle, rien n'indique que de nouveaux protocoles de gestion des déchets soient nécessaires pour les établissements recevant des patients atteints de la COVID-19.

    Sources


    Consultations avec des patients présentant des symptômes respiratoires ou d'autres symptômes de la COVID-19

    Les patients présentant des symptômes aigus de la COVID-19 doivent être identifiés et invités, si possible, à reporter les consultations de routine jusqu'à ce que les symptômes d'infection aient disparu, ou dirigés vers une clinique de dépistage de la COVID-19 locale.

    Si les patients ne peuvent pas reporter leur consultation (ceux qui sont évalués pour la COVID-19 ou pour d'autres symptômes ou maladies), suivez les directives ci-dessus, en y ajoutant les conditions suivantes :

    Contrôle à la source

    • Demandez aux patients de porter un masque (fait maison) lorsqu'ils visitent le cabinet ou la clinique. Au besoin, remettez des masques non médicaux à l'entrée.
    • Informez les patients des recommandations en matière d'hygiène des mains et d'hygiène respiratoire.

    Changements de personnel et d'horaires

    • Planifiez les rendez-vous avec les patients symptomatiques à un moment où les autres patients ne sont pas présents.
    • Planifiez les rendez-vous avec les patients présentant des symptômes respiratoires (aigus ou chroniques) pendant des périodes désignées à la fin de la journée.
    • Certains groupes de médecine familiale adoptent une approche selon laquelle TOUS les patients qui présentent un symptôme respiratoire, QUEL QU'IL SOIT, sont vus par le même médecin du groupe, dans une « clinique de soins respiratoires » (un bloc de salles de la clinique). Cette approche peut permettre de ménager le stock d’EPI si les autres médecins n’offrent que des consultations à distance.
    • Dans les cabinets de groupe, songez à assigner un fournisseur de soins ou une équipe de fournisseurs de soins aux patients chez qui la COVID-19 est connue ou soupçonnée OU dirigez ces patients vers des centres de dépistage et d'évaluation, si possible.
    • Les membres du personnel qui travaillent dans la zone vers laquelle le patient est transporté devraient être informés de l'état du patient et des précautions à prendre; il faudrait voir le patient dès que possible pour raccourcir le temps passé en salle d'attente et hors de sa chambre.

    Procédures des consultations

    • Les patients ayant obtenu un résultat de dépistage positif devraient recevoir un masque chirurgical ou de procédure et se laver les mains.
    • Assurez-vous que les patients ne laissent pas leur masque dans les aires d'attente.
    • Placez immédiatement le patient dans une pièce fermée afin d'éviter tout contact avec les autres patients dans les aires communes du cabinet ou de la clinique.
    • Si possible, prévoyez une entrée distincte pour les patients présentant des symptômes de la COVID-19.
    • Demandez aux patients de montrer leur carte d'assurance maladie pour que le personnel de la clinique n'ait pas à la manipuler.

    Si un patient reçoit la confirmation qu'il est atteint de la COVID-19 après s'être présenté à la clinique 

    • Communiquez avec votre autorité de santé publique locale pour obtenir des conseils sur l'exposition potentielle et les conséquences pour la continuité du travail.
    • Les membres du personnel qui ont été en contact étroit avec ce patient ou qui ont pu y être exposés sans être adéquatement protégés doivent se placer en isolement volontaire pendant 14 jours et surveiller l'apparition de symptômes.
    • Si plus de 7 jours se sont écoulés depuis que la personne atteinte de la COVID-19 s'est présentée à l'établissement et a utilisé les lieux, il n'est pas nécessaire de mettre en place des mesures de nettoyage et de désinfection supplémentaires.

    Consultez le document Risk assessment and management of exposure of health care workers in the context of COVID-19 publié en mars 2020 par l'OMS (en anglais seulement).

    Sources

     EPI et mesures de contrôle des infections

    • Prenez des précautions quant à la transmission par contact et par gouttelettes lors de consultations avec des patients qui présentent des symptômes de la COVID-19 ou dont on soupçonne qu'ils en sont atteints. L'Agence de la santé publique du Canada a fourni des lignes directrices sur la prévention et le contrôle des infections pour les services de soins ambulatoires et de consultation externe, qui traitent de ces précautions.
    • Les gants, les blouses à manches longues et poignets cintrés (couvrant le devant du corps, du cou au milieu de la cuisse), les masques et l'équipement de protection pour le visage et les yeux devraient être revêtus avant d'entrer dans la salle d'examen. L'EPI devrait être retiré et jeté à la sortie de la salle d'examen.
    • Voici un document de Santé publique Ontario qui illustre les étapes à suivre pour revêtir et retirer l'EPI.
    • Consultez la section ci-dessous pour en savoir plus sur l'approvisionnement en EPI par province.

    Comment obtenir de l'EPI

    Approvisionnement et distribution de l'EPI

    Chaque province et territoire a ses propres lignes directrices concernant les demandes d'équipement de protection individuelle. Vous trouverez ici des renseignements sur les organismes à contacter afin de commander de l'EPI pour votre cabinet en milieu communautaire.

