Association médicale canadienne

Ottawa, le 11 septembre 2019 – La décision rendue aujourd’hui par la Cour supérieure du Québec pose un autre jalon dans le paysage de l’aide médicale à mourir au Canada. Lorsqu’elle a été adoptée à l’origine, la législation fédérale représentait un virage important en matière de politique sociale au Canada et elle a eu une incidence marquée sur la pratique de la médecine. Le cadre fédéral formulait une approche visant à composer avec la complexité et les points de vue divergents sur la question.

En attendant des précisions sur la réaction des gouvernements à cette décision, l’AMC continuera de faire preuve de leadership, notamment en poursuivant ses consultations auprès des médecins au sujet de la mise à jour de sa politique sur l’aide médicale à mourir. L’établissement d’un cadre législatif clair assorti de définitions et de paramètres d’admissibilité appuiera les médecins et leurs patients. Dans cette optique, l’AMC encourage les gouvernements à collaborer pour clarifier la situation et assurer l’uniformité à l’échelle nationale afin que la population ne soit pas laissée dans l’incertitude à la suite de cette décision. 

Dr Sandy Buchman 
Président de l’AMC