Association médicale canadienne

Participants at the CMA's 2019 Health Summit

Comment les médecins, les patients et les décideurs peuvent-ils utiliser la technologie pour améliorer notre système de soins de santé?

C’était la question au cœur du Sommet de l’AMC sur la santé, qui s’est tenu cette année les 12 et 13 août à Toronto. Plus de 1 000 personnes ont participé à l’événement de deux jours et ont étudié le potentiel de la technologie d’améliorer la communication entre médecins et patients, de créer des systèmes de santé plus intégrés et de surveiller la santé des patients. 

Un sondage Ipsos commandé par l’AMC avant l’événement a révélé que les Canadiens et les Canadiennes veulent que la médecine leur offre une expérience en ligne comparable à celles d’autres secteurs. Plus de 70 % des répondants ont déclaré s’attendre à faire le suivi en ligne de leurs rendez-vous médicaux, à accéder à leurs antécédents médicaux complets et à pouvoir les communiquer à n’importe quel professionnel de la santé en tout temps, et à prendre des rendez-vous au moyen d’un système robotisé, et ce, d’ici dix ans.

De nombreux panélistes et conférenciers du Sommet ont directement parlé de cette demande. Le Dr Andrew Bond, un médecin qui travaille auprès de personnes en situation d’itinérance, a affirmé que le Canada doit adopter de nouveaux modèles de prestation de soins.

« Nous avons un système de santé bâti sur des établissements de soins physiques, parce qu’on croit que c’est la meilleure façon de prodiguer des soins, pour qu’ils aient les meilleurs résultats. Mais nous n’avons pas les données pour appuyer cette croyance. »
– Dr Andrew Bond, panéliste du Sommet

Dans sa conférence, la Dre Alexandra Greenhill, médecin entrepreneure, a fait valoir que la technologie a le pouvoir de changer l’exercice actuel de la médecine et d’améliorer les résultats pour les patients. Elle avance toutefois que la médecine a besoin d’une bonne coordination et d’une bonne évaluation. 

« Il nous faut créer de la musique, pas du bruit. »
– Dre Alexandra Greenhill, conférencière principale au Sommet 

Les soins virtuels et leur potentiel d’améliorer l’accès aux soins et les résultats de santé ont été au cœur d’une discussion de deux heures sur les politiques associées au Conseil général. 

Les Drs Evan Adams et Rob Williams, panélistes, ont affirmé que les soins virtuels ont changé la donne pour eux. En tant que médecins exerçant respectivement dans des communautés éloignées des Premières Nations en Colombie-Britannique et dans le nord de l’Ontario, ils ont expliqué comment ils ont adopté la messagerie en ligne, le suivi à distance et bien d’autres technologies pour améliorer l’accès à des soins spécialisés pour leurs patients. 

Jaime Drayer, représentante des patients et panéliste, a fait part de sa vision positive des soins virtuels en racontant à l’auditoire comment la possibilité d’obtenir des soins spécialisés de chez elle à Hamilton a « changé sa vie ».

Pourtant, malgré un appui général pour le potentiel des soins virtuels, les panélistes et les participants ont souligné certains obstacles à leur utilisation généralisée, comme le besoin d’une façon d’ajouter automatiquement les visites virtuelles aux dossiers des patients et d’instaurer des codes de facturation appropriés pour ces services. 

La principale préoccupation soulevée a été les obstacles réglementaires entourant actuellement l’exercice de la médecine au Canada. La Dre Linda Inkpen, présidente de la Fédération des ordres des médecins du Canada, a expliqué le travail de son organisation dans l’élimination des obstacles pour les médecins désirant offrir des soins virtuels, y compris la possibilité d’un permis d’exercice national. 

« Nous jouons avec les limites, nous travaillons sur la télémédecine, sur la transférabilité de la suppléance et sur l’accélération de l’obtention du permis, mais le Saint-Graal, c’est le permis d’exercice national. » 
– Dre Linda Inkpen, panéliste au Sommet

Le Groupe de travail sur les soins virtuels, récemment créé par l’AMC, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et le Collège des médecins de famille du Canada, utilisera les commentaires émis et les questions posées pendant les séances pour orienter son travail.

Maintenant à sa deuxième édition, le Sommet sur la santé est devenu le plus grand événement national de l’AMC. L’année prochaine, il se tiendra à Halifax, en août. 


Poursuivre la discussion

Joignez-vous à la communauté d’intérêts de l’AMC pour participer aux discussions en ligne sur les soins virtuels. Cette communauté ouverte à tous est la tribune tout indiquée pour raconter vos expériences et lancer des pistes d’amélioration du système.


Vous avez des questions ou des commentaires ?

Envoyez-nous un courriel.