    Terre-Neuve-et-Labrador

    L'Association médicale de Terre-Neuve-et-Labrador (AMTNL) répertorie les demandes en EPI des médecins travaillant en milieu communautaire afin d'aider le gouvernement provincial à fournir un approvisionnement hebdomadaire. Ce dernier se fonde sur les estimations qu'ont fournies les médecins à l'AMTNL le 14 mai. Il s'agit d'une commande permanente que vous n'avez à soumettre qu'une seule fois. Apprenez-en plus ici.

    L'AMTNL publie également une liste à jour des fournisseurs d'EPI de la province.

    Nouvelle-Écosse

    Jusqu'en septembre 2020, le ministère de la Santé fournit gratuitement de l'EPI aux médecins et au personnel médical en milieu communautaire. Cliquez ici pour faire une demande. Une fois celle-ci traitée, vous recevrez un courriel sur les articles disponibles et sur le fonctionnement des commandes en ligne. Pour en savoir plus, écrivez à PPErequest@novascotia.ca
     

    Île-du-Prince-Édouard

    La Société médicale de l'Île-du-Prince-Édouard demande aux médecins de soumettre leurs demandes d'approvisionnement en EPI au gouvernement provincial. Les demandes seront évaluées, et les fournitures distribuées sur une base hebdomadaire.

    Apprenez-en plus ici.

      Nouveau-Brunswick

      La Société médicale du Nouveau-Brunswick (SMNB) s'associe au ministère de la Santé et à Service Nouveau-Brunswick afin de faciliter la commande et la distribution d'EPI. Les médecins peuvent passer leurs commandes directement auprès de la SMNB toutes les deux semaines. Le personnel traitera les demandes à mesure qu'elles seront reçues et organisera la livraison à l'adresse indiquée.

      Pour en savoir plus : ppe@nbms.nb.ca

      Manitoba

      Doctors Manitoba encourage les médecins travaillant en milieu communautaire à commander l'EPI par l'intermédiaire de Soins communs Manitoba, qui maintient un approvisionnement centralisé. Afin d'assurer des réserves suffisantes, l'organisme a adopté un « cadre » visant à prioriser la livraison des fournitures en fonction du niveau de risque pour les professionnels de la santé et les patients. Soins communs Manitoba recommande également d'offrir, autant que possible, des consultations virtuelles plutôt qu'en personne.

      Pour en savoir plus, cliquez ici.

      Saskatchewan

      Afin d'assurer un accès stable à l'EPI pour les médecins travaillant en cabinet privé ou en milieu communautaire, l'Association médicale de la Saskatchewan, l'Autorité sanitaire de la Saskatchewan et le ministère de la Santé travaillent avec un fournisseur privé, Schaan Healthcare Products Inc. Toutefois, les masques N-95 ne figurent pas sur la liste des fournitures proposées par ce fournisseur. Si vous avez déjà un autre fournisseur, aucune mesure n'est nécessaire.

      Pour en savoir plus, cliquez ici (en anglais seulement).

      Alberta

      Alberta Health Services (AHS) coordonne la répartition de l'EPI durant la pandémie de COVID-19 et remettra les fournitures aux centres locaux des réseaux de soins primaires (RSP). Les cliniques membres peuvent demander des fournitures par l'entremise de leur personne-ressource au RSP, qui passera une commande auprès du service de l'approvisionnement d'AHS. Les prestataires de soins primaires ne faisant pas partie d'un réseau doivent communiquer avec le centre local pour se procurer de l'EPI.

      Si vous ne savez pas exactement avec qui communiquer ou si vous avez des questions sur le processus de distribution, écrivez à phc@ahs.ca.

      Pour en savoir plus sur l'utilisation de l'EPI en Alberta, cliquez ici.

      Colombie-Britannique

      Doctors of BC collabore étroitement avec les différentes autorités sanitaires de la province quant aux stocks et à la distribution d'EPI. Les médecins qui ont des cliniques extrahospitalières sont invités à communiquer avec leur autorité de santé régionale ici.

      Ontario

      Santé Ontario demande aux médecins d'économiser leurs réserves d'équipement de protection individuelle (EPI), de planifier les prochains envois avec leurs fournisseurs habituels et de demander aux autres professionnels de la santé de leur région s'ils ont un surplus. Au besoin, un processus de demande urgente d'EPI a été mis au point :

      • Déterminez dans quelle région, parmi les cinq proposées, se trouve votre clinique. Envoyez une demande au moyen du formulaire de demande d'EPI approprié. Pour les régions de l'Est-Champlain et de l'Ouest de l'Ontario, un formulaire distinct est requis; pour les autres, le formulaire de demande d'EPI principal devrait être utilisé. Votre responsable régional se chargera de vous répondre. On a demandé aux responsables de privilégier les populations prioritaires et de porter une attention particulière au secteur des soins primaires.
      • Si votre demande ne peut être traitée à l'échelle régionale, votre responsable la transmettra au Centre des opérations d'urgence du ministère.

      Votre province ou territoire ne figure pas sur cette liste?

      Communiquez avec votre organisme de réglementation provincial ou avec votre ministère provincial de la Santé pour en savoir plus sur le processus de demande d'EPI.

      Back to top