Association médicale canadienne

Le 31 mai 2019 – En cette Journée mondiale sans tabac, il faut reconnaître l’inquiétante hausse de la popularité du vapotage et des cigarettes électroniques chez les jeunes Canadiens. Il est essentiel d’agir sans attendre pour inverser cette tendance et protéger la santé des prochaines générations.

Le Rapport sur la lutte contre le tabagisme 2019 a l’effet d’une douche froide : il reste du travail à faire pour réduire le tabagisme, qui demeure la principale cause de maladies et de décès évitables au Canada. Tant dans les politiques que sur le terrain en santé, il est nécessaire de faire des efforts concertés pour garantir l’adoption de mesures susceptibles d’améliorer la situation.

L’une de ces mesures est le resserrement de la réglementation en matière de promotion du vapotage et des cigarettes électroniques. Les couleurs vives et saveurs rendent ces produits beaucoup trop attrayants pour les jeunes; le gouvernement doit agir rapidement pour baliser le marketing dont ils font l’objet. Plus inquiétant encore, le taux de nicotine dans les produits de vapotage augmente, et cette substance a des effets néfastes démontrés sur le développement du cerveau. Il incombe au gouvernement de limiter le taux de nicotine dans ces produits pour prévenir la dépendance chez les jeunes.

En 1954, l’AMC menait la charge pour faire connaître les dangers du tabac. Aujourd’hui, elle exhorte le gouvernement à faire preuve de diligence pour atteindre un objectif ambitieux : réduire le tabagisme à moins de 5 % de la population d’ici 2035. La santé des Canadiens et des Canadiennes en dépend.

Dre Gigi Osler
Présidente de l’AMC