Les services aux membres de l’AMC offerts en ligne seront interrompus entre 20 h le vendredi 15 février et minuit le samedi 16 février pour cause de maintenance. Veuillez nous excuser pour ce désagrément.

Association médicale canadienne
D<sup>r</sup> Nav Persaud

Des millions de Canadiens n’ont pas les moyens d’acheter leurs médicaments. » 


« Pourquoi avoir fait toutes ces années d’études pour devenir médecin si, en fin de compte, les diagnostics que je pose sont peu utiles, les patients n’étant pas en mesure de payer leur traitement? »

Cette question, le Dr Nav Persaud se l’est trop souvent posée.

Le médecin de famille décrit un scénario typique qu’il rencontre dans son travail à l’Hôpital St. Michael de Toronto. Un patient qui présente une hypertension ou un diabète mal contrôlés le consulte et se fait prescrire un médicament. Ce patient ne prend cependant pas le médicament puisqu’il n’a pas les moyens de l’acheter. À un moment donné, ce même patient consulte à nouveau pour le même problème. Durant ses premières années de pratique, le Dr Persaud pensait qu’il ne pouvait rien y faire. Toutefois, lorsque certains de ces patients ont fait des crises cardiaques ou des AVC, il a senti qu’il devait agir.   

« Il est inacceptable que des patients souffrent inutilement, alors qu’il existe des traitements relativement abordables, explique le Dr Persaud. Des millions de Canadiens n’ont pas les moyens d’acheter leurs médicaments : prenons donc les choses en main pour orienter les politiques publiques et améliorer la situation de tous. »

Ainsi, en 2016, le Dr Persaud a lancé l’étude CLEAN Meds (Carefully seLected and Easily Accessible at No charge Medications [médicaments gratuits, choisis avec soin et facilement accessibles]), un essai clinique randomisé évaluant les effets de l’offre aux patients d’un accès gratuit à plus de 125 « médicaments essentiels ». Actuellement, près de 800 personnes participent à cette étude, dans sept centres de santé : quatre à Toronto et trois dans la région de l’île Manitoulin. Au moment de leur recrutement, tous les patients ont mentionné avoir été incapables d’acheter un médicament au cours des 12 mois précédents. 

« Le système actuel – un amalgame d’assurances privées et d’assurances publiques, en passant par l’absence d’assurance – est un gâchis qui place les chauffeurs de taxi, les travailleurs d’usines, les entrepreneurs, les musiciens et bien d’autres dans une position précaire : ils n’ont souvent pas les moyens d’acheter leurs médicaments, et doivent donc prendre des décisions très difficiles. » 

La moitié des participants ont été aléatoirement affectés au groupe témoin, sans qu’aucune aide supplémentaire leur soit offerte en lien avec leur ordonnance. Les autres participants ont été affectés au groupe d’intervention, et un pharmacien qui participait à l’étude a posté les médicaments à leur maison, gratuitement. Par exemple, un patient vivant avec le diabète aurait reçu de la metformine et de l’insuline gratuitement.

« En comparant les deux groupes, nous pouvons établir les effets d’un accès simple et gratuit aux médicaments, explique le Dr Persaud. Les personnes prennent-elles leurs médicaments correctement? Les médicaments peuvent-ils être prescrits de façon plus adéquate? Les patients contrôlent-ils mieux leurs problèmes de santé? »

La liste des médicaments essentiels créée pour cette étude est inspirée d’une liste semblable publiée par l’Organisation mondiale de la Santé, et a été adaptée au contexte canadien. Certains des médicaments sont peu dispendieux, comme l’acétaminophène et la vitamine D, alors que d’autres sont des produits biologiques au coût exorbitant, selon le Dr Persaud. C’est le cas, par exemple, du dolutégravir, un nouveau traitement pour le VIH qui coûte environ 10 000 $ par année. Il ajoute que plusieurs médicaments fréquemment prescrits n’ont pas été inscrits à la liste parce qu’il n’existe pas de preuve de leur efficacité. 

Les résultats des 12 premiers mois de l’étude CLEAN Meds devraient être publiés au début de 2019, peu de temps avant que le Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance médicaments publie son rapport définitif. Le Conseil, présidé par le Dr Eric Hoskins, mène un dialogue national sur la façon d’instaurer un régime d’assurance médicaments abordable pour les Canadiens et leur famille, les employeurs et les gouvernements.  

Le Dr Persaud profite pleinement du moment pour influencer le comité fédéral. Il a fait une présentation au Conseil sur CLEAN Meds et prévoit lui fournir les premiers résultats de l’étude. Il a également participé à une table ronde à Ottawa aux côtés de différents intervenants, a présenté sa liste de médicaments essentiels et a remis un mémoire. Son message au Conseil : il faut créer un système où tous les Canadiens ont accès aux médicaments essentiels et ont les moyens de se les procurer. 

« Le système actuel – un amalgame d’assurances privées et d’assurances publiques, en passant par l’absence d’assurance – est un gâchis qui place les chauffeurs de taxi, les travailleurs d’usines, les entrepreneurs, les musiciens et bien d’autres dans une position précaire : ils n’ont souvent pas les moyens d’acheter leurs médicaments, et doivent donc prendre des décisions très difficiles », souligne le Dr Persaud.  

C’est la réalité de beaucoup de participants à l’étude. Une équipe du Réseau universitaire de santé OpenLab a présenté certaines de ses expériences dans une série de vidéos. 

