Association médicale canadienne

Plus de 6 700 médecins ont participé à l’Enquête de l’AMC auprès de l’effectif médical de cette année. Parmi eux, 91 % appuient la mise en place d’un système de permis national qui les autoriserait à exercer dans tous les territoires et toutes les provinces du Canada et croient que l’accès aux soins s’en trouverait grandement amélioré.

Lisez les résultats de l’Enquête de l’AMC auprès de l’effectif médical de 2019

Les médecins sondés ont indiqué vouloir explorer les possibilités suivantes si un permis d’exercice national était créé :

  • 45 % feraient de la suppléance.
  • 39 % fourniraient des soins virtuels à des patients d’autres provinces ou territoires.
  • 30 % exerceraient régulièrement dans plusieurs provinces ou territoires à la fois.
  • 42 % exerceraient temporairement dans des régions rurales ou éloignées d’autres provinces ou territoires.

C’est dans les provinces de l’Atlantique, particulièrement la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador, que le soutien était le plus important : 84 % des médecins étaient tout à fait d’accord avec la création d’un permis d’exercice national. Ce chiffre n’a rien d’étonnant, puisque les quatre collèges de médecins et de chirurgiens des provinces de l’Atlantique collaborent déjà pour simplifier leurs approches relativement au permis.

Par ailleurs, cet appui marqué au permis d’exercice national valorise les travaux du Groupe de travail sur les soins virtuels. Codirigé par l’AMC, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et le Collège des médecins de famille du Canada, le Groupe a passé les six derniers mois à recenser les changements à apporter pour soutenir les soins virtuels et permettre aux médecins d’exercer dans toutes les provinces et tous les territoires du Canada, sans égard aux frontières qui les délimitent. Un rapport devrait être publié au début de l’année 2020.

Santé numérique et autres résultats

Les résultats de l’édition 2019 montrent d’importantes augmentations de l’utilisation des outils de santé numériques. Les médecins indiquent que plus de 22 % des patients ont accès à leur dossier médical en ligne, contre 8 % en 2017. En ce qui concerne la communication, près d’un médecin sur cinq affirme permettre à ses patients de le consulter par courriel ou message texte.

La satisfaction professionnelle demeure quant à elle constante depuis deux ans : près des trois médecins sur quatre se disent satisfaits ou très satisfaits de leur carrière. Toutefois, la satisfaction quant à l’équilibre entre le travail et la vie personnelle a légèrement diminué : elle est passée de 53 % (en 2017) à 48 %, alors que 30 % des répondants se disent insatisfaits ou très insatisfaits de ce critère, comparativement à 26 % en 2017.

La charge de travail des médecins est aussi légèrement en baisse. Les médecins indiquent une moyenne de 49,5 heures de travail par semaine comparativement aux 50,5 heures déclarées en 2017. De plus, 69 % des médecins ont été de garde en 2019; c’était 73 % en 2017. Le nombre d’heures de garde le plus élevé était celui des répondants de Terre-Neuve-et-Labrador (146 heures par mois), et le moins élevé, celui des répondants de l’Ontario (92 heures par mois).

L’Enquête de l’AMC auprès de l’effectif médical de 2019 fournit de précieux renseignements sur les modalités de travail actuelles des médecins. Elle aide l’AMC et d’autres intervenants à suivre l’évolution des tendances de l’effectif médical, à élaborer des politiques sur des enjeux tels que le permis d’exercice national, la santé des médecins et les soins virtuels, et à éclairer la planification des ressources humaines de la santé à l’échelle régionale et nationale.


L’Enquête de l’AMC auprès de l’effectif médical vise à obtenir des médecins de l’information sur un vaste éventail de sujets liés à l’exercice de la profession au Canada. En 2019, les questions portaient sur le milieu et la charge de travail, le permis d’exercice national, l’utilisation des technologies de l’information et le niveau de satisfaction.

Le sondage a été effectué du 8 mars au 5 mai. Des 52 633 membres l’ayant effectivement reçu, 6 762 – ou 13 % – y ont répondu. Les résultats de l’échantillon sont précis à ± 1,2 point de pourcentage, 19 fois sur 20, par rapport au résultat que l’on aurait obtenu si tous les médecins canadiens avaient été consultés.


Vous avez des questions ou des commentaires ?

Envoyez-nous un courriel.