Allison fait partie du groupe témoin. Elle parle de la vie sur l’île Manitoulin, où la nourriture et l’électricité coûtent extrêmement cher. Elle souffre du syndrome des ovaires polykystiques et doit prendre une hormonothérapie de façon régulière, mais n’est pas toujours capable de le faire puisqu’elle travaille à temps partiel. 

« Si je n’ai pas l’argent au moment de mes renouvellements, ce sont mes parents qui paient; c’est extrêmement difficile pour eux, raconte-t-elle dans la vidéo. Ils sont tous deux retraités et ont un revenu fixe. »

David fait partie du groupe qui reçoit des médicaments gratuitement. Il est un ancien propriétaire d’entreprise qui a fait faillite durant la récession de 2008 et qui vit dans sa voiture. En 2011, il a reçu un diagnostic de lymphome, a subi une chimiothérapie, puis s’en est remis. Par la suite, une complication liée à son traitement d’entretien a causé une crise cardiaque. David souligne que sa participation à l’étude CLEAN Meds améliore sa santé. 

« Le stress est insoutenable, dit-il dans la vidéo. Les avantages d’un programme comme celui-ci, qui enlève ce poids de mes épaules, vont au-delà de l’argent. Le programme me permet de retrouver ma tranquillité d’esprit. »

Le Dr Persaud souhaite que ces histoires personnelles, ainsi que la recherche clinique effectuée dans le cadre de l’étude, influencent les recommandations du Conseil à l’égard d’un système national d’assurance médicaments. 

« L’assurance médicaments semblait être un enjeu très simple, explique-t-il, mais il y a eu peu de progrès en matière de politiques publiques au cours des 40 dernières années. C’est pourquoi nous espérons orienter le changement. » 



Plus de témoignages de médecins

Ben Fung

Au cours de sa troisième année d’études de médecine, alors qu'il effectuait un stage clinique à l’Hôpital Sunnybrook, Ben Fung a perdu un patient. Ce n’était pas la première fois; d’autres de ses patients étaient décédés subitement ou des suites d’un trauma auparavant, mais ce décès l’a touché droit au cœur.

Pour en savoir plus à propos de Ben Fung

Dre Gigi Osler

« Ma réaction initiale a été “Moi? Pourquoi moi? Qui voterait pour moi?” » La Dre Gigi Osler admet avoir eu le syndrome de l’imposteur lorsqu’on lui a suggéré, lors d’une conférence médicale en 2016, de présenter sa candidature pour le poste de président désigné de l’AMC.

Pour en savoir plus à propos de Dre Gigi Osler

Dre Rupa Patel

Lorsque la Dre Rupa Patel s’est jointe à un cabinet de Kingston, en Ontario, en 2010, elle a dû relever le plus grand défi de sa carrière. Bon nombre des patients dont elle a hérité – de 30 à 40 personnes – prenaient des doses élevées d’opioïdes pour soulager des douleurs chroniques. 

Pour en savoir plus à propos de Dre Rupa Patel

Dre Kimberly Wintemute

Il y a trois ans, la Dre Kimberly Wintemute s’est donné une mission : déterminer quels patients de son cabinet de médecine familiale couraient un risque de vivre dans la pauvreté. La Dre Wintemute croyait qu’en connaissant la situation économique de leurs patients, les médecins pourraient aider à réduire les répercussions des conditions de vie difficiles sur leur santé.

Pour en savoir plus à propos de Dre Kimberly Wintemute

Dr Matt Kutcher

« Selon moi, l’aide médicale à mourir ne devrait plus être une chose dont nous parlons en catimini ou que nous cachons. Je pense que plus nous en parlons et plus nous la normalisons, mieux ce sera. »

Pour en savoir plus à propos de Dr Matt Kutcher

Dr Douglas DuVal

L’hyperthermie maligne est une réaction rare et mortelle à l’anesthésie qui provoque une accélération de la fréquence cardiaque, une fièvre dangereusement élevée et de graves spasmes musculaires. Le dantrolène est le seul médicament qui puisse la traiter. Ainsi, lorsque les Services de santé de l’Alberta ont émis un avertissement en mai indiquant qu’il serait impossible d’avoir du dantrolène avant la fin du mois d’août, la question des pénuries de médicaments est devenue préoccupante pour le Dr Douglas DuVal.

Pour en savoir plus à propos de Dr Douglas DuVal

Dre Clare Liddy

« J’avais des images gravées dans mon esprit, de l’hiver surtout, de personnes qui sortaient de l’ambulance enveloppées de multiples couvertures. C’est à ce moment-là que j’ai décidé d’essayer eConsult », se souvient la Dre Clare Liddy. 

Pour en savoir plus à propos de Dre Clare Liddy

Dr Kendall Ho

Quand on les compare à l’arsenal de surveillance médicale, les outils sont assez élémentaires : tensiomètre, oxymètre de pouls, pèse-personne, tablette informatique. Le Dr Kendall Ho est toutefois d’avis qu’entre les mains d’un patient, ils peuvent changer la donne.

Pour en savoir plus à propos de Dr Kendall Ho

Avez-vous un témoignage à partager?

Vous êtes un membre de l’AMC qui inspire le changement dans le système de santé? Vous connaissez un membre de l’AMC qui mène de la recherche d’avant-garde ou élabore des programmes novateurs? Nous voulons vous entendre!

Partagez votre témoignage?